Aviation : toujours cloué sur le tarmac, Genève Aéroport cherche de l’air

par | 9 Oct 2020

Fortement affecté par la crise pandémique, Genève Aéroport réduit la voilure et supprimera 56 postes l’an prochain, mais sans plan social… pour l’instant.

Alors que l’agonie du tourisme international et les sanglots longs des avions s’étirent cet automne, Genève Aéroport n’a d’autre choix que de continuer d’égrener les mesures de réduction des coûts lancées depuis plusieurs mois. Après une légère embellie estivale, le trafic est en effet retombé dès la mi-août. En septembre, le nombre de passagers a plongé de 75 % par rapport au même mois de l’année précédente.

« La direction générale estime que, sur toute l’année, le nombre de passagers sera inférieur d’au moins 60 %, en moyenne, par rapport à 2019 », précise la plateforme dans un communiqué. « Étant donné cette évolution récente, Genève Aéroport réalisera une perte d’au minimum 100 millions de francs [92,72 M€] en 2020. »

Réduction drastique des dépenses

Sans doute épris d’une langueur monotone lorsqu’il considère les avions cloués sur son tarmac, l’aéroport s’astreint donc à un régime drastique. Outre la suppression de 56 postes actée au budget 2021, une batterie de mesures a été mise en oeuvre sur le plan social, comme la réduction du personnel temporaire et des frais de formation, la baisse ou la suppression des primes, et le gel de l’annuité. Au total, ces mesures devraient permettre de réduire la masse salariale de 10 % en 2021, soit 14 millions de francs (12,98 M€).

Le budget de fonctionnement a fait l’objet d’autres réductions importantes : diminution des dépenses de sous-traitance sûreté, suppression des voyages professionnels à l’étranger jusqu’à fin 2020, réduction de 34 % du budget honoraires et prestations de service. La mise en service du nouveau bâtiment dédié aux gros-porteurs, l’Aile Est, initialement prévue en novembre, a été reportée au 15 décembre 2021, les tests nécessaires pour un certain nombre d’équipements n’ayant pu être réalisés dans les temps, en raison de la pandémie. La réduction des dépenses se monte ainsi à 30 millions de francs, soit 20 % du budget de fonctionnement 2020.

110 projets gelés

« Au total, les économies engagées représentent un montant de 44 millions de francs pour les budgets 2020 et 2021 », poursuit la direction. « De plus, près de 110 projets prévus dans la planification directrice ont été gelés, représentant une réduction des investissements de 71 millions pour les années 2020 et 2021 et de 199 millions de francs pour les années 2022 à 2024. »

« À ce stade, ces mesures permettent de renoncer à un licenciement collectif et au plan social qui l’accompagnerait », souligne Genève Aéroport, qui ajoute que cette approche vise également à maintenir sa capacité à gérer la reprise, mais précise néanmoins : « Si l’évolution du trafic s’avérait moins favorable que prévue, des économies supplémentaires s’imposeraient, lesquelles auraient forcément un impact sur les effectifs. »


Par Matthieu Challier

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Votre panorama du BTP 2021

100% en ligne, feuilletez directement le Panorama du BTP 2021 sur ordinateur, tablette ou smartphone. Réservé aux abonnés. Le saviez-vous ?Vous pouvez afficher la publication en plein écran, télécharger le document...

Lire la suite

Publicité

Pin It on Pinterest