Frontière suisse : premiers signes d’assouplissement lundi 20 avril

par | 20 Avr 2020

Depuis ce lundi 20 avril, quatre points de franchissement de la frontière – Mategnin, Soral II, Monniaz et Veigy – viennent de rouvrir partiellement, du lundi au vendredi (sauf les jours fériés), de 6 h à 9 h dans le sens France-Suisse et de 17 h à 19 h dans le sens Suisse-France. De plus, une voie prioritaire dédiée aux titulaires de macaron sera ouverte, sur le même principe et aux mêmes horaires, au point de passage de la frontière de Landecy.

C’est une première réponse à ce qui sera assurément un enjeu des prochaines semaines pour le Grand Genève et ses transfrontaliers : la fluidité des déplacements dans le cadre de la levée progressive du confinement en Suisse à compter du lundi 27 avril.

Pour mémoire, sur les 34 postes frontières franco-genevois, seuls sept sont ouverts tous les jours 24 heures sur 24 (Anières, Bardonnex, Ferney-Voltaire, Meyrin, Moillesulaz, Perly, Thônex-Vallard) et deux du lundi au vendredi de 6 h à 20 h (Mon-Idée et Veyrier).

Depuis la présentation du calendrier confédéral d’allègement progressif des mesures sanitaires prises pour lutter contre la pandémie de Covid-19, la question du degré de contrôle aux frontières est au cœur des préoccupations de l’exécutif genevois. « Il s’agit d’un vrai enjeu », a souligné le président du Conseil d’État Antonio Hodgers, lors d’un point de presse vendredi 17 avril.

Le maintien d’un filtrage aussi minutieux que celui pratiqué depuis le début du confinement, alors que l’activité économique reprend, pourrait en effet provoquer une embolisation des douanes dont les travailleurs frontaliers seraient les premières victimes.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Quel est le nombre idéal de parlementaires ?

Un physicien de l’EPFL de Lausanne découvre des failles majeures dans la méthodologie d’un article classique qui influence le choix du nombre de parlementaires depuis près d’un demi-siècle. Le  nombre idéal de...

Lire la suite

Publicité

Pin It on Pinterest