Ainterexpo entre dans une nouvelle ère

Ainterexpo entre dans une nouvelle ère
Ainterexpo entre dans une nouvelle ère
Notez cet article !

Si la foire de Bourg signe son clap de fin, le parc des expositions souhaite compenser cette suppression par d’autres rendez-vous incontournables. Un pari risqué ?

Le 26 janvier, la direction d’Ainterexpo animait une conférence de presse au sommet pour un ordre du jour tout aussi dense. Confirmant que la foire de Bourg ne serait pas reconduite, Guillaume Lacroix, président d’Ainterexpo, n’a pas tardé à évoquer la nouvelle stratégie économique consécutive à l’évolution de l’actionnariat et à l’arrivée du Crédit Agricole au capital de la société. « Un acte de confiance pour le projet économique d’Ainterexpo », a souligné le président, qui souhaite développer de nouveaux secteurs, comme les congrès grâce à un agent commercial basé à Paris. Visiblement, l’arrêt de la foire de Bourg relève d’une sérieuse réflexion de la direction : cette suppression doit amorcer le nouvel élan d’Ainterexpo.

Les raisons d’un désamour

Salon de la gastronomie au succès affermi, salon de l’habitat destiné à être enrichi, l’avenir de la foire de Bourg ne présentait pas de perspectives aussi réjouissantes. Un désamour confirmé au niveau national. « Aujourd’hui, les modes de consommation ont changé. A l’origine, l’esprit d’une foire repose sur le principe de prix bas en-dessous du marché. Sauf qu’Internet garantit aussi des produits à bas prix », expose Guillaume Lacroix. Si le président d’Ainterexpo est pragmatique, c’est parce que la fréquentation de la foire de Bourg traduit un évident désintérêt pour cette manifestation, pourtant ancrée dans le paysage local après 81 ans d’existence. Entre 2008 et 2016, la foire de Bourg a perdu 20 000 visiteurs. « Cette année, nous avons raccourci la durée de l’événement sur cinq jours, à la demande des exposants, au lieu de deux semaines normalement, explique le président. Mais nous n’avons pas réussi à infléchir la courbe. » Ainterexpo a ainsi enregistré 9000 entrées lors de l’édition 2017.

Le salon des plaisirs se révèle…

«Notre vocation n’est pas de perpétuer des traditions, nous sommes un outil économique avant tout», affirme Guillaume Lacroix. Un mal pour un bien donc ? S’il faudra attendre le mois d’avril pour connaître le détail de la programmation culturelle, la direction d’Ainterexpo a d’ores et déjà annoncé les tendances de l’année. Car la liste des projets s’allonge : salon de l’occasion (orienté automobile), salon des caves à vin, et la nouveauté de ce printemps, l’arrivée d’un salon des plaisirs du 20 au 22 avril. Avec trois halls répartis sur 10 000 m2, le salon des plaisirs marque le tournant d’Ainterexpo, l’année de son 40e anniversaire. Et Guillaume Lacroix entend bien insuffler cette dynamique par un événement original à Bourg-en-Bresse. « Nous percevons un réel engouement de la part des acteurs économiques locaux avec lesquels nous travaillons sur ce salon hors du commun. La première partie comportera des animations inédites avec un espace gaming (NDLR : jeux de société, jeux en ligne, Jedi…) et un village médiéval de 1 000 m2. Le public pourra s’essayer au pilotage en réalité virtuelle, à la programmation de drone, au théâtre et au cirque. » Dans un second temps, une surface commerciale mêlant gastronomie, bien-être, loisirs et sport, assouvira définitivement les plaisirs des visiteurs. De même que le salon de l’érotisme, loué à un acteur privé pour l’occasion, avec un droit d’entrée spécifique de 20 euros, quand il faudra débourser huit euros pour le salon des plaisirs et l’accès aux animations. Le président d’Ainterexpo promet : « On découvrira des choses qu’on n’aura jamais vu à Bourg. »


Équilibre

Si le budget d’Ainterexpo s’est achevé à l’équilibre fin 2017, la direction mise sur une période 2018-2022 en amélioration, loin des années de crise, après 2008. « L’argent public ne doit pas venir compenser des pertes économiques », a affirmé Guillaume Lacroix.


