Le vélo-travail en pleine ascension

Le vélo-travail en pleine ascension
Le vélo-travail en pleine ascension
Notez cet article !

Le vélo, ce n’est pas seulement le Tour de France, même si celui-ci débarque dans quelques jours dans la région ! La Petite reine est peut-être en train de devenir le nouveau moteur des jonctions franco-suisses à l’échelle du bassin genevois. L’offre s’organise et les aménagements se multiplient.

Qu’on se le dise : la “petite reine” prend des parts à l’auto dans la mobilité professionnelle et/ou quotidienne dans le grand Genevois. Selon le magazine Genève Home Informations, le nombre de déplacements à vélo a augmenté en cinq ans de 45 % aux heures de pointe à Genève. Cette progression fait suite à une série de comptages réalisés entre 2009 et 2011 par l’État de Genève, lesquels montraient déjà une hausse spectaculaire de la pratique du vélo de 30 %.

Sur la seule avenue d’Aïre, la Direction générale des transports genevoise a noté un bond du nombre de cyclistes : de 39 945 en 2012 à 52 829 en 2015. La raison ? Le déploiement du vélo travail. Si le loisir en deux roues a longtemps été perçu comme la stratégie de développement des itinéraires, le déplacement domicile-travail et/ou domicile-école prend une part croissante dans les liaisons de part et d’autre de la frontière, mais aussi entre Haute-Savoie et canton de Genève.

Chaque jour, les jonctions cyclables franco-suisses sont empruntées par « environ 2 % des Français travaillant en Suisse, soit 1 800 actifs, et 3 % des Vaudois travaillant à Genève, soit 1 500 actifs », précise Alexandre Prina, directeur de la planification à la Direction générale des transports de l’État de Genève.

La voie verte, nouvel axe de mobilité douce

En corollaire, les aménagements se multiplient. Si leur réalisation paraît trop lente au regard de certaines associations d’usagers, le schéma cyclable du Grand Genève 2030 annonce pourtant un réseau pour des déplacements cyclables à vocation à la fois utilitaire, loisirs et tourisme. Dans une approche à l’échelle de l’agglomération franco-valdo-genevoise, composée de 211 communes entre les départements de l’Ain et la Haute-Savoie, le Canton de Vaud et le Canton de Genève, ce réseau revendique la création d’itinéraires et de services connexes dans un programme d’investissement de 29 millions d’euros côté France, plus de 9,4 millions de francs pour le canton de Genève et 6 millions pour le canton de Vaud.

L’inauguration, le 27 avril dernier, des cinq premiers kilomètres de Voie verte de part et d’autre de la frontière est l’une des incarnations probantes que le “vélo-travail” prend son essor dans le grand Genevois. Ce nouvel axe de mobilité douce emprunte le toit de la tranchée couverte de la ligne ferroviaire CEVA. Le tracé, inauguré par les autorités politiques genevoises et haute-savoyardes, relie la future gare de Genève – Eaux-Vives à celle d’Annemasse.

Dans l’agglomération annemassienne, la voie verte représentera à terme douze kilomètres de la frontière suisse au plateau de Loëx, à Bonne. Elle desservira des zones urbaines et rurales en se raccordant aux voies vertes qui irriguent déjà les contreforts du Mont-Blanc.

Un enjeu de taille

Cette réalisation s’inscrit dans le schéma transfrontalier dans la Voie verte de l’agglomération genevoise.Il s’agit d’une liaison transfrontalière cyclable et sécurisée passant par le centre de Genève et rejoignant le Pays de Gex. Elle constituera, une fois achevée,l’un des tronçons de la vélo-route voie verte du Léman au Mont-Blanc sur laquelle Chrystelle Beurrier entend bien voir se régaler les cyclotouristes,mais tout autant les frontaliers.

« Le développement du vélo comme mode de déplacement au quotidien apporte non seulement le désengorgement endos routes, mais il représente aussi un gain de temps avéré sur le trajet,une pratique sportive opportune et un acte écocitoyen en faveur de la qualité de l’air que nous respirons », pointe la conseillère départementale du canton de Sciez et septième vice-présidente du Conseil départemental de la Haute-Savoie en charge de l’éducation, de la jeunesse et des sports.

La “madame vélo” de la Haute-Savoie suit d’autant mieux l’avancement des chantiers qu’elle préside “l’association Départements & Régions Cyclables de France”, un réseau de Régions, Départements et intercommunalités mobilisés pour construire la France à vélo en 2030.

