Lancement franco-suisse de Coworkees

par | 31 Mai 2017

Cette plateforme, qui met en relation les entreprises et les travailleurs indépendants dans le secteur de la communication, vient de participer pour la première fois au salon e-Com à Genève. Une belle vitrine pour la jeune société créée par une Annécienne.

Coworkees s’est offert une belle vitrine durant deux jours à Genève, lors du salon e-com, qui s’est tenu à Palexpo. Cette nouvelle plateforme, qui met en relation des indépendants de 80 métiers de la communication, avec des entreprises utilisatrices de ces services, en quête de prestataires, a pu ainsi présenter sa stratégie de conquête des deux côtés de la frontière franco-suisse.

Fournir des ressources

Au cours de ce salon, Julie HUGUET, fondatrice de Coworkees, a co-animé une conférence sur le thème « Travail en équipe : et si l’on réinventait les relations ? », en présence de Marielle FRICK – marraine de Coworkees – mais aussi coach experte en savoir-faire et savoir-être relationnel. Une occasion pour les utilisateurs de découvrir les clés du succès pour mener à bien tous leurs projets et tirer profit des compétences de chacun de leurs collaborateurs.

Crée en 2016, à Annecy, Coworkees a pour but de faciliter les recherches de ressources externes et la gestion de campagnes publicitaires des entreprises via le site coworkees.com. L’objectif est de permettre aux entreprises de trouver en quelques clics le profil de celui ou de celle qui saura s’intégrer aux équipes existantes, tout en apportant la compétence qui fera la différence pour mener à bien des projets.

Vers une levée de fonds

Partant d’un constat- on table sur 2 millions de travailleurs indépendants en France en 2020-, Julie Huguet a développé le projet Coworkees depuis un an. Aujourd’hui, la jeune annécienne de 33 ans, a su convaincre et réunir 250 000 euros pour démarrer prochainement, dans l’accélérateur qui va ouvrir aux Papeteries Image Factory, à Cran Gevrier.

Elle a en effet obtenu le soutien du réseau Initiative Grand Annecy pour un prêt d’honneur de 30 000 euros, celui de la bourse French Tech de BpiFrance pour un montant équivalent assorti d’un prêt d’amorçage de trois ans de 50 000 euros, complété par un prêt bancaire et un apport personnel. « Notre objectif est de lever 500 000 euros en 2018 » explique la créatrice, qui fourmille d’idées.

D’ici là, elle embauchera, à la rentrée, une chargée de projets pour l’assister dans de multiples tâches, puis deux commerciaux, un pour suivre les entreprises, l’autre les indépendants, ainsi que des développeurs. Pour démarrer, elle travaille avec des indépendants qui lui apportent leurs compétences en graphisme, en référencement web ou en informatique… Un beau programme pour une idée dans l’air du temps, à l’heure où le travail prend de nouvelles formes, dans un contexte réglementaire lui-même en forte mutation.

Plus d’infos sur : https://www.coworkees.com/

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Next Summer : le business d’abord !

L’industrie de l’outdoor s’est rassemblée les 13 et 14 septembre à Albertville pour présenter les produits printemps-été 2022. Un salon qui se veut avant tout fédérateur post-crise. Après des mois d’interruption en raison de la crise sanitaire, le monde...

LIRE LA SUITE

Trialp se chauffe à l’huile usagée

La société savoyarde, spécialisée dans le tri et la valorisation des déchets, modernise sa plateforme de traitement des huiles, devenue obsolète. « Cette plateforme a été décidée il y a un an pour permettre à la fois d’améliorer les conditions de travail et la...

LIRE LA SUITE

Covid-19 : le passe sanitaire fait débat

Passe sanitaire oblige, les établissements de santé sont contraints de se réorganiser. Les syndicats s’inquiètent du manque de personnels. « Le passe sanitaire est un non-sens », s’insurge Angélique Neutens, secrétaire générale de la CGT au Centre hospitalier...

LIRE LA SUITE

Publicité

Pin It on Pinterest