Hympulsion, pour mettre de l’hydrogène dans notre mobilité

Hympulsion, pour  mettre de l’hydrogène  dans notre mobilité

Acteurs publics et privés se donnent la main pour créer une entreprise qui doit favoriser la mobilité à l’hydrogène renouvelable.

Changement climatique oblige, le développement des énergies renouvelables est dans l’air du temps. Et pour contribuer à le purifier, une poignée d’acteurs régionaux vient d’officialiser la création d’Hympulsion, une SAS dont l’objet est de produire et de distribuer de l’hydrogène sur nos territoires. L’ambition est notamment d’accélérer le déploiement du projet de mobilité hydrogène renouvelable pour les flottes captives des professionnels, Zero Emission Valley, lancé en 2017, et qui devrait se traduire par le déploiement de 20 stations et de 1 000 véhicules sur l’ensemble du territoire régional.

Le tour de table est aussi bien composé d’acteurs publics – la région Auvergne-Rhône-Alpes (Aura, 33 % du capital), la Banque des Territoires (16 %) – que privés – Michelin (22,8 %), Engie (22,8 %) et le Crédit Agricole (4,4 %). Thierry Raevel, délégué régional d’Engie, a été nommé président de la structure qui ne compte pas encore de salariés et dont le chiffre d’affaires envisagé n’est pas encore déterminé. Cofinancé par des fonds européens, ce projet ambitionne rien moins que de proposer des véhicules et de l’hydrogène renouvelable à un coût global comparable à celui du diesel.

Le tour de table est aussi bien composé d’acteurs publics – la région
Auvergne-Rhône-Alpes (Aura, 33 % du capital), la Banque des Territoires
(16 %) – que privés – Michelin (22,8 %), Engie (22,8 %) et le Crédit Agricole
(4,4 %).

Pour le président d’Aura, Laurent Wauquiez, « cette synergie publique-privée va permettre de faire de la Région le premier territoire à hydrogène de France et d’être le catalyseur du déploiement de cette nouvelle technologie en Europe ». Quant à Florent Menegaux, président de Michelin, il souligne que « la mobilité hydrogène est la meilleure solution permettant de relever simultanément les trois défis : pollution, gaz à effet de serre et transition énergétique. Nous développons une expertise en ce sens depuis près de 15 ans ».

Dans les faits, Hympulsion posera la première pierre de la station de Chambéry dans le courant du mois de juin pour une inauguration prévue d’ici la fin de l’année. Le déploiement d’autres stations, dont le coût unitaire oscille entre 1 et 1,2 million d’euros en fonction de la taille, est d’ores et déjà prévu à Grenoble, Lyon, Saint-Étienne ou encore Clermont-Ferrand.


Par Jean-François Pibre


Cet article est paru dans votre magazine ECO Savoie Mont Blanc du 24 mai 2019. Il vous est exceptionnellement proposé à titre gratuit. Pour retrouver l’intégralité de nos publications papiers et/ou numériques, vous pouvez vous abonner ici.

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.