Tourisme : les bateaux d’Annecy changent de capitaine

par | 1 Fév 2019

Les familles Ceccon et Ferrero cèdent la compagnie annécienne à Philippe Gausset, déjà pacha des bateaux du lac du Bourget.

«Pour le nom, demandez à Philippe ! », sourit Thierry Ceccon en rangeant son stylo. Il y a quelques mois, la Compagnie des bateaux du lac d’Annecy (CBLA*) a commandé un nouveau bateau, à propulsion mixte : électrique et thermique. Il doit servir l’été aux croisières sur le “petit lac”, entre le verrou de Duingt-Talloires et Doussard. Mais l’entrepreneur comptait bien, en plus, le tester tout au long de l’année sur des liaisons pendulaires (matin et soir) entre Annecy et Doussard : dans le bassin annécien, le sujet est un vieux serpent de lac. Il n’en aura finalement pas l’occasion. Lorsque ce bateau à 1,7 million d’euros sera mis à l’eau, en août (sauf nouveaux retards), Thierry Ceccon ne sera plus le capitaine : à l’issue d’une longue séance de signatures, la CBLA a en effet été cédée (montant non communiqué), mercredi 30 janvier, à Tourisme et participation, une holding présidée par Philippe Gausset, auquel reviendra donc l’honneur de baptiser l’embarcation.

Le nouveau Pacha de la CBLA s’y connaît déjà en bateaux de tourisme : depuis 2010, il est à la barre de la compagnie (CBLB) qui opère sur le lac du Bourget, le canal de Savière et le Haut-Rhône. Cette expérience a d’ailleurs pesé au moment du choix, alors que les cédants avaient reçu plusieurs offres. Les deux compagnies se connaissent de longue date et proposent même, depuis quelques années, des offres groupées. Elles ont des points communs. Six bateaux chacune, mais de tailles diférentes. Une activité majoritairement réalisée auprès des touristes individuels avec une forte proportion d’étrangers (entre 30 % et 40 %). Un pilier, la navigation, complété par un important volet restauration (trois bateaux-restaurants pour la CBLB ; le Libellule et un restaurant au port de Sévrier pour la CBLA).

Navigation mais aussi restauration (en premier plan une table du Libellule) : les deux vents porteurs de la compagnie annécienne.

Elles ont aussi des différences. À commencer par la taille. La compagnie annécienne, c’est plus de 4,5 millions d’euros de chiffre d’affaires (exercice clos au 31 mars 2018 ; l’actuel s’inscrit dans les mêmes ordres de grandeur) avec 16 permanents mais un effectif qui dépasse les 50 personnes en pleine saison ; pour 170 000 passagers transportés à l’année. L’aixoise, elle, transporte près de 90 000 personnes par an, avec 15 permanents mais beaucoup moins de renforts saisonniers ; elle flirte avec les 2 millions de chiffres d’affaires. La CBLB parvient à davantage attirer les professionnels (séminaires) en plus des touristes et elle est plus avancée sur le numérique (ERP en interne et relation clients). La CBLA, elle, sait séduire un segment plus haut de gamme, notamment grâce à son offre de restauration qualitative sur le Libellule. Bref, chacune peut s’inspirer des réussites de l’autre. Sans qu’il ne soit pour autant question de fusion : les deux compagnies conservent chacune leur identité et leur siège social.


*SA Compagnie de navigation du lac d’Annecy – La Compagnie des bateaux, de son nom juridique complet.


Par Éric Renevier


Cet article est paru dans votre magazine ECO Savoie Mont Blanc du 1er février 2019. Il vous est exceptionnellement proposé à titre gratuit. Pour retrouver l’intégralité de nos publications papiers et/ou numériques, et pour soutenir la presse, vous pouvez vous abonner ici.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Savoie Mont Blanc favorise la mobilité “verte”

L'Agence Savoie Mont Blanc lance une plateforme de réservation de transport intermodal pour faciliter et “verdir” l’accès aux stations. À l’occasion du lancement de la saison hiver 2022-2023 à Paris en présence des médias, L’Agence Savoie Mont Blanc, l'organe de...

LIRE LA SUITE

Lyon-Turin : la solution fret privilégiée

Chambéry écartée du Lyon-Turin ? L’itinéraire « tout fret », ou presque, semble avoir la préférence des pouvoirs publics. Sauf à Chambéry et en Haute-Savoie. La pièce centrale du projet ferroviaire Lyon-Turin, son tunnel international de 57,5 km de long entre...

LIRE LA SUITE

Publicité

PUBLIEZ VOTRE ANNONCE LÉGALE EN LIGNE

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

ANNONCES LÉGALES WEB

Consultez les annonces légales publiées sur notre site habilitées par la Préfecture >>

VENTES AUX ENCHÈRES

Consultez nos ventes aux enchères immobilières >>

publicité

abonnement

TESTEZ LE PREMIUM

3.50€ pour 1 semaine
Paiement CB sécurisé
Déblocage immédiat
Tous les articles premium

publicité

ARTICLES LES + LUS