L’innovation, condition de survie pour l’entreprise ?

L’innovation, condition de survie pour l’entreprise ?

Auvergne-Rhône-Alpes Entreprises organisait une soirée dans les locaux de Sigmatech, à Sainte-Julie, le 12 novembre. Au menu, les chefs d’entreprises présents ont raconté leur vision de l’innovation.

« Innover ou mourir ? » La question était largement posée à l’occasion de la soirée menée, le 12 novembre, par Auvergne-Rhône-Alpes Entreprises, le Medef de l’Ain, la CPME de l’Ain, la CCI Ain et Plastic Omnium. L’équipementier automobile accueillait la manifestation à Sainte-Julie, dans les locaux de son centre de recherche et développement, Sigmatech (lire encadré ci-dessous), haut lieu de création technologique. De quoi inspirer les chefs d’entreprise participants à la table ronde ce jour-là, tous invités à partager leur vision de l’innovation.

Innovation de rupture ?

À Nurieux, l’entreprise AG Plast (40 salariés, 8,5 millions d’euros de chiffre d’affaires dont 2 millions d’euros grâce à la stratégie d’innovation) transporte de la matière recyclée et œuvre ainsi dans l’économie circulaire et l’écoconception. Un modèle économique en soi, déjà innovant. « À l’heure où le déchet plastique est montré du doigt, nous proposons une alternative, a expliqué Yvan Riva, dirigeant d’AG Plast. Nous travaillons à partir de matières issues de la déconstruction des voitures et du tri sélectif. Nous sommes ainsi sensibles à l’enjeu du développement durable. » Si l’envie de se démarquer peut donc être motivée par une noble cause, celle-ci traduit avant tout une volonté de découverte. « L’important n’est pas toujours le résultat, a poursuivi Yvan Riva. Mettre un système en mouvement selon une logique d’innovation, engager un fonctionnement nouveau, c’est découvrir de nouvelles possibilités qui s’offrent à nous. Ce qui compte, ce n’est pas tant la réussite du projet que les mécanismes engendrés par la dynamique d’innovation. Il s’agit de structurer une démarche. »

À Groissiat, l’entreprise MIHB (transformation de matières plastiques en sous-traitance) bénéficie d’une notoriété nouvelle grâce à son produit Dragonskal®, un composite à matrice minérale dont la principale propriété est la résistance au feu. L’entreprise a emprunté le chemin de l’innovation en 2005, alors qu’elle entamait une approche plus prospective de son activité. « Nous avons questionné notre évolution dans un environnement très concurrentiel au niveau de la plasturgie, a retracé Frédéric Jullien, à la tête de MIHB. À l’époque, nos clients souhaitaient une délocalisation de notre production, nous contraignant à baisser nos prix et nos marges. Or, cette perspective ne nous enchantait pas du tout. » L’entreprise a ainsi défini trois pistes de réflexion dont un rapprochement plus accru avec le monde universitaire, et les pôles de compétitivité. « Nous recherchions un matériau innovant à transformer, hors base pétrolière, pour limiter notre dépendance à cette source d’énergie, a rappelé Frédéric Jullien. En 2005, nous pressentions une flambée du prix du pétrole et nous savions que l’écologie gagnerait du terrain dans notre activité. Nous avons évolué plus qu’innové autour de notre métier de plasturgiste. L’innovation de rupture comporte des risques, le principal est de vivre avec son temps et dans son époque, tout en restant attentif aux exigences du marché. C’est toute la difficulté. Il vaut mieux envisager des petits pas plutôt que des grands bonds, car une entreprise doit se développer en toute intelligence. » L’entreprise MIHB a étudié de nouvelles techniques de production, notamment par le mariage de plastique et de composants électroniques et métalliques.

L’esprit Zest

À Ambérieu-en-Bugey, mais aussi par une présence au Maroc et une implantation à Sherbrooke, l’entreprise Zest créée il y a cinq ans, illustre l’innovation au quotidien. « C’est le thème de notre société puisque nous nous concentrons sur l’autonomie énergétique à partir d’un habitat renouvelable. Nous sommes nés de l’innovation », confirme le dirigeant Florian Arot. En partenariat avec le CEA de Grenoble, Zest a réalisé un équipement nomade autonome. Celui-ci s’installe en 24 heures et bénéficie d’un réseau très haut débit, en plus d’un système de récupération d’eau de pluie. Et si l’innovation était à la portée de tous ?

