Conjoncture : coup de frein pour l’économie romande

Conjoncture  : coup de frein  pour l’économie romande

Après les sommets de 2018, l’année 2019 se présente sous de moins bons auspices pour les cantons de Romandie en Suisse.

Avec une croissance de 2,9 %, l’économie romande a connu en 2018 sa meilleure année depuis 2010. Cette croissance était portée par les branches manufacturières, avec notamment des volumes records au niveau des exportations, ainsi que par les activités tournées vers la demande interne et les services. Les sociétés ont en outre bénéficié d’un coup de pouce monétaire, avec une parité retrouvant le niveau de 1,20 franc pour 1 euro. Néanmoins, selon les prévisions de l’Institut d’économie appliquée (CREA) de Lausanne, les perspectives pour 2019 se dégradent en raison de l’affaiblissement de l’économie mondiale. La croissance romande devrait ainsi ralentir a  +1,2 %.

« La dégradation de l’environnement mondial s’explique notamment par un ralentissement de la croissance de la zone euro et par l’intensification des tensions commerciales entre les États-Unis et la Chine. Les prévisions de croissance du Fonds monétaire international (FMI) pour cette année ont été revues a  la baisse », note l’institut. Par ailleurs, si les branches tournées vers la demande domestique devraient continuer de soutenir la croissance cette année, un ralentissement est attendu dans les activités manufacturières. Dans le secteur secondaire, le rythme de croissance devrait ainsi chuter à 0,4 % cette année.

Une amélioration envisagée en 2020

Le secteur de la construction reste également incertain, alors que la finance fait face à de nombreux vents contraires, « notamment la pression sur les marges des banques et des assurances, due au maintien par la Banque nationale suisse de taux d’intérêt négatifs, la poursuite de la densification du cadre réglementaire ou la mise en oeuvre de l’échange automatique de renseignements fiscaux », note le CREA.

En ce qui concerne le commerce de détail, les chiffres d’affaires devraient continuer à reculer dans les cantons romands en raison notamment de la concurrence de l’e-commerce, mais aussi de la baisse du tourisme d’achat et des prix des produits non-alimentaires. Au final, l’un des seuls aspects positifs pour l’économie en 2019 devrait venir de la chimie et de la pharmaceutique. Cependant, le FMI attend une embellie l’an prochain, dont devraient bénéficier les activités manufacturie res en Suisse romande. L’augmentation du PIB romand devrait atteindre 1,7 % en 2020, contre 1,4 % pour l’ensemble du pays.


Par Romain Fournier


Cet article est paru dans votre magazine ECO Savoie Mont Blanc du 17 mai 2019. Il vous est exceptionnellement proposé à titre gratuit. Pour retrouver l’intégralité de nos publications papiers et/ou numériques, vous pouvez vous abonner ici.

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.