L'édito de Myriam Denis : "Accords… ou désaccords"

L'édito de Myriam Denis : "Accords… ou désaccords"
L'édito de Myriam Denis : "Accords… ou désaccords"
Notez cet article !

Cher·e·s lecteurs·rices… Non, désolée, je n’y parviendrai pas. Je sens que je vais (encore) passer pour une ayatollah de la langue française.

Myriam Denis

Soyons sérieux (ses) ! Vous savez, je considère que ce débat passionné (et passionnant) autour de l’écriture inclusive et de la place du féminin dans notre langue rejoint, finalement, la problématique de l’interdiction des emplois familiaux qui touche les parlementaires. Pourquoi ? Parce que dans les deux cas de figure, on veut se donner bonne conscience, via une moralisation certaine, mais également relativement déconnectée des usages. Franchement, vous vous voyez lire un texte parsemé de points médians, disséminés un peu partout ? Je n’ose imaginer comment se déroulerait l’apprentissage de la langue dans les écoles… Où déjà, il faut bien le reconnaître, la maîtrise de l’orthographe relève de la douce illusion. De toute façon on nous prévient : demain, nous nous exprimerons tous via une « novlangue », un dialecte composé d’un savant mélange d’anglicismes et de français non conjugué… On sera timé car on aura des call à longueur de temps. Remarquez, la question du genre dans notre verbiage ne se posera peut-être plus, à l’image des Anglo-Saxons qui regardent avec gourmandise les frenchies essayer de rétablir un peu d’équité dans une langue qualifiée par certains d’antiféministe. On n’est peut-être pas si loin du #BalanceTaGrammaireSexiste… Parce que finalement, il y a les « pour », et les « contre », celles et ceux – ce·lles·ux (ce n’est pas joli…) – qui vont résumer notre grammaire à un ramassis de machisme et seront qualifiés de progressistes et les autres, comme l’Académie française, qui appréhendent l’écriture inclusive comme un « péril mortel » pour notre langue, les réacs, en somme, dans l’imaginaire collectif. Et entre les deux ? Le Premier ministre Édouard Philippe a interdit l’écriture inclusive dans les textes officiels mais le Gouvernement, comme l’Académie, opteraient bien pour une féminisation des métiers et des titres. Soit, quelle riche idée.

« Aujourd’hui, on n’est peut-être pas si loin du #BalanceTaGrammaireSexiste… »

Personnellement, je trouverai cela plutôt juste et normal. Mais – car avec moi, il y a souvent des mais – croyez-vous franchement que c’est ce changement qui va enclencher davantage de prise en compte et de respect de la place du féminin ? C’est peut-être un début. Un amorçage. C’est là que je reprends mon fil d’Ariane et les emplois familiaux de nos parlementaires. Exit conjoint·e·s et enfants (je n’ose pas mettre de e, mais vous aurez compris que l’intention y est). Le député travaille avec son épouse depuis 20 ans ? Pas grave, il la vire. La députée emploie son fils formé et compétent ? On s’en fiche, il débarrasse le plancher, le fils de député. Pas de ça chez nous. Car il faut absolument faire oublier les stigmates de l’affaire Fillon et des emplois présumés fictifs, ça ne fait pas bon chic bon genre dans notre politique actuelle. Sur le principe, une idée louable. Mais dans la pratique ? Faisons un parallèle si vous le voulez bien : combien compte-t-on aujourd’hui en France d’entreprises familiales ? Des couples de boulangers, des commerçants, des TPE et PME créées par une génération puis transmises au fil du temps avec les valeurs qui l’accompagnent ? Combien de personnes sans être patron·ne·s, n’auraient pas connu leur ascension professionnelle sans une personne de confiance : leur conjoint ? Sans l’appui de leurs proches ? Là encore, la moralisation de la vie publique tient son rôle. On aurait aussi pu passer par l’instauration d’un service de ressources humaines dont le travail est justement de s’assurer des compétences des personnes employées. Ça aurait peut-être fait moins de bruit. Dans le premier exemple comme dans le second, on prend peut-être le problème à l’envers. Si notre société devient moins sexiste, la langue et son usage peuvent évoluer. Et si les Français pouvaient avoir confiance dans leurs politiques, ils pourraient bien bosser avec Pierre, Paul ou Jacques, ça ne choquerait personne, car de toute façon ils tâcheraient d’être exemplaires. Mais là, je l’admets, je verse dans l’utopie.

