Forêt : 40 000 m3 à terre à Magland

Forêt : 40 000 m3 à terre à Magland

Suite à la tempête qui a sévi en Haute-Savoie le 1er juillet, l’Office national des forêts tire un premier bilan impressionnant.

Deux mois après la tornade qui a frappé la Haute-Savoie, emportant notamment de nombreuses toitures (dont celle de la salle polyvalente de Doussard alors qu’elle était occupée), l’Office national des forêts (ONF) dresse un premier bilan. A la fois des dégâts constatés dans les bois, mais aussi des travaux déjà réalisés ça et là.

Les travaux d’évacuation des bois endommagés se poursuivent. Crédit photo : ONF.

Ce sont surtout les pentes boisées des Aravis, situées entre Nancy-sur-Cluses et Sallanches, qui ont le plus souffert. Magland bat ainsi tous les records, autant dans sa forêt privée que publique. Une zone de 200 hectares a été entièrement détruite, sur les 600 qu’elle comptait. Soit un volume global de 40 000 mètres cubes mis à terre, représentant un préjudice minimal de 2 millions d’euros. “Fin août, précise l’ONF, le volume déjà traité et sorti de la forêt communale est estimé à 20 000 mètres cubes. Il reste donc 10 000 mètres cubes à traiter avant l’arrivée de la neige.”

La zone particulièrement touchée s’étend de Nancy-sur-Cluses à Sallanches. Crédit photo : ONF

A Sallanches, le volume à terre est estimé à 7 000 mètres cubes dans la seule forêt communale. 45 hectares environ ont été touchés. Fin septembre, tout devrait avoir été traité et sorti. “Tout a été traité en bois façonnés“, précise l’office. Des actions collectives vont se mettre en place sous la houlette du Centre régional de la propriété forestière pour aborder le domaine privé.

3 000 mètres cubes ont été abattus par le vent à Nancy-sur-Cluses, dont 2 000 m3 appartiennent à la commune. 1 500 m3 seront travaillés en bois façonnés.

Des parcelles ont été entièrement détruites. Crédit photo : ONF

La tornade a également durement soufflé sur des communes plus lointaines. Aux Clefs, 1 000 m3 de forêt communale sont partis en charpie et sont en train d’être sortis. Doussard, Lathuile, Thônes, Verchaix ou Faverges-Seythenex doivent également panser leurs plaies.

Va s’engager dès cet automne la réflexion préalable à la phase de reconstitution, indique l’ONF, qui sera engagée début 2020.” Nul doute que les paramètres du changement climatique seront pris en compte pour le choix des essences même à replanter.

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ANNONCES LÉGALES : CONSULTEZ ET PUBLIEZ !

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

PUBLICITÉ

ARTICLES LES PLUS LUS

PUBLICITÉ