Too Good to go se développe à Annecy pour éviter le gaspillage

Too Good to go se développe à Annecy pour éviter le gaspillage
Too Good to go se développe à Annecy pour éviter le gaspillage
Notez cet article !

Mise au point par une start-up parisienne en 2016, l’application To Good to go met en relation des clients et des commerçants qui bradent leurs produits plutôt que de les jeter. Après avoir ciblé les grandes agglomérations, elle se développe en Pays de Savoie. Explications et témoignages de deux établissements annéciens qui se sont lancés.

 

Brader plutôt que de jeter. Tel est le concept de départ de To good to go. L’appli pour smartphone, développée en juin 21016 par une start-up parisienne,  met en relation des clients et des commerçants qui cèdent à bas prix leurs produits plutôt que de les jeter.

Chaque jour le commerçant met en ligne un certain nombre de paniers qui seront disponibles en fin  de journée. Le cas échéant, il ajuste à la hausse ou à la baisse, en fonction de ses ventes “normales”. Les clients, eux, surfent sur l’appli pour connaître les produits disponibles chez les différents établissements partenaires.

Pour le client, le service de l’appli est gratuit (mais pas le panier!). Le commerçant, lui, verse un pourcentage sur chaque vente de panier  à To good to go  ou, plus exactement, c’est l’appli qui encaisse (le paiement se fait par smartphone) et reverse ensuite au commerçant après avoir pris sa part.

 

Plus de 1 000 repas déjà “sauvés” sur Annecy

Après avoir ciblé les grandes agglomérations, To good to go, en plein effort de développement, s’attaque aux villes moyennes. Et en Pays de Savoie, si elle est aussi disponible à Chambéry et Aix-les-Bains, c’est à Annecy qu’elle s’est le mieux implantée. “Nous avons déjà une dizaine d’établissements partenaires, sans parler des contacts qui ne se sont pas encore concrétisés“, explique l’entreprise. Fin janvier, To good to go revendiquait ainsi “plus de 1000 repas sauvés” dans la capitale haut-savoyarde depuis septembre.

Les établissements partenaires sont pour l’instant surtout positionnés sur la petite restauration : boulangeries-sandwicheries, experts de la tarte ou du “bagel”, hôtels (pour des paniers de petits déjeuners)… Mais le cercle pourrait bientôt s’agrandir puisque l’appli est également ouverte aux restaurants traditionnels, aux primeurs et autres magasins alimentaires.

La boulangerie Milano – Le Fournil des Pommaries, à Annecy-le-Vieux, est l’un des établissements engagés avec To good to go. Crédit photo : boulangerie Milano.

Etablissements engagés : d’abord une démarche éthique

Plus que les recettes que cela peut générer, les commerçants qui se sont engagés dans la démarche mettent en avant la dimension éthique. “Nous avons lancé le partenariat avec To good to go fin 2017 car des hôtels du groupe nous en avait parlé positivement, explique Céline Verrière, responsable restauration au Novotel Annecy. Cela fonctionne bien. C’est d’abord un moyen de ne pas jeter. Nous proposons dans nos colis tous types de denrées périssables disponibles sur nos petits déjeuners (produits laitiers, viennoiseries, fruits) et que nous étions auparavant contraints de jeter s’ils n’étaient pas consommés  par les clients de l’hôtel. Là tout le monde est gagnant. Ce n’est pas une question d’argent : les prix sont bas et nous reversons une partie à l’application : c’est vraiment l’envie de ne pas gaspiller.

Nous sommes une boulangerie artisanale et pour conserver notre image de qualité nous ne proposons pas de “panier de la veille“. Or donner à des associations est assez contraignant : il faut s’engager sur un volume constant, explique Stecy Talbi, responsable du magasin de la boulangerie Milano, à Annecy-le-Vieux. To good to go nous permet de moins ou de ne plus jeter en gardant de la souplesse. Nous proposons dix paniers (avec pain, viennoiserie et petite restauration sâlée)  par jour et au cour de la journée nous ajustons, si besoin, à la hausse ou à la baisse en fonction des commandes de paniers et de nos ventes “normales”.  Nos paniers sont vendus 3 euros (NDLR :  y compris la commission prise par l’application) pour une valeur normale de 10 à 15 euros : l’idée ce n’est pas gagner de l’argent, c’est vraiment de ne pas gaspiller.