Myriam Denis

Rédactrice en chef adjointe
m.denis@eco-ain.fr

 La fin des emplois familiaux chez les députés, par Faro

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Réseaux-sociaux-ECOMEDIA

ANNONCES LÉGALES : CONSULTEZ ET PUBLIEZ !

Devis immédiat 24h/24 Attestation parution par mail Paiement CB sécurisé

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

ARTICLES LES PLUS LUS


MAG ECO SAVOIE MONT BLANC


MAG ECO DE L'AIN


PUBLICITÉ

MAG L'EXTENSION


MAG ECO NORD ISÈRE



ARTICLES RÉCENTS

Plasturgie : les industriels dans le train de l’innovation

Plasturgie : les industriels dans le train de l’innovation

Allizé Plasturgie et Plastipolis se sont retrouvés au commissariat à l’énergie atomique de Grenoble (CEA). Un événement placé sous le signe de l’innovation. Plastic’Aura Events aura été un succès. Près de 150 personnes se sont déplacées au Commissariat à l’énergie...

Quinson-Fonlupt se modernise

Quinson-Fonlupt se modernise

Archivage électronique, ERP, nouveaux équipements, nouvelle offre… L'entreprise familiale de 140 ans se refait une jeunesse. Spécialiste de la collecte et de la valorisation des déchets à Saint-Denis-lès-Bourg, Quinson-Fonlupt annonce pour la rentrée, le lancement...

Le Fumet des Dombes déjà trentenaire

Le Fumet des Dombes déjà trentenaire

L’entreprise familiale s’attache à valoriser la carpe des étangs depuis 1988. « Nous n’avons pas vu passer ces trentes années! Elles ont été riches et denses, sourit Chantal Rolland, directrice générale de l’entreprise Le Fumet des Dombes. Dès le départ, notre...

Glaces des Alpes vise l’excellence du goût

Glaces des Alpes vise l’excellence du goût

Le maitre artisan glacier annécien élabore glaces et sorbets de qualité pour les restaurateurs et glaciers de France. Avec 200 parfums au catalogue, Glaces des Alpes met l’eau à la bouche. La société d’Allonzier-la-Caille, créée il y a trente ans par deux amis...

L’abbaye d’Aulps s’ouvre à la réalité augmentée

L’abbaye d’Aulps s’ouvre à la réalité augmentée

Le site cistercien du Haut-Chablais propose depuis mi-juillet des visites en réalité augmentée, smartphone en main ou, encore plus immersif, casque sur les yeux. C’est une première pour un site touristique en Pays de Savoie : l’abbaye d’Aulps propose une visite en...

Saint-Genix : le sein des saints de la brioche

Saint-Genix : le sein des saints de la brioche

La brioche fourrée de pralines, spécialité de Saint-Genix-sur-Guiers, connaît un succès légendaire. La légende raconte que Sainte-Agathe, martyre sicilienne du IIIe siècle eut les seins coupés parce qu’elle n’avait pas abjuré sa foi mais qu’ils repoussèrent...

RECEVOIR LES ACTUS ECOMEDIA :

Articles Premium

ARTICLES PREMIUM


ARTICLES PREMIUM

This category can only be viewed by members.

Votre magazine ECO Nord Isère du 10 août 2018

Votre magazine ECO Nord Isère du 10 août 20184.3 (86.67%) 9 votes 100% en ligne, feuilletez directement votre magazine ECO Nord Isère n°32-33 du 10 août 2018 sur ordinateur, tablette ou smartphone. Réservé aux abonnés Premium. Le saviez-vous ? Vous pouvez afficher la publication en plein écran, télécharger le document en .pdf (nécessite un compte […]

Contenu reservé aux abonnés premium

Je me connecte → log in

Je m’abonne → Premium Digital un an, Premium Digital 1 jour, Premium Digital 1 semaine, Premium Digital 1 mois or Premium Digital 6 mois

Besoin d'aide ? → digital@groupe-ecomedia.com