Transition énergétique : quand les citoyens sont aux manettes

Transition énergétique : quand les citoyens sont aux manettes
Transition énergétique : quand les citoyens sont aux manettes
4 (80%) 1 vote

L’énergie est l’affaire de tous ! Un slogan qui est aujourd’hui une réalité avec la multiplication en Europe de projets originaux menés par les citoyens ou les incluant, à l’instar de ceux mis en place dans la région du Grand Genève.

Si l’Allemagne a longtemps occupé la place de pionnière en termes de transition énergétique, avec la création de nombreuses initiatives citoyennes associant particuliers, collectivités et acteurs économiques locaux au sein de projets visant à développer des énergies renouvelables, elle n’est aujourd’hui plus la seule. D’autres pays européens se sont engagés avec succès dans cette voie. C’est le cas notamment de la France, où les initiatives citoyennes se sont multipliées ces dernières années, à l’image du collectif CitoyENergie, lancé en 2017, qui s’est déployé sur les territoires du Genevois français et du Faucigny pour promouvoir la production d’une énergie électrique propre, locale et renouvelable.

L’impulsion a été donnée par le Pôle métropolitain du Genevois français via une commande à Innovales, un pôle territorial de coopération économique, actif depuis 2013 dans le domaine du développement durable et de l’économie sociale et solidaire sur le Genevois français et la Haute-Savoie. Pour Hervé Villard, chef de projet “Territoire à énergie positive” au Pôle métropolitain, « le rôle d’Innovales consiste à identifier sur le terrain des initiatives intéressantes, ainsi que les personnes prêtes à s’investir, et à leur offrir un cadre permettant le développement et l’aboutissement d’un projet.

Quant au Pôle métropolitain, il occupe la place de chef d’orchestre. Nous constatons que les habitants de la région, tant du côté français que suisse, sont concernés par la transition énergétique et ils sont souvent dans l’attente de réalisations concrètes. Les personnes sont également prêtes à investir financièrement dans des projets, comme on l’a vu récemment à Lucinges pour l’installation d’une chaufferie bois énergie et d’un réseau de chaleur citoyens au coeur du village. »

Une partie des membres du collectif CitoyEnergie en réunion plénière à Archamps, dans les locaux de la CCG.

Collectivités à l’appui des citoyens

Sarah Berndt, porte-parole de CitoyEnergie, salue l’action déterminante du Pôle métropolitain, des Communautés de communes du Genevois et d’Arve et Salève. « Il est certain que, sans l’appui des collectivités, les choses ne se seraient pas faites si vite. Elles ont joué le rôle de facilitateur et nous avons aussi bénéficié d’un fort appui de la part des élus. » Les deux premiers projets du collectif portent sur l’installation de capteurs solaires photovoltaïques sur sept toits de bâtiments publics ou privés à Reignier, pour un montant de 556 000 euros, et sur huit toits à Collonges-sous-Salève, pour une somme de 618 000 euros. Les toits seront loués par Citoy’Energie.

Constituée en coopérative, CitoyENergie s’active afin de lever les fonds nécessaires à la réalisation des projets. « Le prix de l’action est fixé à 100 euros pour un montant maximum de 15 000 euros. Le taux maximum brut annuel de rémunération, qui interviendra après trois ans, pourra atteindre jusqu’à 3 % sur 20 ans. L’acquisition de parts sociales est complètement transfrontalière. Nous avons déjà récolté un total de promesses de souscription d’actions de 60 000 euros pour un capital escompté de 100 000 euros nécessaire à la création de la SAS CitoyENergie – Centrales Villageoises du Faucigny-Genevois », explique Sarah Berndt.

Dans un premier temps, l’électricité produite sera revendue en partenariat avec une entreprise éthique comme Enercoop, permettant ainsi la rémunération des participants au projet, mais à plus long terme Sarah Berndt n’exclut pas la possibilité de développer des projets d’autoconsommation.

Genève : débuts prometteurs pour “Impact”

A Genève aussi, la volonté citoyenne de s’investir dans le secteur de l’énergie existe. Comme l’explique Hervé Fauvain, chef de projet environnement Grand Genève et canton de Genève, les démarches peuvent prendre des formes différentes comme c’est le cas avec la plateforme de financement participatif « Impact », mise en place par les Services Industriels de Genève (SIG) en février dernier.

« Dans ce cas, les citoyens sont moins à l’origine de la structure du projet. Les Services industriels de Genève (SIG) ont constaté que l’envie d’agir en faveur de la transition énergétique était souvent freinée par le coût lié aux travaux d’une nouvelle installation. Partant de cela, ils ont créé la plateforme Impact qui met en relation d’un côté des porteurs de projets et de l’autre, des citoyens désireux d’apporter leur contribution, même modeste. »

Par le biais d’Impact, chacun peut soutenir des projets genevois d’efficience énergétique ou de nouvelles énergies renouvelables mis en oeuvre par des entreprises ou associations locales, moyennant une contrepartie en bien ou en service. La faisabilité des projets est étudiée par les SIG avant d’être proposée au public. La durée de la levée de fonds est variable (entre quatre et six semaines pour l’instant) et la réalisation des travaux se déroulera au cours des six mois suivants. Au cas où la somme ne serait pas réunie, les souscripteurs seraient intégralement remboursés.

De plus, si les SIG financent la plateforme et sa promotion, ils ne prélèvent aucune commission, sauf si le porteur de projet se fournit en électricité auprès d’une autre entreprise. Le premier bilan est positif, la levée de fonds ayant abouti pour cinq des six projets lancés depuis la création de la plateforme Impact. L’éclairage de la Boulangerie Ruckstuhl a ainsi été rénové pour un coût de 6 000 francs, permettant d’économiser 7 000 kWh/ an d’électricité, soit l’équivalent de la consommation électrique de 2,5 ménages genevois.

L’enveloppe thermique du Bateau Genève, un lieu d’accueil, de soutien et de réinsertion socioprofessionnelle pour les personnes en situation de précarité, est aussi améliorée : les fonds récoltés permettent de financer à hauteur d’un quart l’isolation thermique du bateau, dont le coût des travaux se monte à quelque 200 000 francs, le reste étant financé par des donations de fondations. Les travaux d’isolation auront pour résultat une diminution de la consommation de chaleur de 43 % à l’horizon 2021. « Ce type de projet, reprend Hervé Fauvain, s’inscrit exactement dans cette culture d’une transition énergétique heureuse. ».


www.citoyenergie.org
Facebook : Citoyenergie
www.sig-impact.ch


Par Odile Habel.

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ANNONCES LÉGALES : CONSULTEZ ET PUBLIEZ !

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

PUBLICITÉ

ARTICLES LES PLUS LUS

PUBLICITÉ

Pin It on Pinterest

Share This