Le marché de l’hôtellerie reste dynamique

par | 25 Nov 2021

Le cabinet d’audit KPMG dresse un bilan de l’hôtellerie en 2020, frappée par la crise, et nous livre ses perspectives à la montagne.

Sans surprise, la crise sanitaire et économique liée à la Covid a fortement impacté le tourisme en France (qui représente 10 % du PIB), et l’hôtellerie en particulier. Un véritable désastre puisqu’en 2020, les nuitées hôtelières ont chuté de moitié à 104 millions par rapport à 2019. Le taux d’occupation des hôtels français n’a pas dépassé 35 % sur un an.

Des situations contrastées

Durant cette année 2020, tout le monde n’a pas été logé à la même enseigne. La faible fréquentation des visiteurs étrangers et de la clientèle affaires a eu un impact fort sur certains territoires très dépendants des touristes internationaux – à l’instar de l’Île-de-France (le plus touché), la Côte d’Azur, et aussi la montagne, surtout les stations d’altitude. De fait, la clientèle domestique et de loisirs est devenue le principal moteur de la performance des hôtels, notamment sur les marchés régionaux, plus dynamiques.

KPMG observe des baisses de chiffres d’affaires en 2020 comprises entre 45 et 70 % selon les régions, soit -51 % en Auvergne-Rhône-Alpes. Toutes les catégories d’hôtels ont enregistré des pertes d’exploitation : -24 points pour les 1 à 2 étoiles, jusqu’à -33 points pour les 4 étoiles. Comme attendu, le segment “économique” a été le plus résilient (-28 points de taux d’occupation).

Néanmoins, compte tenu de l’importance de l’hôtellerie, les opérateurs ont bénéficié d’aides structurantes de l’État, qui ont compensé en partie les pertes d’activité. Certains établissements en ont même profité pour entreprendre des travaux de rénovation durant leur fermeture. Aujourd’hui, le secteur est globalement bien orienté pour profiter de la reprise, excepté la pénurie croissante de personnel. La reprise des salons et congrès y participe, bien que les taux d’occupation restent nettement inférieurs aux niveaux précovid. À la montagne, l’hôtellerie est le seul secteur à afficher des taux de réservations en hausse de 10 %, quand d’autres hébergements sont en retrait.

10,5 milliards d’euros : ce sont les recettes d’ordinaire enregistrées dans la montagne française. L’hébergement rapporte 3,4 milliards, dont l’hôtellerie 360 millions. Le revenu par chambre disponible (RevPAR) se situe, l’hiver, autour de 120 euros.

Un marché toujours attractif

Mais si la pandémie a fait reculer les volumes de transactions de 60 % en 2020, l’hôtellerie continue de susciter l’intérêt des investisseurs. « Malgré tout, le marché reste très dynamique. Les ventes en murs et fonds de commerce repartent à la hausse à des prix d’avant crise », pointe Luc Jaeckel, manager hospitality chez KPMG. C’est aussi le cas en Savoie Mont Blanc où plusieurs ouvertures sont programmées en 2021 et 2022, à Chamonix, Méribel, Megève, Val Thorens, Flaine, Les Ménuires, Tignes…

Pour Gilles Revial, de G2A Consulting, qui est intervenu sur la destination montagne, l’offre hôtelière – qui représente 4 % des lits touristiques, soit 25 000 chambres et 56 000 lits (dont 80 % concentrés dans les Alpes du Nord) – est « dans une phase de reconquête », qui se traduit aussi par une montée en gamme.

En station, on observe la multiplication des produits hybrides, intégrant des espaces modulaires (coworking et événementiel), pour répondre aux attentes des clientèles, sur fond de changements sociétaux. Véritable phénomène, le « bleisure » (contraction de business et leisure – affaires et loisirs), qui s’est accentué avec la crise, vise une activité hôtelière désaisonnalisée via des séjours combinant télétravail et loisirs, avec dans l’idée aussi de capter la clientèle de proximité.

Photo à la Une : À Val Thorens, l’hôtel Marielle, exploité par Assas Hotels, ouvre ses portes cet hiver ©Fabrice Rambert


Patricia Rey

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Chablais : pose de la première pierre pour la ressourcerie R’mize

EN OCTOBRE, LA R’MIZE OUVRIRA SES PORTES A ANTHY-SUR-LEMAN. UNE RESSOURCERIE DOUBLEE D’UN TIERS LIEU UNIQUE DANS LA REGION. C’est un modèle inédit dans la région Auvergne Rhône-Alpes qu’ont construit les sept associations et les trois collectivités territoriales composant l’association Pôle ressourcerie du Chablais. La R’mize, dont la première pierre vient d’être posée à Anthy-sur-Léman, […]

LIRE LA SUITE

Accidents de la route © Benjamin Nolt

La formation pour prévenir les accidents routiers

C'est sur la route qu'ont lieu une grande partie des accidents du travail les plus graves. Former les salariés pourrait prévenir ce risque. En France, en 2020, 27 122 200  personnes actives étaient concernées par le risque routier professionnel et 39 % des...

LIRE LA SUITE

Changement de « carrière » pour la famille Ceccon

Après la cession de son activité BTP, la famille Ceccon achève son retrait avec la vente d’une dizaine de sociétés et participations dans le domaine des granulats au groupe familial Basaltes. Depuis la vente de sa filiale BTP – cédée en juin dernier à CVL, la...

LIRE LA SUITE

Publicité

PUBLIEZ VOTRE ANNONCE LÉGALE EN LIGNE

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

ANNONCES LÉGALES WEB

Consultez les annonces légales publiées sur notre site habilitées par la Préfecture >>

VENTES AUX ENCHÈRES

Consultez nos ventes aux enchères immobilières >>

publicité

abonnement

TESTEZ LE PREMIUM

3.50€ pour 1 semaine
Paiement CB sécurisé
Déblocage immédiat
Tous les articles premium

publicité

ARTICLES LES + LUS

Pin It on Pinterest