Par Sarah N’tsia

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Réseaux-sociaux-ECOMEDIA

ANNONCES LÉGALES : CONSULTEZ ET PUBLIEZ !

Devis immédiat 24h/24 Attestation parution par mail Paiement CB sécurisé

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

ARTICLES LES PLUS LUS


MAG ECO SAVOIE MONT BLANC


MAG ECO DE L'AIN


PUBLICITÉ

MAG L'EXTENSION


MAG ECO NORD ISÈRE



ARTICLES RÉCENTS

Plasturgie : les industriels dans le train de l’innovation

Plasturgie : les industriels dans le train de l’innovation

Allizé Plasturgie et Plastipolis se sont retrouvés au commissariat à l’énergie atomique de Grenoble (CEA). Un événement placé sous le signe de l’innovation. Plastic’Aura Events aura été un succès. Près de 150 personnes se sont déplacées au Commissariat à l’énergie...

Quinson-Fonlupt se modernise

Quinson-Fonlupt se modernise

Archivage électronique, ERP, nouveaux équipements, nouvelle offre… L'entreprise familiale de 140 ans se refait une jeunesse. Spécialiste de la collecte et de la valorisation des déchets à Saint-Denis-lès-Bourg, Quinson-Fonlupt annonce pour la rentrée, le lancement...

Le Fumet des Dombes déjà trentenaire

Le Fumet des Dombes déjà trentenaire

L’entreprise familiale s’attache à valoriser la carpe des étangs depuis 1988. « Nous n’avons pas vu passer ces trentes années! Elles ont été riches et denses, sourit Chantal Rolland, directrice générale de l’entreprise Le Fumet des Dombes. Dès le départ, notre...

Glaces des Alpes vise l’excellence du goût

Glaces des Alpes vise l’excellence du goût

Le maitre artisan glacier annécien élabore glaces et sorbets de qualité pour les restaurateurs et glaciers de France. Avec 200 parfums au catalogue, Glaces des Alpes met l’eau à la bouche. La société d’Allonzier-la-Caille, créée il y a trente ans par deux amis...

L’abbaye d’Aulps s’ouvre à la réalité augmentée

L’abbaye d’Aulps s’ouvre à la réalité augmentée

Le site cistercien du Haut-Chablais propose depuis mi-juillet des visites en réalité augmentée, smartphone en main ou, encore plus immersif, casque sur les yeux. C’est une première pour un site touristique en Pays de Savoie : l’abbaye d’Aulps propose une visite en...

Saint-Genix : le sein des saints de la brioche

Saint-Genix : le sein des saints de la brioche

La brioche fourrée de pralines, spécialité de Saint-Genix-sur-Guiers, connaît un succès légendaire. La légende raconte que Sainte-Agathe, martyre sicilienne du IIIe siècle eut les seins coupés parce qu’elle n’avait pas abjuré sa foi mais qu’ils repoussèrent...

RECEVOIR LES ACTUS ECOMEDIA :

Articles Premium

ARTICLES PREMIUM


ARTICLES PREMIUM

This category can only be viewed by members.

Votre magazine ECO Nord Isère du 10 août 2018

Votre magazine ECO Nord Isère du 10 août 20184.3 (86.67%) 9 votes 100% en ligne, feuilletez directement votre magazine ECO Nord Isère n°32-33 du 10 août 2018 sur ordinateur, tablette ou smartphone. Réservé aux abonnés Premium. Le saviez-vous ? Vous pouvez afficher la publication en plein écran, télécharger le document en .pdf (nécessite un compte […]

Contenu reservé aux abonnés premium

Je me connecte → log in

Je m’abonne → Premium Digital un an, Premium Digital 1 jour, Premium Digital 1 semaine, Premium Digital 1 mois or Premium Digital 6 mois

Besoin d'aide ? → digital@groupe-ecomedia.com