Diriger une entreprise est-il bon pour la santé ? Olivier Torres, enseignant-chercheur de l’université de Montpellier III et de l’EM Lyon, créateur de l’observatoire Amarok de la santé des dirigeants de PME, était invité à répondre à cette question en clôture de l’assemblée générale de BTP Ain, le 30 avril. «Il n’existe pas de médecine du travail pour les travailleurs non-salariés. Or, ces derniers cumulent les facteurs pathogènes : stress, surcharge de travail, incertitudes… Au regard de ces éléments, vous devriez tomber comme des mouches. Pourtant, vous étes plutôt bien portants», observe le chercheur qui explique ce paradoxe par différents facteurs «salutogènes» : le sentiment de maîtriser son destin, l’endurance et l’optimisme.

Au terme d’une première étude, le chercheur est capable d’affirmer que oui, les dirigeants de PME sont en meilleure santé que les salariés. «Mais, les écarts types sont plus importants, souligne-t-il. Lorsque vous craquez, vous descendez plus bas. C’est une santé plus risquée, qui nécessite davantage de prévention.» Aussi, Olivier Torres invite les chefs d’entreprise à aider les fédérations à repérer les signes d’un futur burn-out. …