Grand Genève: Tag-My-Food lauréat de Géofab

Grand Genève: Tag-My-Food lauréat de Géofab
1.7 (34.55%) 11 votes

La société annécienne, qui place l’aliment au coeur d’une démarche de consommation responsable, bénéficiera d’un accompagnement par Géofab. Ce projet Interreg franco-suisse a pour vocation de favoriser l’usage de géo-données du Grand Genève en soutenant des idées innovantes.

C’est la société annécienne Tag-My-Food SAS, fondée par Christian Dumont, qui  est sortie vainqueur du premier appel à projets, lancé par Géofab, projet Interreg franco-suisse dont l’ambition est de valoriser l’accès aux données numériques sur le périmètre géographique du Grand Genève. Objectif : développer le marché du numérique à l’échelle transfrontalière en mettant à disposition des entrepreneurs, PME, start-up, qui seront lauréats (quatre appels à projets prévus en deux ans)  un grand nombre de données spatiales, cadastrales, géographiques.

Transparence pour les consommateurs

« Avantageux pour les professionnels pour la visibilité que la plateforme digitale leur confère, Tag-My-Food est, pour les consommateurs,  le garant de la transparence et de la qualité des produits alimentaires présentés », explique Christian Dumont, son dirigeant. Au moyen de l’outil digital développé en interne, Tag-My-Food est un dispositif qui propose aux consommateurs de connaître l’origine des produits agro-alimentaires afin de les aider dans leurs choix. A l’autre bout de la chaîne, il permet aux producteurs, aux restaurateurs et détaillants de valoriser leurs produits, leurs savoir-faire, de mettre en lumière leurs zones de production.

Dans la jungle des labels en tout genre, pas facile en effet pour le consommateur lambda de se faire une opinion juste sur ce qu’il achète. Résultat : la plupart concentrent leurs achats sur trois ou quatre espèces de poissons et quelques morceaux de viande, les mêmes toute l’année.

En quête d’informations

Pour autant, selon une enquête réalisée par Opinion Way, 79% des Français voudraient connaître les lieux de naissance, d’élevage et d’abattage des viandes, et 92% le lieu de production des fruits ou de la transformation des confitures. Un grand nombre d’entre eux (81%) sont prêts à payer davantage pour un produit régional et 79% à acheter un produit plus cher s’il est de qualité. En outre, ils sont 71% à vouloir vérifier si leur achat permet de contribuer au développement économique du pays ou d’une région.

Dans ce contexte, Tag-My-Food mettra en ligne dans quelques semaines un outil complet d’aide à la décision d’achat, avec des compléments éducatifs sur les terroirs, les savoir-faire, les espèces ou les morceaux.

Recruter des commerciaux

« Nous voulons faire en sorte que le consommateur identifie les facteurs à l’origine de ce qu’il apprécie et ainsi  puisse reconnaître la vraie valeur des aliments qui lui sont proposés », complète Christian Dumont. Fort d’un constat, les consommateurs croient de moins en moins à la publicité mais s’imprègnent volontiers des informations relayées sur les réseaux sociaux, il a donc créé, fin 2016, la société Tag-M- Food, avec une équipe pour l’heure de sept collaborateurs.

L’accompagnement de 20 jours que va lui offrir Géofab va permettre à la start-up de renforcer ses compétences techniques (extraction de données, localisation des adhérents, délimitation des parcelles et terroirs, programmation ios) et managériales (développement de partenariats, rédaction de contenus, finances…). Elle pourra aussi réaliser le recrutement de commerciaux dans quatre ou cinq régions, en France et en Suisse romande.

« Nous comptons déjà 80 clients qui sont les producteurs  (pêcheurs, ostréiculteurs, éleveurs, agriculteurs, producteurs de fruits et légumes), mais aussi  les grossistes, les détaillants et les restaurateurs. Et puis nous tablons sur un effet démultiplicateur : convaincre un grossiste à Rungis, c’est l’assurance de 800 adhérents qui le suivent ! Nous visons donc 2300  professionnels dans les deux ans, pour un chiffre d’affaires de 2 millions d’euros d’ici, fin 2018 ».

Quant au pôle métropolitain du Genevois français, qui gère l’application « Chez mon fermier », il envisage de lui confier la valorisation de producteurs et aliments locaux. Pour rappel, cette application regroupe quelque 500 producteurs français et suisses du Grand Genève.

