Marché : Le point sur l’immobilier neuf en Savoie Mont Blanc

Marché : Le point sur l’immobilier neuf en Savoie Mont Blanc

La FPI Alpes dévoile ses réservations au premier semestre 2019. Partout ou presque, le déséquilibre s’accentue entre l’offre et la demande sur un territoire réputé tendu. Avec des coûts de construction et de foncier qui augmentent. Décryptage par secteur.

La Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) des Alpes publie ses derniers chiffres sur six mois, à fin juin 2019. Avec un volume de transactions globalement à la hausse, attestant du dynamisme du marché immobilier en Savoie Mont Blanc. Comme traditionnellement, de fortes disparités se font jour selon les bassins. Les valeurs aussi font le grand écart. Le point secteur par secteur.

Nouvelle résidence Icône, dans le quartier du Parmelan à Annecy. Livraison en 2022. Programme vendu par Ogic. DR

GRAND ANNECY. S’il est un secteur prisé, c’est bien Annecy et son agglomération. Sur les six premiers mois de l’année, les réservations fléchissent de 18 % à 486 réservations (et jusqu’à -36 % durant la traditionnelle pause estivale), faute de biens sur un marché où les mises en vente chutent de 22 % (un chiffre toutefois en stabilité par rapport à la moyenne enregistrée en 2018). Résultat le stock disponible ne dépasse pas 9,6 mois. Si la demande reste toujours forte, le président de la FPI Alpes Olivier Gallais n’exclut pas “un marché en retrait par rapport aux années passées, autour de 1 000 transactions sur l’année 2019”. Les freins sont multiples : foncier rare et très (voire trop) cher, des PLU exigeants tant sur le plan environnemental qu’en termes de mixité sociale. Les promoteurs évoquent aussi des coûts de construction en hausse depuis un an et la difficulté à trouver des entreprises. Côté valeurs, la tension s’accentue : le prix moyen du mètre carré habitable s’envole à plus de 5 000 euros, et grimpe jusqu’à 5 211 euros stationnement compris. La part des investisseurs s’amenuise pour ne représenter plus que 25 %, ceux-ci déplorant des niveaux de prix élevés à l’achat et une rentabilité locative pas toujours au rendez-vous dans le cadre du Pinel.

La Villa Parsini à Annecy. Un programme de 18 appartements de haut standing conçu par MGM. Livraison 3e trimestre 2020. Crédit MGM
À Annecy-Le-Vieux, commune prisée du bord du lac, les immeubles poussent comme des champignons. Les maisons sont rasées et les espaces verts investis, comme ici au Petit-Port. Crédit photo : Patricia Rey

GENEVOIS. Dans la communauté de communes du Genevois, réservations et mises en vente sont en hausse sensible (compter une centaine de réservations), même si le niveau des transactions reste bien en-deça en volume des trois autres marchés du Genevois français. Le stock à la vente este stable autour de 179 logements à fin juin 2019. Seuls les prix baissent de 3,16 % : compter un prix moyen au mètre carré à 4 316 euros… proche de celui affiché dans l’agglomération d’Annemasse.

PAYS DE GEX. Sur ce marché du Genevois français, les volumes de réservations, estimés à 334, sont en progression de 13 % par rapport à un an plus tôt. Là encore, les mises en vente reculent de 40 % (à savoir 305 logements) et s’avèrent inférieures aux réservations. En cause, le foncier de plus en plus cher sur fond de concurrence exacerbée, ce qui a pour effet de freiner les nouvelles opérations. En toute logique, l’offre disponible diminue avec un stock estimé à 680 logements, à fin juin 2019. Quant aux prix de vente, ils évoluent sur un an pour s’établir en moyenne à 5 113 €/m2 (hors stationnement). Un marché qu’Olivier Gallais compare volontiers à celui d’Annemasse Agglo, “mais avec des niveaux de prix beaucoup plus élevés”. Toujours selon lui, l’écart est de 1 000 euros HT/m2, soit l’équivalent de 66 000 € TTC pour un T3. Quant aux investisseurs, pour beaucoup des frontaliers, ils ne sont plus que 34 %… ces derniers ne bénéficiant pas du dispositif Pinel.

GRAND CHAMBÉRY. Du côté de la Savoie, le marché chambérien est bien parti pour retrouver la croissance. Avec 250 réservations enregistrées sur les six premiers mois À l’inverse de la plupart des secteurs, des programmes immobiliers neufs sortent de terre et les mises en vente s’accélèrent par rapport à 2018. L’offre disponible de logements ne peut qu’augmenter, avec un DPE supérieur à 14 mois (contre 9,6 mois dans le Grand Annecy). Dans la foulée, le mètre carré atteint 3 448 euros, soit une hausse de 1,8 %.

Résidence Akane à Jacob Bellecombette dans le Grand Chambéry. 61 appartements livrés au 1er trimestre 2021. Un programme signé Imaprim. Crédit Imaprim

Des taux de crédit historiquement très bas

Sur le marché de l’immobilier neuf, la principale motivation des acquéreurs reste la forte attractivité des taux d’intérêt, qui n’en finissent pas de baisser. Mais jusqu’à quand ? Au moins jusqu’à la fin de l’année, prédisent les spécialistes. De quoi doper la dynamique du marché immobilier.

Pour rappel, la Fédération des promoteurs immobiliers des Alpes compte 38 membres sur les cinq départements que sont la Savoie, la Haute-Savoie, l’Isère, les Hautes-Alpes et la Drôme. L’observatoire de la FPI est alimenté par les adhérents du CecimObs, et désormais par une enquête auprès des non adhérents pour une analyse plus juste des chiffres du marché.

Par Patricia Rey

À lire aussi :

Poster une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ANNONCES LÉGALES : CONSULTEZ ET PUBLIEZ !

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

PUBLICITÉ

ARTICLES LES PLUS LUS

PUBLICITÉ