Le conseil de développement interroge les 36 maires des communes des Vals du Dauphiné sur les conséquences du confinement sanitaire sur les 64 000 habitants du territoire.

Sous l’impulsion de leur président Jean Bailly, les membres du C2D (Conseil de Développement des Vals du Dauphiné) ce sont “auto saisi” pour évaluer la façon dont les habitants des 36 communes vivent la crise sanitaire, économique et sociale. C’est dans cette perspective qu’ils ont élaboré un formulaire d’enquête dans lequel ils jugent important d’impliquer tous les maires du territoire des Vals du Dauphiné (VDD), formulaire transmis aux élus du territoire.

« Sur la base des réponses reçues, les membres du C2D réfléchiront sur les “leçons à tirer” de cette crise dont les causes, la survie en période aigue et les décisions pour l’avenir sont très importantes à analyser. Les conclusions de cette réflexion seront rapidement communiquées à l’ensemble des maires », détaille Jacques Gerbault, vice-président.

Crise sanitaire et économique

« Nous avons maintenant assez de recul pour connaître la difficulté de vivre des habitants du territoire, éclairés par une petite lueur d’espoir de fin de crise », argumente Jean Bailly. Ainsi, les membres du C2D ont jugé que leur rôle était de montrer ce que vivent les citoyens du territoire, et ce qui les attend encore. « Nous devons également envisager les solutions, de toutes sortes, qui se dessinent. C’est pourquoi nous souhaitons avoir l’image la plus réelle de l’état actuel de notre territoire. Cette enquête est transmise par mail, sous forme de questionnaire dont le but est de savoir comment les administrés ont vécu et vivent encore cette crise », ajoute Jean Bailly.

Dans un premier temps, les données recueillies serviront de base à une réflexion dans le C2D. Ensuite, le relais sera fait auprès de la Coordination Nationale des Conseils de Développement avec, pour objectif, de trouver les meilleures solutions pour sortir de cette crise. « Nous souhaitons nous assurer que personne ne reste sur le côté, que cette sortie soit bien réelle, et que notre société évolue vers un monde plus écologique, plus social, plus durable », conclut Jean Bailly.

__________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Par Carole Muet