De nouvelles étapes dans la modernisation de Fleyriat

par | 7 Jan 2021

La cure de jouvence de l’hôpital de Bourg-en-Bresse se poursuit avec de nouveaux locaux de chirurgie ambulatoire et des travaux dans le hall d’entrée.

Depuis ce mardi 5 janvier, le hall d’accueil de l’hôpital Fleyriat, à Bourg-en-Bresse, est fermé pour travaux. Les usagers découvri­ront en 2022, un nouvel accueil, de plain-pied, débarrassé de ses escaliers et escalators. Mais en attendant, les entrées se font par des locaux tempo­raires, du côté de la radiothérapie, par l’ancienne maternité. Pour ceux qui veulent éviter d’en passer par là, il est possible de prendre rendez-vous sur ch-bourg-en-bresse.fr et de rece­voir par mail et SMS, une confirma­tion avec un lien pour compléter en ligne son dossier d’admission et joindre toutes les pièces nécessaires : carte d’identité ou passeport, attesta­tion de droits de la Sécurité Sociale, carte de mutuelle… Quelque 10 300 admissions électroniques ont été enregistrées depuis la mise en place de ce service que l’hôpital sou­haite développer.

Une nouvelle IRM

Le chantier de l’accueil marque la phase 4 d’une opération de réhabilitation de l’éta­blissement commencée en 2016 et qui doit s’achever à l’horizon 2024. Cette année doit voir l’installation d’une nouvelle IRM, sur un plateau d’imagerie médicale rénové et la mise en service d’un nouveau plateau de biologie. Suivront en 2022, la mise en service d’un nouveau bâtiment pour les activités de soins de suite et de réadaptation, d’une salle hybride au bloc opératoire, ainsi que l’exten­sion et la modernisation de la radio­thérapie. « Des projets porteurs d’avenir et de promesses », commente Frédérique Labro-Gouby, directrice de l’établissement.

L’ambulatoire roi

Quant à 2020, elle a vu l’aménage­ment, puis l’ouverture en décembre, d’un tout nouveau service de chirurgie ambulatoire, plus agréable pour les patients et plus pra­tique pour les soi­gnants car plus près du bloc opératoire. Une évolution liée pour partie à l’arrivée de nouveaux praticiens, notamment deux ORL et une spécialiste de la chirurgie maxillo-faciale. « Cette activité, démarrée en 2009, est aujourd’hui bien accep­tée par tous, chirur­giens, soignants et patients. Ces derniers sont même deman­deurs. Aujourd’hui, 50 % des opéra­tions sont réalisées en ambulatoire. Ce service regroupe plusieurs spécialités avec pour particularité de permettre une intervention sur la journée », remarque le docteur Mathilde Cattenoz (en photo ci-dessous). « Il ne s’agit pas seulement d’actes simples. Même des opérations lourdes peuvent être traitées en ambu­latoire, grâce aux progrès de la prise en charge de la douleur et des soins de suite », ajoute Frédérique Labro-Gouby. Et le docteur de reprendre : « Nous avons à la fois une meilleure maîtrise de l’anesthésie et une meilleure prévention et prise en charge des risques de complications. Moins on est à l’hôpital, mieux on se porte. Mais tout cela répond à des exigences de sécurité. La chirurgie ambulatoire est réservée aux patients qui ne sont pas seuls en rentrant chez eux et qui pré­sentent une bonne compréhension des risques et des soins de suite. Elle est accessible aux personnes âgées à condi­tion que l’entourage familial y soit favorable. C’est particulièrement béné­fique pour elles. Cela permet d’éviter une rupture avec leur environnement habituel. »

Unité de chirurgie ambulatoire, Fleyriat, Dr Mathilde Cattenoz

Selon la directrice, dans un établis­sement neuf, 40 à 50 % des surfaces sont dédiées à l’ambulatoire. « Ce n’est pas le cas à Bourg-en-Bresse à la fois parce que le site est ancien et parce que nous pratiquons encore beaucoup d’interventions lourdes. » Mais cela correspond aussi à son rôle d’établis­sement de dernier recours.

Chirurgie ambulatoire Fleyriat

Entre le désamiantage et le désossage complet de certains bâtiments, la réhabilitation de l’hôpital de Fleyriat présente des coûts importants. Ainsi, la rénovation intégrale de l’unité de chirurgie ambulatoire (ci-dessus) s’élève à 2 907 000 euros hors taxes. L’opération de réhabilitation du bâtiment principal comprend cinq phases, dont la quatrième débute en mars pour s’achever à l’automne 2022. La première avait été livrée en 2017. La cinquième marquera la fin d’un schéma directeur de travaux qui avait commencé avec la création d’un nouveau bâtiment administratif, en 2011.


Par Sébastien Jacquart

Une Eco de l'AinCet article est paru dans le magazine ECO de l’Ain du 7 janvier 2021. Pour retrouver l’intégralité des articles de notre hebdomadaire, mais aussi nos suppléments et hors-séries, c’est ICI et ICI.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

LinkLab, un signal pour la ville de demain

Une bonne année de travaux est encore nécessaire pour que le LinkLab accueille ses premières entreprises dans le quartier de La Cassine à Chambéry. Ce programme tertiaire bioclimatique est un condensé d'innovations...

Lire la suite

Publicité

Pin It on Pinterest