Dans un bassin de vie où l’équipement automobile haut-savoyard est l’un des plus élevés de France, l’enjeu est de taille. Selon la Direction départementale des territoires de Haute-Savoie, le taux de motorisation haut-savoyard atteint 0,7 voiture/habitant contre 0,60 en France et 0,57 en Auvergne-Rhône-Alpes. Si les déplacements en voiture prédominent en agglomération comme hors agglomération(55 % à 80 %), les vélos concernent néanmoins 2 % de la mobilité.

Toujours plus d’infrastructures dédiées

Un chiffre que les autorités politiques haut-savoyardes et genevoises veulent amplifier au gré des infrastructures nouvelles,sécurisées et dédiées. «Notre plan départemental Haute-Savoie Vélo Voies Vertes vise une continuité en site propre sur 300 km et le fléchage des grands axes vers Genève et Annecy en reliant les grands pôles urbains»,confirme Chrystelle Beurrier.

Mais l’action doit encore aller plus loin selon l’élue. « Alors que la France enregistre une hausse de 10 % de la fréquentation des itinéraires vélos en usage travail/école et loisir, notamment par des touristes allemands et de Nord Europe, alors que notre territoire a la chance de disposer de la Via Rhôna, un tracé à très fort potentiel, nous devons poursuivre nos efforts sur, d’une part, l’offre de stationnement, d’autre part l’homogénéisation des outils de locations entre le canton de Genève et la Haute-Savoie. »

Le conseiller national et président de ProVélo Suisse, Matthias Aebischer est sur la même voie (verte). « Je suis convaincu que le vélo jouera demain enrôle central dans notre mobilité quotidienne».Le 1er mai, son organisation formulait la 14e édition de “bike to work”, un challenge impliquant plus de 55 000 participants dans toute la Suisse, invités durant deux mois à se rendre au travail à vélo. Une édition singulière puisque,en mars dernier, le Conseil fédéral et le Parlement ont modifié l’article 88 de la constitution afin de fournir les bases légales pour un réseau continu de voies cyclables en Suisse !

 

Raphaël Sandraz
Photos : Jacquier Jennifer et Département 74


Pour vous permettre de découvrir notre offre, nous vous proposons gratuitement cet article paru dans l’Extension du printemps 2018.
Pour retrouver l’intégralité des articles de tous nos autres titres, suppléments et hors-séries,
c’est ICI, avec des offres exceptionnelles à partir de 1 € !


 

A lire aussi :

Tout le monde à vélo !

A Chambéry Technolac, des vélos à hydrogène rechargés par une route solaire

 

 

 

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Réseaux-sociaux-ECOMEDIA

ANNONCES LÉGALES : CONSULTEZ ET PUBLIEZ !

Devis immédiat 24h/24 Attestation parution par mail Paiement CB sécurisé

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

ARTICLES LES PLUS LUS

MAG ECO SAVOIE MONT BLANC


MAG ECO DE L'AIN


PUBLICITÉ

MAG L'EXTENSION


MAG ECO NORD ISÈRE



ARTICLES RÉCENTS

Numérique :  un centre de données de proximité à Annecy-le-vieux

Numérique : un centre de données de proximité à Annecy-le-vieux

En cours de création, la Société Coopérative d’Intérêt Collectif DRP 74 s’engage dans l’aménagement numérique des territoires avec des data centers reliés à de la fibre optique. Sa première opération est conduite sur le parc d’activité des Glaisins. Inauguré le 20...

Énérgie : Cap Sud se fait une place au soleil

Énérgie : Cap Sud se fait une place au soleil

L'entreprise photovoltaïque de Vaulx-milieu poursuit son développement et possède un siège social 100 % autonome en énergie. Une spécificité unique en france. «Nous avons un compteur EDF mais il n’est même pas branché ! » Sourire au coin des lèvres, Stéphane Gilli...

