Face aux nouveaux comportements de leurs clients, les agences immobilières adoptent des outils numériques qui sont en train de transformer profondément leurs méthodes de travail.

Chaque jour, 2,2 millions de Français surfent sur les applications et sites immobiliers. Le défi pour les professionnels du secteur est donc d’atteindre leurs clients potentiels par le biais de ces supports.
C’est l’objectif de Jean-Marc Armingol, qui dirige Évasion Immobilier à Sallanches (six salariés pour une zone allant de Magland, Salallanches, Domancy à Passy). Il est présent sur la toile par le biais de son site Internet, mais aussi sur les portails immobiliers et les réseaux sociaux. Jean-Marc Armingol a confié la gestion de son site au leader français des gestionnaires de clients immobiliers, mais il exploite lui-même Google Analytics et Perval, la base de données des notaires.
« Avec ces outils, je connais le marché réel, et je peux cibler et analyser les demandes de mes clients, explique-t-il. Je réalise 95 % de mes ventes en moins de trois mois. Le travail d’agent immobilier reste le même, mettre en face une demande et une offre, mais ces outils nous permettent d’être plus efficaces en diffusant plus largement les annonces. »

« SUR LE WEB, IL FAUT ÊTRE MALIN, MULTIPLIER LE NOMBRE DE CLICS, LES OCCASIONS D’ÊTRE VU ET APPELÉ. »
Jean-Marc Armingol

L’agence est bien située, en centre-ville et sous une étude notariale, mais cela ne génère “que” 15 % des contacts. 80 % de sa visibilité dépend du web, sur Leboncoin et Logic-Immo, mais aussi Twitter, Facebook, et bientôt Instagram. « Il faut être malin, multiplier le nombre de clics, les occasions d’être vu et appelé. Même si nous faisons de la résidence principale et que cela suppose des visites sur place, le premier contact passe généralement par Internet, et il faut le soigner. »
Pour son site Internet multisupport (ordinateur, tablette, Smartphone), ce patron geek de 48 ans a modifié la charte graphique de l’entreprise et pris des cours de photographie pour s’assurer des prises de vue professionnelles et avoir un impact visuel maximal sur ses clients potentiels. « Quand vous mettez une annonce en ligne, elle part sur plusieurs sites dans la journée. Avec les bonnes photos et le bon texte, quand vous mettez un bien en vente, vous l’avez peut-être déjà vendu ! »

Proposer des visites en 3d

Installée au Grand- Bornand depuis dix ans, Aravis Holidays propose des visites virtuelles en 3D. Spécialisée dans la transaction de résidences secondaires et la location saisonnière haut de gamme, l’agence investit pleinement dans une stratégie digitale pour répondre aux besoins d’une clientèle qui n’est pas sur place. « Il ne suffit plus de montrer de belles photos pour décrocher une visite », explique Samuel Gidet, cofondateur de l’agence.
Aravis Holidays, créée par trois associés dont deux frères franco-anglais, a ainsi investi cette année 10 000 euros dans une caméra 3D, un appareil photo haute définition et la mise en place d’un nouveau site. « C’est un site très interactif, avec les visites en 3D pour chaque bien, un planning dynamique où le client peut poser une option de 24 heures sur un logement, et un espace pour les propriétaires avec accès au planning des visites et locations, détaille Samuel Gidet. L’imagerie nous a clairement fait décoller. »

Utiliser le digital pour faire venir les clients sur place

Présente sur les portails immobiliers, les réseaux sociaux et la plateforme Airbnb, l’agence affiche ses offres à la vente dans 65 pays sur 117 supports, plus encore pour la location. Au total, ses biens sont visibles sur 150 portails immobiliers.
« Il faut faire attention à ne pas perdre le contact avec le client, met en garde Samuel Gidet. Une transaction nécessite une visite sur place et une rencontre physique pour se concrétiser. La 3D est un outil, mais il faut que le client se déplace. Le numérique doit représenter la réalité sans la transformer, nous ne retouchons pas les photos par exemple. »
Depuis trois ans, l’activité d’Aravis Holidays progresse, avec un chiffre d’affaires de 370 000 euros en 2016. En septembre 2017, il était déjà en hausse de 15 % et des recrutements sont en cours, notamment pour le bassin annécien et les stations voisines du Grand- Bornand, comme Saint-Jean-de-Sixt et La Clusaz.

Un investissement conséquent

Chez Vallat Immobilier, l’image et les outils digitaux sont totalement intégrés dans la stratégie commerciale, avec deux niveaux de communication : le site du groupe, qui cible la clientèle locale et régionale ; et le site Vallat Élégance, orienté vers une cible nationale et internationale avec des biens de prestige. Pour ce dernier, le groupe fait appel à un photographe professionnel et utilise la vidéo et la photo aérienne par drone.
« Nous avons élaboré une communication spécifique pour ces biens hors normes, décrypte Jean-Luc Caillat, directeur commercial. Dans le haut de gamme, en montagne comme en plaine, notre clientèle est parfois à l’autre bout du monde. Nous utilisons tous les moyens à disposition pour lui envoyer une information précise et pertinente afin de susciter son intérêt et finalement aboutir à une visite. »

« SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX, PLUS QUE DES AGENTS IMMOBILIERS, NOUS SOMMES PARTENAIRES DE LA VIE ÉCONOMIQUE LOCALE. »
Jean-Luc Caillat

Avec 14 agences, Vallat Immobilier est présent sur les rives du Lac d’Annecy et du Lac du Bourget, mais aussi dans les stations de Courchevel, Tignes, Méribel et Vald’Isère. Le groupe relaie ses annonces sur les portails immobiliers, il est aussi présent sur les réseaux sociaux où il diffuse un contenu informatif, sur un quartier ou sur l’évolution de la législation par exemple. Cette stratégie a été lancée il y a deux ans et demi.
« Rapidement, nous avons embauché un webmaster pour le site Internet et les réseaux sociaux, car ce n’est pas notre métier, précise Jean-Luc Caillat. Il est autonome et libre de choisir l’information qu’il publie. Sur les réseaux sociaux, nous sommes plus que des agents immobiliers, nous sommes des partenaires de la vie économique locale. »
En 2016, Vallat Immobilier a réalisé 10 millions d’euros de chiffre d’affaires, il en consacre 10 % à cette stratégie digitale. Pour poursuivre son développement, le groupe va remanier l’ensemble de ses sites Internet et étoffer son équipe dédiée aux réseaux sociaux avec un pôle montagne et un pôle plaine. Mais il va aussi ouvrir de nouvelles agences en stations et en plaine sur des territoires stratégiques.


Par Dorothée Thénot


Source

Ce dossier est issu du Panorama de l’Immobilier 2017.