Le Département de l’Ain encourage l’agriculture

par | 19 Nov 2020

Le Conseil départemental envisage cinq axes différents pour soutenir et développer l’économie agricole locale.

Pendant cette année 2020 bien particulière, le département n’a pas renoncé à son agriculture. Ce vendredi 13 novembre, il a tenu une réunion pour faire le point annuel dans ce secteur. « Nous constatons qu’envers et contre tout, ce domaine sait s’accom­moder des aléas assez anxiogènes. Le premier est sanitaire, face à un virus plus tenace que prévu. Mais également les aléas climatiques face aux menaces récurrentes de sécheresses », explique Jean Deguerry, président du Département. Une résilience encoura­gée par le territoire. Celui-ci a consacré pendant l’année 1 900 000 euros aux projets d’investissements des agricul­teurs Aindinois et plus de 1 800 000 euros aux filières. Pour l’année prochaine, l’Ain renouvelle son soutien en le déve­loppement en cinq axes.

Écologie

Plusieurs aspects de ce plan de soutien portent sur l’écologie. « Les aléas vécus ces dernières années mais également les enjeux de société, nous imposent de construire des systèmes plus résilients dans tous les secteurs de l’Ain, plaine ou montagne. La préservation du foncier agricole est également un point fonda­mental de cet axe », développe Véronique Baude, vice-présidente du Conseil départemental. Au programme, l’ac­compagnement des agriculteurs dans la transition écologique notamment par de nouvelles pratiques agrono­miques et la protection des captages. « Cela passe par des actions sur l’amé­lioration des pratiques, mais également sur la formation », ajoute-t-elle. Du côté du foncier, le territoire veut protéger l’activité agricole de l’urbanisation sur le long terme en préservant des espaces de qualité, non fragmenté. Sur le plan écologique, le “manger local” n’est pas oublié. La loi Egalim (loi pour l’équi­libre des relations commerciales dans le secteur agricole et alimentaire et une alimentation saine et durable) implique une utilisation de produits de qualité et durables. Une habitude déjà perpé­tuée dans l’Ain avec la plateforme Agrilocal qui permet une mise en relation simplifiée entre les produc­teurs et les acheteurs. Le Département de son côté a entrepris une sensibili­sation des cuisiniers et des gestion­naires dans les collèges. Étonnamment, la crise sanitaire a servi la consomma­tion locale. « Pendant le premier confi­nement, nous avons pu continuer à apporter de bons produits aindinois pour nourrir la population. Dans ce malheur-là, le manger local a pu revenir. Les gens se sont peut-être remis à la cuisine pendant le confinement et ont plus acheté de produits du terroir. Les opérateurs économiques de la grande distribution ont également mieux mis en avant nos produits, pas nécessaire­ment avec un coût de production adé­quat, mais avec un bon volume. C’est une chance pour l’agriculture aindinoise d’avoir des personnes qui modifient leurs habitudes d’achats », se réjouit Michel Joux, président de la Chambre d’agri­culture. Une pratique qui se voit d’ail­leurs renouvelée lors de ce deuxième confinement.

Préserver l’économie

Favoriser l’écologie, oui. Mais sans oublier l’économie. Plusieurs actions ont été mises en place pour soutenir les agriculteurs, comme la cellule Rebonds qui apporte une aide admi­nistrative, la création de contrats de prestation de services environnemen­taux valorisant financièrement les démarches vertueuses des agriculteurs, ou encore la création de groupements fonciers agricoles mutuels. En paral­lèle, le Conseil départemental envisage de mettre en place 500 000 euros d’aides au domaine de la viticulture pour l’aider à passer une fin d’année qui s’annonce difficile. Le même pro­blème devrait également se poser pour les volailles fines que Jean-Yves Flochon, vice-président délégué à l’aménagement, aux aides aux com­munes, à l’habitat, à la ruralité et à l’agriculture encourage à ne pas oublier pour les fêtes.


Soutien

Les projets d’investissements des agriculteurs dans le cadre du Plan de développement rural soutenu à hauteur de 1 900 000 euros ont bénéficié à 89 exploitations agricoles, 24 ateliers fermiers, cinq points de vente collectifs, 48 Cuma, et 10 projets des industries agroalimentaires.


Par Joséphine Jossermoz

Une Eco de l'AinCet article est paru dans le magazine ECO de l’Ain du 19 novembre 2020. Pour retrouver l’intégralité des articles de notre hebdomadaire, mais aussi nos suppléments et hors-séries, c’est ICI et ICI.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Prolonger le télétravail des frontaliers ?

Le conseil du Léman vient d’adresser un courrier à l’État français et à la Confédération helvétique pour leur demander de proroger, jusqu’au 30 juin 2021, l’accord provisoire en vigueur depuis le 14 mars 2020 et...

Lire la suite

Le CPME Camp en 100 % digitale

Période de crise sanitaire oblige, le CPME Camp – événement dédié à l’innovation depuis 2014 – crée sa 7ème édition en 100% digitale, et étendue sur tout le territoire régional, sur la journée du 26 novembre....

Lire la suite

Publicité

Pin It on Pinterest