Le contrat de territoire espaces naturels sensibles d’Annemasse Agglo a été signé fin janvier. Pour mieux prendre en compte l’environnement.

Face à l’urbanisation galopante qui sévit un peu partout en Haute-Savoie et en particulier dans le Genevois, Annemasse Agglo, le Département et la République et canton de Genève viennent de signer le contrat de territoire espaces naturels sensibles (CTENS) d’Annemasse Agglo. Un outil technique et financier élaboré pour les cinq ans à venir et qui permet de mettre en oeuvre le schéma départemental des espaces naturels sensibles.

La signature du contrat. Crédit photo : Dep74. L. Guette

Ce contrat identifie six enjeux pour le territoire d’Annemasse Agglo : préserver les réservoirs de biodiversité, les paysages et les zones de “nature ordinaire” ; préserver et restaurer les corridors ; mettre en place une stratégie foncière ; contrer les espèces exotiques envahissantes ; préserver la ressource en eau et sensibiliser le public. Pour relever ces enjeux, 29 types d’actions ont d’ores et déjà été listés, tels que des études scientifiques, des labellisations de sites en espaces naturels sensibles, des travaux favorisant la continuité écologique, etc.

L’enveloppe dédiée à l’ensemble de ces projets pour la période 2020-2024, s’élève à 1,3 million d’euros (dont 900 000 euros financés par le Département). L’Etat de Genève s’engage à hauteur de 1,6 million de francs suisses.

L’urbanisation des agglomérations annemassienne et genevoise est une réalité qui laisse peu de place à la nature. Crédit photo : DR