Hôtellerie : la montagne, plus près des étoiles

Hôtellerie : la montagne, plus près des étoiles

Le marché de l’hôtellerie en Savoie Mont Blanc a été en croissance de 1,5 % en 2018, avec 8,2 millions de nuitées hôtelières, selon le cabinet KPMG. Un secteur avec ses spécificités.

Réalisée en 2018, la 42e étude du cabinet spécialisé KPMG* n’en identifie pas moins les lignes de force d’un marché en pleine évolution, notamment en montagne, où l’hôtellerie représente 20 % des nuitées hivernales et 5 % des nuitées estivales.

Toutefois, et fait marquant en Savoie Mont Blanc, « l’été devient un vrai sujet, enregistrant +2,7 % versus 2017 pour s’établir à 2,8 millions de nuitées, soit 34 % des nuitées hôtelières annuelles (elles sont de 8,2 millions en 2018) », pointe Dorothée Leneutre, manager Real Estate & Hotels chez KPMG, insistant sur le travail de longue haleine engagé par les opérateurs.

L’hiver domine toujours avec 4,3 millions de nuitées hôtelières, malgré une baisse de 0,9 %. En montagne, plus on s’approche des stations, plus les hôtels gagnent des étoiles, comptant 39 % d’établissements 3-étoiles sur les 1 023 répertoriés (79 670 lits au total).

Montée en gamme et concepts hybrides

Cette offre baisse légèrement, de 2014 et à 2018, en raison de la fermeture d’environ 50 établissements, mais la courbe devrait s’inverser dès 2020 avec le lancement de nouveaux produits hôteliers de plus grande capacité. Cette croissance est le fait des ambitions des opérateurs et investisseurs de faire monter leur parc en gamme, et d’innover avec la création de concepts hybrides (Plan B à Chamonix, le Base Camp Lodge à Bourg-Saint-Maurice…) pour capter une clientèle plus jeune. Et ce, malgré un coût très élevé à l’acquisition comme à l’exploitation.

« En montagne, on s’approche du contexte parisien avec les mêmes problématiques : rareté foncière, prix exponentiels en fonction de l’emplacement… mais avec de réelles spécificités liées à une exploitation centrée sur l’hiver et une logique patrimoniale », relève la spécialiste. Le bon prix est celui que l’acquéreur veut bien mettre, et c’est encore plus vrai dans les stations huppées comme Courchevel ou Megève. Avec une durée d’ouverture de 152 jours par an pour les 5-étoiles et de 200 jours pour les 4 étoiles, les hôteliers visent une rentabilité forte et rapide et soignent leur commercialisation, affichant des taux d’occupation respectifs de 84 % et 70 %.

Les prix moyens augmentent : compter 185 euros la chambre en 4-étoiles et jusqu’à 414 euros en 5-étoiles. En bord de lac également, on constate une évolution bénéfique de l’offre. Après l’ouverture du Black Bass, 5-étoiles à Sevrier par Lavorel Hotels, d’autres 4-étoiles vont voir le jour à Annecy : Le Pélican du groupe PVG en 2021, l’hôtel porté par MGM… et d’autres alentours. À une période où le taux d’occupation de l’hôtellerie de chaîne recule de 3,6 points sur un an.

Au plan national, les mouvements sociaux n’ont pas entamé la bonne santé de l’hôtellerie en 2018. Mieux, la France enregistre une année record et conserve sa place de première destination mondiale avec 90 millions de touristes étrangers et 438 millions de nuitées vendues (+2,2 %). Sur ce marché, la part de l’hôtellerie (17 949 établissements) atteint 49 % avec 215 millions de nuitées. Les investissements (acquisitions et rénovations) aussi font un bond de 50 % à 1,4 milliard d’euros.


Par Patricia Rey

A propos de l'auteur

GROUPE ECOMEDIA

GROUPE ECOMEDIA, c'est le groupe de presse économique de Savoie Mont Blanc (74 et 73), de l'Ain (01), du Nord Isère (38) et de la région lémanique trans-frontalière avec Genève et les cantons romands.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ANNONCES LÉGALES : CONSULTEZ ET PUBLIEZ !

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

PUBLICITÉ

ARTICLES LES PLUS LUS

PUBLICITÉ