Votre magazine ECO Savoie Mont Blanc du 21 septembre 2018

Votre magazine ECO Savoie Mont Blanc du 21 septembre 2018

100% en ligne, feuilletez directement votre magazine ECO Savoie Mont Blanc n°38 du 21 septembre 2018 sur ordinateur, tablette ou smartphone. Réservé aux abonnés Premium. Consultez votre magazine ECO Savoie Mont Blanc édition 73 : Consultez votre magazine ECO Savoie Mont Blanc édition 74 : Le saviez-vous ? Vous pouvez afficher la publication en plein écran, télécharger le document en .pdf (nécessite un compte Calaméo gratuit), l’imprimer, mais aussi rechercher dans la publication ! Pratique, non ? 🙂

Contenu reservé aux abonnés premium

Je me connecte → log in

Je m’abonne → Premium Digital un an, Premium Digital 1 jour, Premium Digital 1 semaine, Premium Digital 1 mois or Premium Digital 6 mois

Besoin d’aide ? → digital@groupe-ecomedia.com

Tourisme : Chamonix joue la carte du bien-être

Tourisme : Chamonix joue la carte du bien-être

Érigé et exploité par le groupe italien QC Terme, le nouveau centre éponyme offre 3000 mètres carrés dédiés aux bains, pour enrichir l’offre touristique. Après deux ans de retard, le centre de bien-être de Chamonix a ouvert ses portes fin août. Situé à proximité du...

Votre magazine L’EXTENSION Automne 2018

Votre magazine L’EXTENSION Automne 2018

100% en ligne, feuilletez directement votre magazine L'EXTENSION Automne 2018 sur ordinateur, tablette ou smartphone. Réservé aux abonnés Premium. Le saviez-vous ? Vous pouvez afficher la publication en plein écran, télécharger le document en .pdf (nécessite un compte...

Votre magazine ECO Nord Isère du 21 septembre 2018

Votre magazine ECO Nord Isère du 21 septembre 2018

100% en ligne, feuilletez directement votre magazine ECO Nord Isère n°38 du 21 septembre 2018 sur ordinateur, tablette ou smartphone. Réservé aux abonnés Premium. Le saviez-vous ? Vous pouvez afficher la publication en plein écran, télécharger le document en .pdf (nécessite un compte Calaméo gratuit), l’imprimer, mais aussi rechercher dans la publication ! Pratique, non ? 🙂

Contenu reservé aux abonnés premium

Je me connecte → log in

Je m’abonne → Premium Digital un an, Premium Digital 1 jour, Premium Digital 1 semaine, Premium Digital 1 mois or Premium Digital 6 mois

Besoin d’aide ? → digital@groupe-ecomedia.com

Quand l’archéologie s’enterre dans la précarité

Quand l’archéologie s’enterre dans la précarité

Qui sont les archéologues ? Quelle formation ont-ils suivi ? Qui les emploie et pour quelles missions ? Combien sont-ils payés ? Creusement du sujet à l'occasion d'un chantier d'intérêt régional à Metz-Tessy (Haute-Savoie). Ce ne sont ni des stagiaires, ni des...

Immobilier : le manque de logements fait fuir les Genevois

Immobilier : le manque de logements fait fuir les Genevois

La pénurie de logements à Genève provoque un exode de la population vers la France voisine et le canton de Vaud, selon une nouvelle étude du Crédit Suisse. Cette situation engendre des problèmes croissants en termes de trafic automobile. La vitalité de l’économie...

Quelle place pour le design dans nos entreprises ?

Quelle place pour le design dans nos entreprises ?

