Financement: je t’aime, moi non plus

par | 24 Sep 2010

Les accords de « Bâle III » prévoyant de nouvelles règles de solvabilité pour les banques vont-ils compliquer les relations entre le secteur bancaire et les entreprises ?
Sécuriser le système bancaire. Voilà ce que prévoient, en substance, ces accords pris mi-septembre et applicables à l’horizon 2019. Que va-t-il se passer ?
Deux phénomènes : le ratio de solvabilité des banques sera relevé et des fonds propres supplémentaires devront être prévus. Philippe Trouvé, directeur de groupe auprès de la Banque Populaire Bourgogne France-Comté, décrypte le système. « Techniquement, le futur ratio passera à 7% (actuellement 2%). Celui-ci se compose de deux parties : la première s’élève à 4,5% de fonds propres dits durs. Ils sont considérés comme du « vrai » capital, car sont composés d’actions et des bénéfices réalisés. Ce fonctionnement ressemble à celui d’une entreprise. La deuxième partie comprend un second coussin de sécurité avec 2,5% de fonds propres supplémentaires composés de titres hybrides ».
En moyenne en France, le ratio de solvabilité des banques est de 9%. « Dans notre établissement, nos fonds propres s’élèvent à 23%, ce qui est sécurisant pour nos clients avant tout. Les banques régionales ne sont pas des banques d’affaires, donc disposent souvent des fonds propres nécessaires à leurs activités », rappelle Philippe Trouvé. Les accords de Bâle III doivent-ils inquiéter ? « Leur mise en se fera progressivement et dans la durée. Cela laissera le temps aux banques de recapitaliser en faisant appel aux marchés, si nécessaire et de capitaliser les résultats à venir ».
Mais quid des besoins en financement des entreprises ? Car on comprend bien que des augmentations telles que celles prévues par ces accords pourront avoir des conséquences. Philippe Trouvé apporte des éléments de réponse. « Nous sommes aujourd’hui dans une approche plus qualitative des financements, car en face il existe une obligation de fonds propres plus ou moins importante en fonction de la qualité du crédit, détaille-t-il. Nous arrivons à une forme de réglementation qui doit préserver le client, pour l’assurer de la solidité de son partenaire financier et que la banque au travers de fonds propres solides, soit un acteur économique fiable ». Pour Agnès Bertillot, présidente de la CGPME de l’Ain, « l’augmentation du ratio de solvabilité est une bonne chose et même, une obligation pour assainir le système bancaire. On doit se prémunir contre une éventuelle faillite des banques. La question du rejaillissement peu se poser, peut-être pas sur les crédits mais sur le coût des services en eux-mêmes, lorsque les banques auront besoin de trouver des fonds »

0 commentaires

Découvrez également :

Immobilier & Covid-19 : la demande ne correspond plus forcément à l’offre disponible

Le marché de l’immobilier est tendu en plaine parce qu’avec la crise sanitaire du Covid-19 les acquéreurs ont modifié leurs critères de recherche et ne trouvent pas forcément des biens en rapport. Durant le confinement, les acquéreurs ont mis en pause leurs projets, pour les reprendre dès le 11...

Immobilier : quand tout un secteur s’arrête brutalement

Les défis se multiplient dans le secteur de l’immobilier. Déjà bousculés ces dernières années par les évolutions législatives, la transition écologique ou encore l’impact croissant de la digitalisation, les professionnels de l’immobilier ont été déstabilisés au printemps 2020 par la crise sanitaire du covid-19. Le secteur pourtant reste très dynamique en Savoie Mont Blanc, mais […]

Votre magazine ECO Savoie Mont Blanc du 23 octobre 2020

100% en ligne, feuilletez directement votre magazine ECO Savoie Mont Blanc n°43 du 23 octobre 2020 sur ordinateur, tablette ou smartphone. Réservé aux abonnés. L’édition Savoie (73) : L’édition Haute-Savoie (74) : Le saviez-vous ?Vous pouvez afficher la publication en plein écran, télécharger le document en .pdf, l’imprimer, mais aussi rechercher dans la publication ! […]

Genève : les fonctionnaires manifestent contre la baisse de leurs salaires

Les agents de la fonction publique genevoise se mobilisent contre la volonté de l’exécutif cantonal de diminuer leur rémunération dans le cadre du budget 2021. Les fonctionnaires genevois vont-ils passer l’automne dans la rue ? Ils étaient en tout cas près de 6 000 à battre le bitume de la place...

La reprise se confirme dans l’industrie

La 8e vague de résultats de l’Observatoire de la santé des entreprises de Mont-Blanc Industries montre que les niveaux d’activité continuent de s’améliorer. Mis en place en mars 2020 par Mont-Blanc Industries,  en partenariat avec le cabinet Infusion, la Fondation de l’Université Savoie...
Publicité

PUBLIEZ VOTRE ANNONCE LÉGALE EN LIGNE

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

publicité

abonnement

TESTEZ LE PREMIUM

2.50€ pour 24h
Paiement CB sécurisé
Déblocage immédiat
Tous les articles premium

publicité

ARTICLES LES + LUS

Pin It on Pinterest