Grand Annecy et vallée de l’Arve en ZFE

Grand Annecy et vallée de l’Arve en ZFE

Les “zones à faibles émissions” (ZFE) sont destinées à réduire l’exposition de la population à la pollution liée aux transports et aux déplacements sur un périmètre urbain déterminé pour les voitures ne respectant pas certaines normes d’émissions (vignettes Crit’Air) ou d’équipements (normes Euro).

Selon des études récentes, mises en avant par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), le dispositif ne réduirait pas le nombre de véhicules en circulation, mais accélérerait le renouvellement du parc. Ne comptant que trois ZFE (Paris, Strasbourg, Grenoble) sur les 131 recensées dans 13 pays européens, la France a décidé de rattraper son retard en lançant en juillet 2018 un appel à projets.

Le Grand Annecy et un groupement de communes de la vallée de l’Arve figurent parmi les 19 lauréats dévoilés mi-avril. En Auvergne-Rhône-Alpes, les dossiers présentés par Lyon, Grenoble, Valence, Saint-Étienne et Clermont-Ferrand sont également retenus. À la clé, une enveloppe de 1,3 million d’euros alloués par l’État pour l’étude de la faisabilité d’une ZFE ou l’accompagnement de sa mise en oeuvre.

Pour sa part, l’Ademe accompagnera les collectivités dans la réalisation de leurs études et dans la mise en oeuvre d’expérimentations visant à accélérer le renouvellement du parc de véhicules anciens. Sur Grand Annecy, la réalisation d’un diagnostic est prévue avant de définir les périmètres concernés et les scénarios envisagés. Le dispositif mis en place pour préserver la qualité de l’air pourrait contribuer à la réalisation d’au moins quatre objectifs déclinés dans le projet de territoire “Imagine le Grand Annecy”.

La ville envisage de candidater pour être capitale verte européenne en 2022. L’agglomération veut aussi expérimenter de nouvelles mobilités basées sur les énergies renouvelables et les technologies numériques, comme les véhicules autonomes, électriques ou hydrogènes. En vue encore, un programme d’aménagement d’espaces publics apaisés axés sur les modes doux et la nature pensé avec les habitants. Et la définition d’un code de la rue qui faciliterait le partage de la voirie entre les différents modes de déplacement.


Sophie Boutrelle

A propos de l'auteur

GROUPE ECOMEDIA

GROUPE ECOMEDIA, c'est le groupe de presse économique de Savoie Mont Blanc (74 et 73), de l'Ain (01), du Nord Isère (38) et de la région lémanique trans-frontalière avec Genève et les cantons romands.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ANNONCES LÉGALES : CONSULTEZ ET PUBLIEZ !

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

PUBLICITÉ

ARTICLES LES PLUS LUS

PUBLICITÉ