Levée de fonds en cours

Par ailleurs, Tag-My-Food prépare une levée de capitaux avec un fonds de capital-investissement, afin, notamment, de développer son réseau commercial. Son parrain au sein de Géofab est Innobridge,  un conseil en innovation, basé à Lausanne.

Enfin, à sa manière, Tag-My-Food espère favoriser la réduction du gaspillage alimentaire. Au moyen de cartes interactives, les consommateurs auront en temps réel accès à des offres promotionnelles déposées par les commerçants. De quoi réduire la facture des produits frais invendus qui se chiffre à un milliard d’euros par an !

https://youtu.be/-UgCenBvp08.

Autres lauréats

D’autres projets ont trouvé l’aval du jury du premier appel à projets de Géofab. Helloways propose une plateforme web et mobile qui permet de trouver des balades nature proches des grandes agglomérations et donc accessibles en transports en commun.

Bathymétrie Drone est une solution clé en main pour la cartographie subaquatique des zones peu profondes.

Whympr permet de localiser plus de 30 000 sommets d’itinéraires d’alpinisme, d’escalade, de trek et de ski de randonnée.

Mobility tipster est une plateforme informatique permettant de choisir et réserver des moyens de déplacements privés (de type Shuttle).

Nouveaux événements

Géofab a ouvert, le 14 septembre, un deuxième appel à projets autour de la transition écologique et du développement durable. Le retrait des dossiers se fait en ligne jusqu’au 19 novembre. Le comité de sélection délibèrera le 20 décembre et la sélection finale des lauréats interviendra le 15 janvier 2018. Les résultats seront annoncés le 30 janvier 2018.

Géofab est une initiative soutenue par l’Union européenne dont les partenaires sont le Grand Genève, l’Université de Genève, la République et le Canton de Genève, le pôle métropolitain du Genevois français, l’IGN, le SITG, le Canton de Vaud, la ville de Nyon et Régionyon, Swiss Topo, FER-Genève, Imaginove,  French Tech in the Alps et Citia.

Pour en savoir plus :  www.tagmyfood.com

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Réseaux-sociaux-ECOMEDIA

ANNONCES LÉGALES : CONSULTEZ ET PUBLIEZ !

Devis immédiat 24h/24 Attestation parution par mail Paiement CB sécurisé

PUBLICITÉ

PUBLICITÉ

ARTICLES LES PLUS LUS

MAG ECO SAVOIE MONT BLANC


MAG ECO DE L'AIN


PUBLICITÉ

MAG L'EXTENSION


MAG ECO NORD ISÈRE



ARTICLES RÉCENTS

L’archéologie, spécialiste de la précarité longue durée

L’archéologie, spécialiste de la précarité longue durée

Qui sont les archéologues ? Quelle formation ont-ils suivi ? Qui les emploie et pour quelles missions ? Combien sont-ils payés ? Creusement du sujet à l'occasion d'un chantier d'intérêt régional à Metz-Tessy (Haute-Savoie). Ce ne sont ni des stagiaires, ni des...

Immobilier : le manque de logements fait fuir les Genevois

Immobilier : le manque de logements fait fuir les Genevois

La pénurie de logements à Genève provoque un exode de la population vers la France voisine et le canton de Vaud, selon une nouvelle étude du Crédit Suisse. Cette situation engendre des problèmes croissants en termes de trafic automobile. La vitalité de l’économie...

Quelle place pour le design dans nos entreprises ?

Quelle place pour le design dans nos entreprises ?

