Alimentec, symbole d'un accompagnement réussi

par | 18 janvier 2018

Ce 12 janvier 2018 se tenait la cérémonie des vœux de la pépinière Alimentec pour présenter ses nouvelles « pousses » et ses perspectives d’avenir.

Depuis 2012 la pépinière Alimentec accueille et accompagne de nouveaux entrepreneurs. « La volonté du technopôle est d’accompagner ces jeunes entreprises ou jeunes pousses comme nous nous sommes habitués à les appeler, dans la création d’une entreprise, à un moment qui peut parfois être compliqué. Nous mettons à leur disposition des locaux au sein de la pépinière avec des loyers modérés et leur apportons un soutien technique », explique le président du technopôle, Alain Chapuis. Il ajoute que « les entrepreneurs du technopole sont à la fois innovants, proposant des produits qui n’existent pas, et attachés aux traditions du bassin burgien. Des entreprises qui deviendront, nous l’espérons, le futur de notre département ».

Des entreprises innovantes

Aujourd’hui la pépinière accueille sept pousses majoritairement tournées vers l’agroalimentaire. Pour Benjamin Tixier, fondateur de la France qui se mange, proposant principalement des huiles alimentaires et des vinaigres, « Alimentec m’a permis d’ouvrir des portes qu’il m’aurait été difficile de franchir seul. Nous avons travaillé en collaboration, choisi les bons produits, en cherchant la qualité. Dans un second temps, nous avons cherché une stratégie de vente pour pouvoir éviter un maximum la concurrence et faire notre place sur le marché de la gastronomie. Nous avons eu beaucoup de discussions ensemble qui nous ont amenés à choisir la voie de la vente à domicile. Aujourd’hui, j’ai 75 conseillers présents sur l’ensemble du territoire français et nous avons pour ambition de passer d’ici fin 2018 à 150 conseillers ». Une autre pousse dirigée par Reda Barhoumi, Kali Kombucha, a commencé son activité sur Saint-Étienne pour ensuite venir se rassurer au sein du technopôle. « Nous vendons une boisson surprenante à base de thé bio très célèbre dans le monde entier mais peu connue en France. Alimentec nous a mis à disposition des locaux pour commencer à produire dans un moment où j’avais du mal à en trouver. Mon entreprise a 1 an et la pépinière m’a permis de me lancer dans mon projet. La prochaine étape est de rentrer dans un réel objectif de vente et de se faire connaître dans la France entière. » Une autre entreprise, plus originale, est située sur le parking du technopole : le Food-Truck Fermier qui a pour cuisinier Sébastien. « Notre projet à tout de suite plu à Alimentec. Notre place sur ce parking nous a permis de nous faire connaître et de pouvoir proposer et commercialiser notre cuisine. Nous nous sommes basés sur des produits de qualité provenant d’agriculteurs de notre région, respectueux de l’environnement et de la condition animale, pour un prix raisonnable », explique le cuisinier.

« Depuis 2012, sur onze projets lancés par le technopôle Alimentec, dix d’entre eux ont réussi. »

Ces entreprises font la fierté de la pépinière. À force de volonté et de courage, elles ont réussi pour la grande majorité à commercialiser leurs produits fin 2017.

Un symbole de succès

« Depuis 2012, sur onze projets lancés par le technopôle Alimentec, dix d’entre eux ont réussi ». La pépinière permet d’aider les entreprises dès leur naissance pour leur assurer les bases de leur avenir. « Il est constaté une pérennité de cinq ans pour 80 % des entreprises en pépinière contre 50 % pour les entreprises hors pépinière. » Alimentec attaque cette nouvelle année 2018 avec l’envie et l’espoir que ces jeunes pousses arrivent enfin à maturité.


La pépinière Alimentec

Située à Bourg-en-Bresse la pépinière a permis de créer une quarantaine d’emplois depuis sa création en 2012 et accompagne sept entreprises. Elle est aujourd’hui encouragée par le conseil département de l’Ain, le SMTA la chambre de commerce et d’industrie et la ville de Bourg-en-Bresse.


Par Robin Lemoine

Légende photo : Alain Chapuis, président du Technopôle Alimentec, en bas à droite, avec les entrepreneurs de la pépinière et Jean-Baptiste Philippon, en haut à gauche, directeur.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Découvrez également :

Édito | Le déficit et la guerre

« On a une stratégie claire : baisser les impôts, pour relocaliser, être le pays le plus attractif en Europe et réindustrialiser. C’est ce que nous sommes en train de faire. […] La réindustrialisation, c’est bon pour l’emploi », a déclaré Emmanuel Macron, le 11...

LIRE LA SUITE

Industrie : SAV France, une entreprise magnétique

SAV France, à Montmélian, filiale française du groupe allemand SAV, est spécialisée dans le magnétisme industriel. Créée en 2013, elle présente la particularité d’être détenue à 67 % par ses deux cogérants savoyards. SAV France, créée en 2013 par Vincenzo...

LIRE LA SUITE

ZAC Vetrotex : dans le “triangle d’or” de Chambéry

À Chambéry, les trois ZAC du centre nord : Grand Verger, Vetrotex et La Cassine forment un “triangle d’or” en pleine mutation. Sur la friche industrielle Vetrotex, plus de 800 logements sortent de terre… Le périmètre des trois Zac (zones d’aménagement concerté)...

LIRE LA SUITE

Publicité