Pour ses 50 ans, Poralu change de nom et devient Kapeci !

par | 28 Sep 2018

Depuis sa création en 1968, l’entreprise Poralu (Port), a acquis une solide réputation en investissant dans les équipements de haute technologie tout en restant soucieuse de l’humain.

L’aventure de Poralu a commencé le 1er mars 1968. L’entreprise est l’une des précurseurs de la menuiserie aluminium dans les années 1980. « Nous avons acquis un vrai savoir-faire industriel en matière de fabrication de façades vitrées. Nous disposons d’un outil de production pour chacune de nos trois activités que sont la charpente métallique, la menuiserie aluminium et la métallerie, a rappelé le président Arnaud Pellegrini, âgé de 44 ans. Notre seul site est situé à Port, et tous nos services sont présents ici. Nous sommes en mesure de proposer à l’ensemble de nos clients une prestation globale. »

« L’état d’esprit de départ n’était pas de construire une grande entreprise, mais de satisfaire le désir des gens, animé par une passion d’entreprendre », retrace Bruno Pellegrini, cofondateur de l’entreprise Poralu avec Léon Carminati. En 1987, le groupe se structure en deux sociétés distinctes : Poralu SA (construction métallique) et Poralu PVC Marine (menuiseries PVC et marine). La première est dirigée par la famille Pellegrini, la seconde par la famille Carminati. Lors de la transmission de Bruno Pellegrini à ses enfants en 2004, Poralu a créé une scission : le groupe Metalpe est né, toujours géré par la famille Pellegrini. Metalpe comprend six sociétés dont Poralu, Feugier Environnement, Capmetal, Poralu Suisse, Alliage tôlerie et Atec étanchéité. L’ensemble représente 150 personnes (dont 90 salariés chez Poralu) pour un chiffre d’affaires de 35 millions d’euros.

Kapeci, dans la continuité de Poralu

« Notre volonté était de marquer les 50 ans de l’entreprise depuis la transmission par notre père, a expliqué le président. Nous avions envie de donner une impulsion à la nouvelle génération en place dans l’entreprise, en changeant de nom. Poralu fête ses 50 ans et, dans la continuité, elle devient Kapeci. » Un signe fort pour refléter les valeurs choisies par les salariés eux-mêmes, lors d’une formation de cohésion dix ans auparavant.

« Aujourd’hui, nous avons repris ces valeurs pour créer Kapeci, a insisté Sylvie Husson, directrice générale, sœur d’Arnaud Pellegrini. Le K rappelle la jeunesse et l’ouverture vers le futur, le A évoque l’anticipation et l’amélioration, le P symbolise la pérennité et la performance, le E pour l’esprit d’équipe et l’écoute du client, la lettre C signifie pour nous la confiance, enfin le I reprend l’innovation et l’identité unique. Nos compagnons vont tout de suite comprendre notre souhait de faire perdurer cette atmosphère conviviale et familiale au sein de l’entreprise car nous avons toujours travaillé tous ensemble. Nous sommes une équipe et ce nom en est la preuve. » Mais ce changement d’identité marque aussi une rupture définitive avec l’entreprise homonyme Poralu, indépendante, spécialisée dans l’aménagement des ports de plaisance. « Nous voulons rester dans le même esprit familial et poursuivre les investissements dans notre outil de production et nos équipes, a indiqué Arnaud Pellegrini. Car si le groupe Metalpe et l’entreprise Poralu ont atteint ce niveau, c’est parce que nous sommes entourés de collaborateurs passionnés et investis. »


Kapeci en bref

Construction métallique, couverture et bardage, garde-corps, porte sectionnelle, escalier avec volée/escalier droit, porte métallique, mur-rideau et menuiserie aluminium, escalier hélicoïdal, les équipes de Kapeci maîtrisent toutes les étapes des projets de leurs clients (entreprises générales, architectes, industriels, collectivités). Kapeci réalise 250 projets par an et enregistre un chiffre d’affaires de 18 millions d’euros. Sur une surface de 14 000 m2 de bâtiments couverts, le site de Kapeci comprend un espace charpente (7 300 m2), métallerie (1 700 m2), aluminium (3 000 m2) ainsi qu’un local dédié à la réception et à l’expédition de 1 100 m2 sans oublier les bureaux sur 900 m2.


Par Sarah N’tsia

Une Eco de l'AinCet article est paru dans ECO de l’Ain du 27 septembre 2018. Il vous est exceptionnellement proposé à titre GRATUIT. Pour retrouver l’intégralité des articles de notre hebdomadaire mais aussi de nos suppléments et hors-séries, c’est ICI

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Ouverture des stations : les clés du débat

« Il me semble impossible d’envisager une ouverture des stations pour les fêtes de fin d’année ». la phrase d’Emmanuel Macron n’en finit pas de faire couler de l’encre et d’agiter les réseaux. C’est dans ce contexte...

Lire la suite

Au Pipa, Patagonia et Pampa se côtoient

En attendant un tassement de la crise sanitaire, le Parc Industriel de la Plaine de l’Ain (Pipa) poursuit sa mission. Véritable poumon économique, il a inauguré “Patagonia”, un bâtiment locatif d’environ 1000 m2 de...

Lire la suite

Publicité

Pin It on Pinterest