 

Des clientèles différentes mais perméables

Les clients des paniers sont d’abord des opportunistes en mal d’un repas pour le soir et/ou en recherche de produits pas chers. Mais les deux établissements que nous avons interrogés évoquent des perméabilité entre la clientèle habituelle et celle de l’appli. “Parfois c’est un client de l’hôtel qui vient chercher son panier To good to go“, explique Céline Verrière.  “Certains clients qui ont découvert la boulangerie via l’application reviennent ensuite acheter nos produits “normalement”. A l’inverse, des habitués du pain du matin ont découvert l’application et repassent certains soirs prendre leur panier“, ajoute Stecy Talbi.

 

L’appli compte poursuivre son développement en Pays de Savoie comme dans le reste de la France. Crédit photo ci-dessus et photo haut de page : www.togoodtogo.fr

 

 

 

 

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Réseaux-sociaux-ECOMEDIA

ANNONCES LÉGALES : CONSULTEZ ET PUBLIEZ !

Devis immédiat 24h/24 Attestation parution par mail Paiement CB sécurisé

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

ARTICLES LES PLUS LUS

MAG ECO SAVOIE MONT BLANC


MAG ECO DE L'AIN


PUBLICITÉ

MAG L'EXTENSION


MAG ECO NORD ISÈRE



ARTICLES RÉCENTS

L’archéologie, spécialiste de la précarité longue durée

L’archéologie, spécialiste de la précarité longue durée

Qui sont les archéologues ? Quelle formation ont-ils suivi ? Qui les emploie et pour quelles missions ? Combien sont-ils payés ? Creusement du sujet à l'occasion d'un chantier d'intérêt régional à Metz-Tessy (Haute-Savoie). Ce ne sont ni des stagiaires, ni des...

Immobilier : le manque de logements fait fuir les Genevois

Immobilier : le manque de logements fait fuir les Genevois

La pénurie de logements à Genève provoque un exode de la population vers la France voisine et le canton de Vaud, selon une nouvelle étude du Crédit Suisse. Cette situation engendre des problèmes croissants en termes de trafic automobile. La vitalité de l’économie...

Quelle place pour le design dans nos entreprises ?

Quelle place pour le design dans nos entreprises ?

