En  Suisse, les négociations entre le syndicat Unia, le personnel et le groupe Richemont ont abouti à une amélioration du plan social et moins de licenciements. Les employés de Piaget et Vacheron Constantin ont validé cet accord.

Les représentants du groupe Richemont, du syndicat Unia et du personnel sont parvenus à un accord portant sur une amélioration du plan social et une réduction du nombre de licenciements.

«Cette avancée n’aurait pas été possible sans la mobilisation et la détermination du personnel et de ses représentants» explique le syndicat suisse dans un communiqué. «De tels mouvements n’ont plus été vus depuis des décennies dans l’industrie horlogère helvétique. La médiation des instances nationales de la convention collective de travail de l’industrie horlogère a également facilité le dialogue».

Le résultat de la négociation a été soumis au personnel de Vacheron Constantin et de Piaget sur les quatre sites concernés par les suppressions de postes. En dépit de critiques «portant sur le contenu minimaliste du plan social au vu des capacités financières de Richemont», il a été accepté par une majorité du personnel, réuni en assemblée générale.

 Moins de licenciements

Le plan social compte diverses améliorations dont une augmentation des indemnités de départ de 15% pour les employés âgés jusqu’à 45 ans, avec un mois de salaire au minimum, et de 20% pour les plus âgés. Les mesures d’outplacement ont été revues à la hausse et le budget de formation pour les personnes licenciées augmenté. Le nombre de licenciements a été abaissé grâce aux départs volontaires facilités par l’amélioration du plan social : ils se chiffrent à 170 au lieu de 210 initialement annoncés. En revanche, le groupe Richemont a persisté dans son refus d’introduire le chômage partiel.

Pour rappel, quelque 400 personnes, dont de nombreux salariés des manufactures d’horlogerie de la Vallée de Joux, avaient participé, fin novembre, à un rassemblement de solidarité au Sentier, dans le canton de Vaud, contre les suppressions de postes dans le groupe Richemont. Une autre manifestation avait aussi eu lieu à Genève avec 300 salariés de Piaget et Vacheron Constantin.