Pour Agnès Bertillot, présidente de la CGPME de l’Ain, un indicateur illustre la reprise légère qui s’est opérée en 2010. «Les entrepreneurs sont moins repliés sur eux-mêmes. Ils retournent voir les banques pour solliciter des crédits que ce soit pour le développement de leur entreprise, le renouvellement des matériels ou l’innovation.» Au final, l’année n’aura été ni bonne, ni mauvaise. «Certains secteurs restent marqués. Mais d’autres ont connu de l’activité tout au long de l’année, notamment au dernier trimestre.» Pour Francis Guaitoli, président du Medef de l’Ain, l’absence d’une bonne visibilité, que ce soit en termes de carnet de commandes ou de pérennité de la reprise, caractérise toutes les branches. Il craint par ailleurs que les entreprises pâtissent en dernier ressort, des politiques de restrictions budgétaires.
Dans ces conditions, il est difficile d’établir des perspectives. «Le premier semestre s’annonce encore difficile pour le bâtiment, estime la présidente de la CGPME. Pour le reste, il faut espérer que cette petite reprise se confirmera.» Un espoir partagé, évidemment, par Francis Guaitoli. …