Bertrand Barré, PDG du groupe Zebra et conférencier à ses heures perdues, était l’invité de la soirée DCF pays de l’Ain, le 13 septembre. Ancien joueur de basketball de haut niveau, Bertrand Barré a créé sa première agence de design produit en 1986, à l’âge de 22 ans. Aujourd’hui, il dirige le groupe Zebra, situé à Lyon et employant une cinquantaine de personnes. Une agence référente en matière de design industriel. « Pourtant, il y a trente ans, je doutais que c’était le bon moment pour me lancer, se souvient Bertrand Barré. Disons que j’ai perdu beaucoup de temps à expliquer ce que signifiait le mot design. Car si on ne sait absolument pas l’utiliser en français, employé à tort comme un adjectif, en anglais le mot design est un verbe qui se traduit par concevoir. Et cela change tout.» Le président directeur général du groupe Zebra animait la conférence des DCF Pays de l’Ain le 13 septembre, au centre d’affaires de Bourg-en-Bresse, dans les locaux du Crédit Agricole. D’après Bertrand Barré, si la période 1880-1980 a été profondément marquée par l’essor important de l’ingénierie, le progrès technologique semble en être à ses limites, ces dernières années. « L’ingénierie seule n’est plus la clé, mais le design et l’activité conceptuelle (design thinking en anglais) doivent définir les stratégies des entreprises. » Bousculer les méthodes traditionnelles Une vision entrepreneuriale largement mise en application au sein du groupe Zebra. L’agence de design a tout simplement conçu la brosse à dents à ventouse en 1993 (brevet déposé), à partir de l’observation des habitudes de consommation. « Nous sommes partis du constat que le brossage des dents était une pratique liée à l’hygiène, retrace Bertrand Barré. Nous avons réfléchi à améliorer cette hygiène et au moyen de rendre cet apprentissage dentaire, ludique pour les plus jeunes. » De la même manière, au summum de l’innovation, le groupe Zebra collabore avec l’équipementier de tennis Babolat depuis 25 ans. Ensemble, ils ont conçu la raquette de Rafael Nadal. D’après Bertrand Barré, ces innovations ne peuvent survenir que si l’on admet « les limites des méthodes traditionnelles de marketing et de conception. On travaille extrêmement bien mais on ne produit plus de valeur, poursuit-il. Preuve en est, par exemple, avec les aspirateurs, peu ou prou identiques, vendus par les grandes marques. Il faut remettre en cause les systèmes et oser le changement de paradigme : les entreprises doivent redevenir créatrices ». Si celles-ci sont censées innover pour rester en vie, Bertrand Barré souligne leur incapacité à se lancer réellement. « L’innovation est devenue capitale, or personne ne le fait, constate le PDG du groupe Zebra. Pourquoi Sony, leader mondial de la musique nomade n’a-t-il pas inventé l’Ipod ? Pourquoi Michelin n’a-t-il pas conçu Waze ? Pourquoi aucun des constructeurs automobiles n’a-t-il imaginé Tesla ? » Des questions aux réponses bien mystérieuses. Selon Bertrand Barré, les blocages de pensée empêchent de se projeter vers une démarche innovante. « À l’heure actuelle, un salarié qui apporte une idée nouvelle […]

Contenu reservé aux abonnés premium

Je me connecte → log in

Je m’abonne → Premium Digital un an, Premium Digital 1 jour, Premium Digital 1 semaine, Premium Digital 1 mois or Premium Digital 6 mois

Besoin d’aide ? → digital@groupe-ecomedia.com

L’édito de Myriam Denis : “La formule magique de Macron”

L’édito de Myriam Denis : “La formule magique de Macron”

Quand le Président Emmanuel Macron se prend pour un conseiller Pôle Emploi, cela passe mal dans l'opinion. Dans son édito, Myriam Denis en analyse les raisons. « Vous faites une rue, là, vous allez à Montparnasse par exemple, vous faites la rue avec tous les cafés et...

Votre magazine ECO de l’Ain du 20 septembre 2018

Votre magazine ECO de l’Ain du 20 septembre 2018

100% en ligne, feuilletez votre magazine Eco de l’Ain n°12199 du 20 septembre 2018 sur ordinateur, tablette ou smartphone. Réservé aux abonnés Premium. Le saviez-vous ? Vous pouvez afficher la publication en plein écran, télécharger le document en .pdf (nécessite un compte Calaméo gratuit), l’imprimer, mais aussi rechercher dans la publication ! Pratique, non ? 🙂

Contenu reservé aux abonnés premium

Je me connecte → log in

Je m’abonne → Premium Digital un an, Premium Digital 1 jour, Premium Digital 1 semaine, Premium Digital 1 mois or Premium Digital 6 mois

Besoin d’aide ? → digital@groupe-ecomedia.com

Partenariat MIND / Le travail

Partenariat MIND / Le travail

Entre nécessité financière et objectifs personnels, entre principe de réalité et envies, le parti pris d’aller résolument vers de grandes espérances ! Par Mind. À chaque époque son diktat qui perdure et s’additionne : le « PRODUIRE » au XVIIIème siècle, le «...

Immobilier neuf : recul des ventes à Chambéry au 1er semestre 2018

Immobilier neuf : recul des ventes à Chambéry au 1er semestre 2018

Au 30 juin 2018, les réservations dans le neuf reculent de 18 % dans le Grand Chambéry, les mises en commercialisation aussi... mais de nouvelles opérations devraient reconstituer l'offre d'ici la fin de l'année. Le point avec la FPI Alpes. Si 2017 a été...

