La médiation professionnelle, un outil pour réparer les conflits

La médiation professionnelle, un outil pour réparer les conflits
La médiation professionnelle, un outil pour réparer les conflits
4.9 (98.57%) 14 votes

Signe des temps où la communication reste au coeur des problèmes, les médiateurs professionnels appelés à la rescousse dans les entreprises où règne un conflit ont le vent en poupe.

On réclame de plus en plus aux chefs d’entreprise d’être psychologues. Il n’y a pas que les problèmes liés à la production, à la comptabilité, aux fournisseurs, etc., il y a aussi ceux liés à la bonne entente entre personnels, eux-mêmes. Quand un conflit éclate entre deux employés, si tant est qu’il en ait la connaissance, il est toujours délicat au patron d’intervenir, sans léser l’une ou l’autre partie, voire, les deux. Dans certains cas, un peu extrêmes, bien que l’on travaille dans le même bureau, on se contentera d’un petit salut, le matin, avant de ne plus s’adresser la parole pour le restant de la journée.

Cette ambiance plombée entre “collègues” nuit à tous, à commencer par l’entreprise dont l’activité, forcément, en subit les conséquences. Avoir du recul sur ce genre de situation n’est pas donné à tout le monde et une gestion paternaliste qui renverra chacun à ses responsabilités ne peut être une solution durable. Il en est une qui, depuis quelques temps, commence à s’imposer, c’est la médiation professionnelle. Fondée sur l’éthique et l’altérité, elle permet d’anticiper la dégradation de la qualité relationnelle et participe à la résolution des conflits.

Concrètement, elle donne la possibilité à des personnes qui ne sont plus en mesure de discuter, de le faire, dans un climat apaisé, de confiance et d’implication, afin de trouver « leur » solution, tout en garantissant le libre arbitre de chacun. « Les outils de la médiation sont au service du management de l’entreprise. En cas de conflit, il faut avoir la caisse à outils pour faire que la communication devienne apaisée et pérenne. Le médiateur professionnel travaillera sur l’aspect relationnel et émotionnel afin de résoudre le conflit », confie Fabienne Hugues, consultante et formatrice à Médial’org, membre de la CPMN (Chambre professionnelle de la médiation et de la négociation).

Car l’affectif est toujours au coeur des conflits. Dans certains cas, cela émane d’une simple réflexion maladroite émise lors d’une réunion d’équipe. La « victime » accumule de la rancoeur vis à vis de l’auteur et ne trouvera jamais vraiment les mots pour s’en délester. « La médiation est neutre, impartiale et indépendante. La solution qui est trouvée est toujours celle des parties. C’est la différence avec la décision judiciaire, » précise pour sa part Catherine Vittoz, médiateur professionnel, membre de la CPMN également. Mettre en situation de s’expliquer, d’argumenter.., ce n’est pas donné à tout le monde.

Les “RH”, le plus souvent, le font sans quitter des yeux la pile de dossiers qu’elles ont à traiter et sans avoir forcément acquis les bases de la médiation professionnelle. « Pourtant, ça peut aller très vite. Après trois réunions, une solution peut être envisagée ! C’est toujours un gain de temps et d’argent pour l’entreprise qui s’évitera un procès », assure Fabienne Hugues. « La base, c’est l’écoute ! Les gens ressortent soulagés d’une médiation ! Et rassurés aussi ! De plus, nous sommes tenus par la confidentialité », poursuit Catherine Vittoz.

Qualité relationnelle

Comme toujours, mieux vaut prévenir que guérir. En cela, la médiation professionnelle utilisée pour régler un conflit peut (et même doit) être précédée par la « qualité relationnelle ». Celle-ci a pour but l’anticipation de la dégradation de la qualité relationnelle. « Plutôt que d’essayer de résoudre un conflit, le mieux, c’est encore de l’éviter ! » souligne à raison Catherine Vittoz. L’entreprise aujourd’hui change l’image du travail connue sous le “Taylorisme” : « Doit-on forcément “maltraiter” les personnes pour permettre de sortir des produits ou des services de qualité ? »

Evidemment, non ! « On se sert de la médiation professionnelle pour instaurer un dialogue social, sinon, comment fait-on faire des heures supplémentaires ou du travail en plus à des employés, par exemple ? » questionne Fabienne Hugues. En tout cas, s’il est bien un proverbe qui horripile nos deux professionnelles de la médiation, c’est le fameux « Un mauvais arrangement vaut mieux qu’un bon procès ! » Si tant est que la résolution d’un conflit n’est jamais un aveu de faiblesse, mais bien quelque chose qui doit faire prendre de la hauteur à chacun.

La médiation professionnelle qui intervient pour régler un conflit peut (et doit même) être précédée par la “qualité relationnelle”. Celle-ci a pour but l’anticipation de la dégradation de la qualité relationnelle.

La qualité relationnelle dans l’entreprise pour qui, pourquoi ?

Un “atelier pro” organisé mercredi 7 novembre à la Tour-du-pin par le GECT tentera d’apporter les réponses. «En qualité de président du Groupement des Entreprises du Canton de La Tour-du- Pin, je reçois régulièrement trente à quarante personnes par mois qui ont toutes à gérer des conflits dans leur entreprise ! La médiation professionnelle, c’est donc un service nouveau que l’ont veut utiliser pour informer les 1700 entreprises des 17 communes du canton ! » confie Jacques Gerbault.

Des mots à l’action, il n’y a qu’un pas que franchit le Groupement en organisant dans le cadre de ses “Ateliers Pros” une réunion à l’adresse des responsables d’entreprises tous azimuts sur le thème : “La qualité relationnelle dans l’entreprise : les outils de la médiation au service du management”. Elle se déroulera mercredi 7 novembre à 18h30 à la salle du conseil municipal de La Tour-du-Pin et sera animée par Fabienne Hugues, consultante et formatrice à Médial’org et Catherine Vittoz, médiateure professionnelle, membres de la Chambre professionnelle de la médiation et de la négociation.

La qualité relationnelle dans l’entreprise, comment la mettre en place ? Quel est son intérêt ? Les outils de la médiation au service du management, quels sont-ils ? Autant de questions et toutes les autres encore qu’elles susciteront auxquelles les deux intervenantes apporteront leurs expériences, sachant qu’elles sont d’abord cheffes d’entreprises. Elles livreront leurs conseils pour mettre en place une qualité relationnelle dans l’entreprise afin de s’éviter des procédures coûteuses.


Par Éliséo Mucciante

1 Comment

  1. Jean-louis lascoux

    Les médiateurs professionnels constituent désormais une profession qui est un pilier essentiel pour la vie en société. Elle est développé grâce à l’Ecole Professionnelle de la Médiation et de la Négociation – EPMN. Elle répond aux exigences d’amélioration des relations et de la qualité de vie au travail. Elle est instrumentée de savoir-faire spécifique, l’ingénierie relationnelle. Son intérêt est de dépasser les aspects techniques et surtout le cadre juridique devenu très changeant et de plus en plus flou, pour en revenir à ce qui fait une relation : l’entente. L’intérêt de la profession de médiateur est d’être centrée sur l’Entente et l’Entente Sociale. C’est une perspective fondatrice pour la vie en société.

    Merci pour votre article.

    Réponse

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ANNONCES LÉGALES : CONSULTEZ ET PUBLIEZ !

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

PUBLICITÉ

ARTICLES LES PLUS LUS

PUBLICITÉ

Pin It on Pinterest

Share This