Faisant suite à l’assemblée générale des grévistes au niveau national, une réunion régionale s’est tenue à Annecy dernièrement.

Il y a toujours urgence à renforcer les urgences. C’est le constat tiré au niveau national par le comité de grève du Collectif inter-urgences, ainsi que par de nombreux professionnels des hôpitaux de la région réunis fin juillet en assemblée générale à Annecy.

Les syndicats régionaux CGT et FO, des infirmiers, des aides-soignants, des agents de régulation médicale, du personnel administratif, des brancardiers, des ambulanciers, des secrétaires, des médecins ont tous redit leur « motivation pour continuer à se battre afin de travailler dans la qualité et la sécurité des soins« . Ils répètent ne plus « tolérer la prise en charge actuelle des patients : des heures passées sur les brancards, le temps d’attente qui ne fait qu’augmenter, un manque de personnel qui épuise les équipes et met en danger les patients« .

Comme l’hôpital d’Albertville-Moûtiers, de nombreux établissements étaient représentés. Crédit photo : SyB

De nombreux centres hospitaliers étaient représentés lors de cette réunion qui a rassemblé une cinquantaine de personnes : Edouard Herriot (Lyon), Lyon Sud, Voiron, Alpes Léman (Contamine-sur-Arve), le CHU de Grenoble, Métropole Savoie (Chambéry), Thonon, Albertville-Moûtiers, Annecy-Genevois.

Au plan national, plus de 210 services d’urgences se sont désormais ralliés au mouvement qui est, selon les syndicats, « en perpétuelle ascension« .