Publi-reportage / Les objets acoustiques, par le groupe EPC

Publi-reportage / Les objets acoustiques, par le groupe EPC

Aujourd’hui de nombreux objets acoustiques sont à votre disposition pour améliorer le confort de vos espaces de travail tout en apportant la « touche déco » à votre environnement. Ces solutions absorbantes allient performance, technicité et modernité. Elles se...

Lyon-Turin : dans les entrailles du projet

Lyon-Turin : dans les entrailles du projet

A l'aube de choix décisifs pour le projet, en France comme en Italie, Eco a creusé le sujet. Articles, interviews, enquête : un dossier exclusif. Le gouvernement français a dévoilé, mardi 11 septembre 2018, sa politique d'investissement prioritaire dans les...

INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !

Articles Premium

ARTICLES PREMIUM


ARTICLES PREMIUM

Too Good to go se développe à Annecy pour éviter le gaspillageNotez cet article ! Mise au point par une start-up parisienne en 2016, l’application To Good to go met en relation des clients et des commerçants qui bradent leurs produits plutôt que de les jeter. Après avoir ciblé les grandes agglomérations, elle se développe en Pays de Savoie. Explications et témoignages de deux établissements annéciens qui se sont lancés.   Brader plutôt que de jeter. Tel est le concept de départ de To good to go. L’appli pour smartphone, développée en juin 21016 par une start-up parisienne,  met en relation des clients et des commerçants qui cèdent à bas prix leurs produits plutôt que de les jeter. Chaque jour le commerçant met en ligne un certain nombre de paniers qui seront disponibles en fin  de journée. Le cas échéant, il ajuste à la hausse ou à la baisse, en fonction de ses ventes “normales”. Les clients, eux, surfent sur l’appli pour connaître les produits disponibles chez les différents établissements partenaires. Pour le client, le service de l’appli est gratuit (mais pas le panier!). Le commerçant, lui, verse un pourcentage sur chaque vente de panier  à To good to go  ou, plus exactement, c’est l’appli qui encaisse (le paiement se fait par smartphone) et reverse ensuite au commerçant après avoir pris sa part.   Plus de 1 000 repas déjà “sauvés” sur Annecy Après avoir ciblé les grandes agglomérations, To good to go, en plein effort de développement, s’attaque aux villes moyennes. Et en Pays de Savoie, si elle est aussi disponible à Chambéry et Aix-les-Bains, c’est à Annecy qu’elle s’est le mieux implantée. “Nous avons déjà une dizaine d’établissements partenaires, sans parler des contacts qui ne se sont pas encore concrétisés“, explique l’entreprise. Fin janvier, To good to go revendiquait ainsi “plus de 1000 repas sauvés” dans la capitale haut-savoyarde depuis septembre. Les établissements partenaires sont pour l’instant surtout positionnés sur la petite restauration : boulangeries-sandwicheries, experts de la tarte ou du “bagel”, hôtels (pour des paniers de petits déjeuners)… Mais le cercle pourrait bientôt s’agrandir puisque l’appli est également ouverte aux restaurants traditionnels, aux primeurs et autres magasins alimentaires. Etablissements engagés : d’abord une démarche éthique Plus que les recettes que cela peut générer, les commerçants qui se sont engagés dans la démarche mettent en avant la dimension éthique. “Nous avons lancé le partenariat avec To good to go fin 2017 car des hôtels du groupe nous en avait parlé positivement, explique Céline Verrière, responsable restauration au Novotel Annecy. Cela fonctionne bien. C’est d’abord un moyen de ne pas jeter. Nous proposons dans nos colis tous types de denrées périssables disponibles sur nos petits déjeuners (produits laitiers, viennoiseries, fruits) et que nous étions auparavant contraints de jeter s’ils n’étaient pas consommés  par les clients de l’hôtel. Là tout le monde est gagnant. Ce n’est pas une question d’argent : les prix sont bas et nous reversons une partie à l’application : c’est vraiment l’envie de ne pas gaspiller.” “Nous […]
This category can only be viewed by members.