Bertrand Barré, PDG du groupe Zebra et conférencier à ses heures perdues, était l’invité de la soirée DCF pays de l’Ain, le 13 septembre. Ancien joueur de basketball de haut niveau, Bertrand Barré a créé sa première agence de design produit en 1986, à l’âge de 22 ans. Aujourd’hui, il dirige le groupe Zebra, situé à Lyon et employant une cinquantaine de personnes. Une agence référente en matière de design industriel. « Pourtant, il y a trente ans, je doutais que c’était le bon moment pour me lancer, se souvient Bertrand Barré. Disons que j’ai perdu beaucoup de temps à expliquer ce que signifiait le mot design. Car si on ne sait absolument pas l’utiliser en français, employé à tort comme un adjectif, en anglais le mot design est un verbe qui se traduit par concevoir. Et cela change tout.» Le président directeur général du groupe Zebra animait la conférence des DCF Pays de l’Ain le 13 septembre, au centre d’affaires de Bourg-en-Bresse, dans les locaux du Crédit Agricole. D’après Bertrand Barré, si la période 1880-1980 a été profondément marquée par l’essor important de l’ingénierie, le progrès technologique semble en être à ses limites, ces dernières années. « L’ingénierie seule n’est plus la clé, mais le design et l’activité conceptuelle (design thinking en anglais) doivent définir les stratégies des entreprises. » Bousculer les méthodes traditionnelles Une vision entrepreneuriale largement mise en application au sein du groupe Zebra. L’agence de design a tout simplement conçu la brosse à dents à ventouse en 1993 (brevet déposé), à partir de l’observation des habitudes de consommation. « Nous sommes partis du constat que le brossage des dents était une pratique liée à l’hygiène, retrace Bertrand Barré. Nous avons réfléchi à améliorer cette hygiène et au moyen de rendre cet apprentissage dentaire, ludique pour les plus jeunes. » De la même manière, au summum de l’innovation, le groupe Zebra collabore avec l’équipementier de tennis Babolat depuis 25 ans. Ensemble, ils ont conçu la raquette de Rafael Nadal. D’après Bertrand Barré, ces innovations ne peuvent survenir que si l’on admet « les limites des méthodes traditionnelles de marketing et de conception. On travaille extrêmement bien mais on ne produit plus de valeur, poursuit-il. Preuve en est, par exemple, avec les aspirateurs, peu ou prou identiques, vendus par les grandes marques. Il faut remettre en cause les systèmes et oser le changement de paradigme : les entreprises doivent redevenir créatrices ». Si celles-ci sont censées innover pour rester en vie, Bertrand Barré souligne leur incapacité à se lancer réellement. « L’innovation est devenue capitale, or personne ne le fait, constate le PDG du groupe Zebra. Pourquoi Sony, leader mondial de la musique nomade n’a-t-il pas inventé l’Ipod ? Pourquoi Michelin n’a-t-il pas conçu Waze ? Pourquoi aucun des constructeurs automobiles n’a-t-il imaginé Tesla ? » Des questions aux réponses bien mystérieuses. Selon Bertrand Barré, les blocages de pensée empêchent de se projeter vers une démarche innovante. « À l’heure actuelle, un salarié qui apporte une idée nouvelle […]

Contenu reservé aux abonnés premium

Je me connecte → log in

Je m’abonne → Premium Digital un an, Premium Digital 1 jour, Premium Digital 1 semaine, Premium Digital 1 mois or Premium Digital 6 mois

Besoin d’aide ? → digital@groupe-ecomedia.com

INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !

Articles Premium

ARTICLES PREMIUM


ARTICLES PREMIUM

Le vélo-travail en pleine ascensionNotez cet article ! Le vélo, ce n’est pas seulement le Tour de France, même si celui-ci débarque dans quelques jours dans la région ! La Petite reine est peut-être en train de devenir le nouveau moteur des jonctions franco-suisses à l’échelle du bassin genevois. L’offre s’organise et les aménagements se multiplient. Qu’on se le dise : la “petite reine” prend des parts à l’auto dans la mobilité professionnelle et/ou quotidienne dans le grand Genevois. Selon le magazine Genève Home Informations, le nombre de déplacements à vélo a augmenté en cinq ans de 45 % aux heures de pointe à Genève. Cette progression fait suite à une série de comptages réalisés entre 2009 et 2011 par l’État de Genève, lesquels montraient déjà une hausse spectaculaire de la pratique du vélo de 30 %. Sur la seule avenue d’Aïre, la Direction générale des transports genevoise a noté un bond du nombre de cyclistes : de 39 945 en 2012 à 52 829 en 2015. La raison ? Le déploiement du vélo travail. Si le loisir en deux roues a longtemps été perçu comme la stratégie de développement des itinéraires, le déplacement domicile-travail et/ou domicile-école prend une part croissante dans les liaisons de part et d’autre de la frontière, mais aussi entre Haute-Savoie et canton de Genève. Chaque jour, les jonctions cyclables franco-suisses sont empruntées par « environ 2 % des Français travaillant en Suisse, soit 1 800 actifs, et 3 % des Vaudois travaillant à Genève, soit 1 500 actifs », précise Alexandre Prina, directeur de la planification à la Direction générale des transports de l’État de Genève. La voie verte, nouvel axe de mobilité douce En corollaire, les aménagements se multiplient. Si leur réalisation paraît trop lente au regard de certaines associations d’usagers, le schéma cyclable du Grand Genève 2030 annonce pourtant un réseau pour des déplacements cyclables à vocation à la fois utilitaire, loisirs et tourisme. Dans une approche à l’échelle de l’agglomération franco-valdo-genevoise, composée de 211 communes entre les départements de l’Ain et la Haute-Savoie, le Canton de Vaud et le Canton de Genève, ce réseau revendique la création d’itinéraires et de services connexes dans un programme d’investissement de 29 millions d’euros côté France, plus de 9,4 millions de francs pour le canton de Genève et 6 millions pour le canton de Vaud. L’inauguration, le 27 avril dernier, des cinq premiers kilomètres de Voie verte de part et d’autre de la frontière est l’une des incarnations probantes que le “vélo-travail” prend son essor dans le grand Genevois. Ce nouvel axe de mobilité douce emprunte le toit de la tranchée couverte de la ligne ferroviaire CEVA. Le tracé, inauguré par les autorités politiques genevoises et haute-savoyardes, relie la future gare de Genève – Eaux-Vives à celle d’Annemasse. Dans l’agglomération annemassienne, la voie verte représentera à terme douze kilomètres de la frontière suisse au plateau de Loëx, à Bonne. Elle desservira des zones urbaines et rurales en se raccordant aux voies vertes qui irriguent déjà les […]
This category can only be viewed by members.