Bertrand Barré, PDG du groupe Zebra et conférencier à ses heures perdues, était l’invité de la soirée DCF pays de l’Ain, le 13 septembre. Ancien joueur de basketball de haut niveau, Bertrand Barré a créé sa première agence de design produit en 1986, à l’âge de 22 ans. Aujourd’hui, il dirige le groupe Zebra, situé à Lyon et employant une cinquantaine de personnes. Une agence référente en matière de design industriel. « Pourtant, il y a trente ans, je doutais que c’était le bon moment pour me lancer, se souvient Bertrand Barré. Disons que j’ai perdu beaucoup de temps à expliquer ce que signifiait le mot design. Car si on ne sait absolument pas l’utiliser en français, employé à tort comme un adjectif, en anglais le mot design est un verbe qui se traduit par concevoir. Et cela change tout.» Le président directeur général du groupe Zebra animait la conférence des DCF Pays de l’Ain le 13 septembre, au centre d’affaires de Bourg-en-Bresse, dans les locaux du Crédit Agricole. D’après Bertrand Barré, si la période 1880-1980 a été profondément marquée par l’essor important de l’ingénierie, le progrès technologique semble en être à ses limites, ces dernières années. « L’ingénierie seule n’est plus la clé, mais le design et l’activité conceptuelle (design thinking en anglais) doivent définir les stratégies des entreprises. » Bousculer les méthodes traditionnelles Une vision entrepreneuriale largement mise en application au sein du groupe Zebra. L’agence de design a tout simplement conçu la brosse à dents à ventouse en 1993 (brevet déposé), à partir de l’observation des habitudes de consommation. « Nous sommes partis du constat que le brossage des dents était une pratique liée à l’hygiène, retrace Bertrand Barré. Nous avons réfléchi à améliorer cette hygiène et au moyen de rendre cet apprentissage dentaire, ludique pour les plus jeunes. » De la même manière, au summum de l’innovation, le groupe Zebra collabore avec l’équipementier de tennis Babolat depuis 25 ans. Ensemble, ils ont conçu la raquette de Rafael Nadal. D’après Bertrand Barré, ces innovations ne peuvent survenir que si l’on admet « les limites des méthodes traditionnelles de marketing et de conception. On travaille extrêmement bien mais on ne produit plus de valeur, poursuit-il. Preuve en est, par exemple, avec les aspirateurs, peu ou prou identiques, vendus par les grandes marques. Il faut remettre en cause les systèmes et oser le changement de paradigme : les entreprises doivent redevenir créatrices ». Si celles-ci sont censées innover pour rester en vie, Bertrand Barré souligne leur incapacité à se lancer réellement. « L’innovation est devenue capitale, or personne ne le fait, constate le PDG du groupe Zebra. Pourquoi Sony, leader mondial de la musique nomade n’a-t-il pas inventé l’Ipod ? Pourquoi Michelin n’a-t-il pas conçu Waze ? Pourquoi aucun des constructeurs automobiles n’a-t-il imaginé Tesla ? » Des questions aux réponses bien mystérieuses. Selon Bertrand Barré, les blocages de pensée empêchent de se projeter vers une démarche innovante. « À l’heure actuelle, un salarié qui apporte une idée nouvelle […]

Contenu reservé aux abonnés premium

Je me connecte → log in

Je m’abonne → Premium Digital un an, Premium Digital 1 jour, Premium Digital 1 semaine, Premium Digital 1 mois or Premium Digital 6 mois

Besoin d’aide ? → digital@groupe-ecomedia.com

L’édito de Myriam Denis : “La formule magique de Macron”

L’édito de Myriam Denis : “La formule magique de Macron”

Quand le Président Emmanuel Macron se prend pour un conseiller Pôle Emploi, cela passe mal dans l'opinion. Dans son édito, Myriam Denis en analyse les raisons. « Vous faites une rue, là, vous allez à Montparnasse par exemple, vous faites la rue avec tous les cafés et...

Votre magazine ECO de l’Ain du 20 septembre 2018

Votre magazine ECO de l’Ain du 20 septembre 2018

100% en ligne, feuilletez votre magazine Eco de l’Ain n°12199 du 20 septembre 2018 sur ordinateur, tablette ou smartphone. Réservé aux abonnés Premium. Le saviez-vous ? Vous pouvez afficher la publication en plein écran, télécharger le document en .pdf (nécessite un compte Calaméo gratuit), l’imprimer, mais aussi rechercher dans la publication ! Pratique, non ? 🙂

Contenu reservé aux abonnés premium

Je me connecte → log in

Je m’abonne → Premium Digital un an, Premium Digital 1 jour, Premium Digital 1 semaine, Premium Digital 1 mois or Premium Digital 6 mois

Besoin d’aide ? → digital@groupe-ecomedia.com

Partenariat MIND / Le travail

Partenariat MIND / Le travail

Entre nécessité financière et objectifs personnels, entre principe de réalité et envies, le parti pris d’aller résolument vers de grandes espérances ! Par Mind. À chaque époque son diktat qui perdure et s’additionne : le « PRODUIRE » au XVIIIème siècle, le «...

Immobilier neuf : recul des ventes à Chambéry au 1er semestre 2018

Immobilier neuf : recul des ventes à Chambéry au 1er semestre 2018

Au 30 juin 2018, les réservations dans le neuf reculent de 18 % dans le Grand Chambéry, les mises en commercialisation aussi... mais de nouvelles opérations devraient reconstituer l'offre d'ici la fin de l'année. Le point avec la FPI Alpes. Si 2017 a été...