Innovation MIHB Dragonskale

La matrice minérale développée par MIHB : DragonSkale®

 

L’agence régionale fête un an

En 2017, l’agence Auvergne-Rhône-Alpes Entreprises est née de la volonté du Conseil régional de rassembler les structures économiques de l’ensemble de son territoire pour soutenir les entreprises, en lien avec les EPCI et les départements. Elle comprend aujourd’hui près de 130 salariés. Cinq missions principales lui ont été confiées : le développement économique, l’innovation, l’Europe et l’International, l’emploi, la formation, l’apprentissage et l’attractivité.

Sigmatech, l’innovation exemplaire

À Sainte-Julie, le centre de R&D de Plastic Omnium, Sigmatech, inauguré en 2003, regroupe les technologies les plus innovantes visant à développer des matériaux, process, tests et analyses, ainsi que des méthodes d’ingénierie collaborative. Depuis 2011, Sigmatech (500 personnes) est équipé d’un pôle consacré aux matériaux composites. Organisé en plateaux projets, le centre de R&D est également doté d’une ligne pilote en voie d’extension permettant de simuler et valider les process industriels dans les domaines de l’injection, la peinture et l’assemblage. Grâce aux caractéristiques techniques du plastique, Sigmatech transforme les panneaux extérieurs des véhicules en interface dynamique par l’adjonction de pièces électroniques dans le plastique. À l’ère des véhicules autonomes, le centre de R&D met l’accent sur les radars et lidars, les logiciels de calcul et la gestion des pièces électroniques. Sans oublier les étroites collaborations avec l’Université de Lyon, un centre de recherche finlandais et des start-up de la Silicon Valley et de l’université du Michigan.

Paroles d’élu : Daniel Fabre, maire d’Ambérieu-en-Bugey

« Sur la Plaine de l’Ain, l’innovation fait sens à travers des projets tels que Transpolis, ou Acmutep pour lequel nous conservons la maîtrise d’ouvrage », expose l’édile qui participait à la soirée Hub Recherche à Sainte-Julie. La communauté de communes de la Plaine de l’Ain a anticipé la création du nouvel outil régional en 2009 déjà, année de création de l’aide à l’innovation (59 projets financés à ce jour). « Nous prospectons un institut de recherche ou une université correspondant au projet de l’entreprise avant d’octroyer la prime de 15 000 euros à l’établissement », poursuit Daniel Fabre, également vice-président en charge de la stratégie et du développement économique à la communauté de communes de la Plaine de l’Ain. Depuis fin 2016, le Lab 01 favorise les rencontres entre chefs d’entreprise ainsi que le coworking.

 

Des collaborations transversales grâce au Hub Recherche régional

Cet outil, lancé au début de l’année, doit faciliter les relations entre l’univers de la recherche et les entreprises.

Rencontre innovation Hub Recherche« Actuellement, plus de 500 structures de recherche sont référencées sur le portail, rapporte Bérengère Micand, chargée d’affaires innovation pour Auvergne-Rhône-Alpes Entreprises. Tous les domaines sont représentés, non seulement l’univers technologique mais aussi les sciences humaines. C’est très transversal. Le but étant de décloisonner les secteurs et ce, au sein même de la communauté scientifique. » Lancé le 12 janvier dernier à l’initiative de Bruno Lacroix (président du conseil de surveillance d’Aldes), Hub Recherche est un portail collaboratif financé par la Région Auvergne-Rhône-Alpes et l’État afin d’accompagner les entreprises par rapport aux problématiques de recherche et d’innovation. Concrètement, Hub Recherche se présente sous la forme d’une plateforme web collaborative régionale à vocation nationale, déclinée selon quatre espaces fonctionnels et complémentaires : portail public (études, cartographies), base de données (compétences scientifiques, technologies brevetées, centres techniques industriels), portail privé collaboratif (support à l’animation des communautés thématiques et aux échanges B2B entre membres), et compte personnalisé My Hub (accès aux projets, mise en relation). Une démarche largement saluée par les universitaires. « Hub Recherche permet de raccourcir la distance entre les laboratoires et les entreprises et contribuera à créer de la confiance entre les différents acteurs », souligne Yassine Lakhnech, chargé de mission valorisation et transfert sciences et technologies à l’Université Grenoble Alpes. Hub Recherche est le fruit du partenariat entre Pulsalys, l’Université de Lyon, la communauté Université Grenoble Alpes, ainsi que l’Université Clermont Auvergne & Associés. Créé en Auvergne-Rhône-Alpes dès sa conception, le portail prévoit d’accueillir d’autres régions qui pourront elles aussi disposer d’un site identifié, et élargir l’offre à destination des entreprises.


Par Sarah N’tsia

Sur le même sujet

Plasturgie : Les industriels dans le train de l’innovation

L’innovation au secours de Caddie

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.