Immobilier : réinventer l’offre pour les entreprises

Immobilier : réinventer l’offre pour les entreprises4 (80%) 1 vote Malgré un marché dynamique, une véritable pénurie de locaux se profile sur des territoires attractifs et le manque de foncier pénalise le développement des programmes neufs. Avec une demande en hausse et un marché en progression, l’horizon du marché de l’immobilier d’entreprise semble dégagé en 2018 : 25,9 milliards d’euros ont été investis en France en 2017, un volume d’investissement qui n’enregistre qu’une baisse lége re (-1 %) par rapport au montant record de 2016, selon le cabinet Nexity. La France profite ainsi, comme ses voisins, de l’amélioration de la conjoncture européenne et mondiale. Le marché des bureaux se taille la part du lion, avec 72 % des volumes investis, tandis que les commerces perdent du terrain, même si ce marché est porté par une amélioration de la conjoncture économique française, de la confiance des ménages et la reprise de la fréquentation touristique. Selon une étude menée par le groupe de conseil Knight Frank, le marché de l’immobilier d’entreprise s’est poursuivi dans la même dynamique au premier trimestre 2018 avec pre s de 3,7 milliards d’euros investis en France. Même si les grandes opérations ont pour beaucoup été réalisées en Ile-de- France (2,4 Mds d’euros y ont été investis en bureaux depuis janvier, dont 67 % sur des opérations supérieures à 100 millions), le marché en régions connaît la même évolution avec quelques transactions significatives. L’agglomération lyonnaise demeure le deuxième marché en immobilier d’entreprise, avec 270 000 mètres carrés placés à l’occasion de 600 transactions, selon les chiffres de BNP Paribas Real Estate. Certes, la capitale des Gaules a connu une année 2017 moins exceptionnelle que la précédente, mais ces résultats confirment son dynamisme et son pouvoir d’attraction. Toutefois, comme le souligne Nexity, le volume d’investissement plafonne autour de 26 milliards d’euros, à cause de la rareté des produits disponibles sur le marché. L’offre en stock est vieillissante, voire obsolète, tandis que le foncier se fait rare dans les zones attractives, ce qui limite le lancement de programmes neufs. Un foncier dégradé à reconquérir Cette tendance présente des risques pour l’activité économique des territoires concernés, comme la Haute- Savoie : les entreprises locales renoncent à s’agrandir pour se développer ou vont s’implanter ailleurs, tandis que les entreprises exogènes choisissent de s’installer dans des zones où la pression foncière est moins forte. « Dans les métropoles, on voit se multiplier les opérations de construction en blanc : les programmes sont lancés sans même que l’utilisateur final soit connu », explique Jean-François Berthier, directeur associé Axite CBRE et responsable de l’agence d’Annecy. « L’État a pris des dispositions législatives pour réduire la consommation des espaces naturels et agricoles due à l’étalement urbain, rappelle Sybille Thirion, directrice du Centre d’échanges et de ressources foncières (Cerf) Auvergne-Rhône-Alpes qui contribue au programme IDfriches. Le développement urbain et économique ne peut donc se faire que dans les espaces existants, d’où la nécessité pour les collectivités de récupérer le foncier dégradé que représentent les friches industrielles et d’activité, et […]

Contenu reservé aux abonnés premium

Je me connecte → log in

Je m’abonne → Premium Digital un an, Premium Digital 1 jour, Premium Digital 1 semaine, Premium Digital 1 mois or Premium Digital 6 mois

Besoin d'aide ? → digital@groupe-ecomedia.com