Publi-reportage / Les objets acoustiques, par le groupe EPC

Publi-reportage / Les objets acoustiques, par le groupe EPC

Aujourd’hui de nombreux objets acoustiques sont à votre disposition pour améliorer le confort de vos espaces de travail tout en apportant la « touche déco » à votre environnement. Ces solutions absorbantes allient performance, technicité et modernité. Elles se...

Lyon-Turin : dans les entrailles du projet

Lyon-Turin : dans les entrailles du projet

A l'aube de choix décisifs pour le projet, en France comme en Italie, Eco a creusé le sujet. Articles, interviews, enquête : un dossier exclusif. Le gouvernement français a dévoilé, mardi 11 septembre 2018, sa politique d'investissement prioritaire dans les...

INSCRIVEZ-VOUS À LA NEWSLETTER !

Articles Premium

ARTICLES PREMIUM


ARTICLES PREMIUM

Grand Genève: Tag-My-Food lauréat de Géofab1.7 (34.55%) 11 votes La société annécienne, qui place l’aliment au coeur d’une démarche de consommation responsable, bénéficiera d’un accompagnement par Géofab. Ce projet Interreg franco-suisse a pour vocation de favoriser l’usage de géo-données du Grand Genève en soutenant des idées innovantes. C’est la société annécienne Tag-My-Food SAS, fondée par Christian Dumont, qui  est sortie vainqueur du premier appel à projets, lancé par Géofab, projet Interreg franco-suisse dont l’ambition est de valoriser l’accès aux données numériques sur le périmètre géographique du Grand Genève. Objectif : développer le marché du numérique à l’échelle transfrontalière en mettant à disposition des entrepreneurs, PME, start-up, qui seront lauréats (quatre appels à projets prévus en deux ans)  un grand nombre de données spatiales, cadastrales, géographiques. Transparence pour les consommateurs « Avantageux pour les professionnels pour la visibilité que la plateforme digitale leur confère, Tag-My-Food est, pour les consommateurs,  le garant de la transparence et de la qualité des produits alimentaires présentés », explique Christian Dumont, son dirigeant. Au moyen de l’outil digital développé en interne, Tag-My-Food est un dispositif qui propose aux consommateurs de connaître l’origine des produits agro-alimentaires afin de les aider dans leurs choix. A l’autre bout de la chaîne, il permet aux producteurs, aux restaurateurs et détaillants de valoriser leurs produits, leurs savoir-faire, de mettre en lumière leurs zones de production. Dans la jungle des labels en tout genre, pas facile en effet pour le consommateur lambda de se faire une opinion juste sur ce qu’il achète. Résultat : la plupart concentrent leurs achats sur trois ou quatre espèces de poissons et quelques morceaux de viande, les mêmes toute l’année. En quête d’informations Pour autant, selon une enquête réalisée par Opinion Way, 79% des Français voudraient connaître les lieux de naissance, d’élevage et d’abattage des viandes, et 92% le lieu de production des fruits ou de la transformation des confitures. Un grand nombre d’entre eux (81%) sont prêts à payer davantage pour un produit régional et 79% à acheter un produit plus cher s’il est de qualité. En outre, ils sont 71% à vouloir vérifier si leur achat permet de contribuer au développement économique du pays ou d’une région. Dans ce contexte, Tag-My-Food mettra en ligne dans quelques semaines un outil complet d’aide à la décision d’achat, avec des compléments éducatifs sur les terroirs, les savoir-faire, les espèces ou les morceaux. Recruter des commerciaux « Nous voulons faire en sorte que le consommateur identifie les facteurs à l’origine de ce qu’il apprécie et ainsi  puisse reconnaître la vraie valeur des aliments qui lui sont proposés », complète Christian Dumont. Fort d’un constat, les consommateurs croient de moins en moins à la publicité mais s’imprègnent volontiers des informations relayées sur les réseaux sociaux, il a donc créé, fin 2016, la société Tag-M- Food, avec une équipe pour l’heure de sept collaborateurs. L’accompagnement de 20 jours que va lui offrir Géofab va permettre à la start-up de renforcer ses compétences techniques (extraction de données, localisation des adhérents, délimitation des parcelles et terroirs, programmation ios) et managériales […]
This category can only be viewed by members.