Le travail réalisé pour valoriser les richesses naturelles et patrimoniales du territoire a été salué par les experts de l’Unesco.


Labellisé en 2012, le Géopark du Chablais vient d’obtenir la reconduction de son label pour une durée de quatre ans. Avec les félicitations de l’Unesco qui avait dépêché, cet été, deux experts, Alex Andrasanu et Francesco Chiaramonte, afin d’apprécier les actions mises en place sur le terrain. “Le travail est bien fait, il convient de poursuivre dans cette voie”, écrit le premier dans son rapport. L’approche intégrée de la démarche Géoparc dans la stratégie de développement du territoire  a également été saluée par l’Unesco.

62 communes et 125 000 habitants

Le Géopark du Chablais s’étend sur 62 communes, de la rive Sud du Léman jusqu’au sommet des Portes du Soleil (Morzine-Avoriaz, Les Gets) soit 900 km² et 125 000 habitants. Deux années de travail (inventaire systématique du patrimoine, actions de préservation et de valorisation…) ont été nécessaires pour qu’il devienne, en 2012, le 4eme Géopark français après la réserve géologique de Dignes-les-Bains, les parcs naturels régionaux du Luberon et des Bauges. Fin 2015, il a été intégré, avec l’ensemble des 120 géoparks mondiaux dans le programme international pour les géosciences et les géoparcs.

5 actions principales

Géré par le Syndicat intercommunal d’aménagement du Chablais, le Géopark participe à la construction de l’identité et de l’image du Chablais à travers cinq actions principales. Parmi elles, l’identification et la préservation des géopatrimoines ; la sensibilisation, la formation ; le développement du géotourisme avec l’installation de panneaux et mobiliers sur 23 géosites remarquables comme le château de Ripailles (photo @Patrick Nouhailler).