Finances publiques : Genève réalise un excédent de 222 millions en 2018

par | 5 Avr 2019

Au 31 décembre, les comptes de l’État de Genève présentent un excédent de 222 millions de francs. Ce résultat, qui n’a rien à envier aux grandes entreprises du cac 40, est dû à une forte progression des recettes fiscales.

Genève ne connaît plus la crise. Alors que son budget 2018 prévoyait un déficit de 187 millions de francs, le canton a finalement terminé l’exercice avec un surplus de 222 millions ! Cette manne financière provient surtout des revenus fiscaux qui enregistrent un excédent de 500 millions, soit une hausse de 8 % par rapport à 2017. Le canton a en effet bénéficié d’une activité économique plus soutenue que prévu, notamment dans l’horlogerie et les services financiers.

Ainsi, le produit de l’impôt sur les entreprises a bondi de presque 25 %, rapportant 1,7 milliard de francs. Le Conseil d’État met également en avant sa « gestion rigoureuse des dépenses ». Cependant, les charges sont en progression par rapport aux comptes 2017 et surpassent les prévisions du budget 2018 de 155 millions de francs. Le Conseil d’État l’explique notamment par un litige portant sur le paiement de l’annuité 2016, laquelle n’avait pas été octroyée à la fonction publique, ce qui l’a conduit à provisionner 157 millions dans les comptes 2018.

Pour la quatrième année consécutive, la dette cantonale diminue – de 562 millions de francs en 2018 – pour s’établir à 11,8 milliards en fin d’exercice. La dette par habitant s’élève à 23 500 francs au 31 décembre 2018, contre un peu moins de 25 000 francs l’année précédente, soit une diminution de l’ordre de 6 %.

La prudence reste de mise

« Ces résultats sont encourageants, notamment en vue des réformes majeures à venir », note le Conseil, qui entend ainsi poursuivre ses efforts pour réaliser plus d’économies et gagner en efficience, tout en consolidant l’attractivité du canton de Genève et la bonne santé du marché de l’emploi. Cependant, il reste prudent, rappelant que les indicateurs économiques signalent un ralentissement de la croissance en 2019.

« L’augmentation des revenus fiscaux provient essentiellement des entreprises ayant profité de la forte croissance économique observée depuis la seconde moitié de 2017 et sur la première partie de l’année 2018, avec une progression du PIB genevois atteignant un niveau inhabituellement élevé de 3,1 % », note-t-il. Néanmoins, à l’heure où la croissance affiche des signes d’essoufflement, « la vigilance doit être de mise ».


Par Romain Fournier


Cet article est paru dans votre magazine ECO Savoie Mont Blanc du 5 avril 2019. Il vous est exceptionnellement proposé à titre gratuit. Pour retrouver l’intégralité de nos publications papiers et/ou numériques, vous pouvez vous abonner ici.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Next Summer : le business d’abord !

L’industrie de l’outdoor s’est rassemblée les 13 et 14 septembre à Albertville pour présenter les produits printemps-été 2022. Un salon qui se veut avant tout fédérateur post-crise. Après des mois d’interruption en raison de la crise sanitaire, le monde...

LIRE LA SUITE

Trialp se chauffe à l’huile usagée

La société savoyarde, spécialisée dans le tri et la valorisation des déchets, modernise sa plateforme de traitement des huiles, devenue obsolète. « Cette plateforme a été décidée il y a un an pour permettre à la fois d’améliorer les conditions de travail et la...

LIRE LA SUITE

Covid-19 : le passe sanitaire fait débat

Passe sanitaire oblige, les établissements de santé sont contraints de se réorganiser. Les syndicats s’inquiètent du manque de personnels. « Le passe sanitaire est un non-sens », s’insurge Angélique Neutens, secrétaire générale de la CGT au Centre hospitalier...

LIRE LA SUITE

Publicité

Pin It on Pinterest