Immobilier en Haute-Savoie et en Savoie : la cote de l’ancien au plus haut

Immobilier en Haute-Savoie et en Savoie : la cote de l’ancien au plus haut

Le marché immobilier en Savoie Mont Blanc reste dynamique, porté par les transactions dans l’ancien alors que le neuf recule. Les prix sont toujours au plus haut.

Les arbres peuvent-ils monter jusqu’au ciel ? C’est la question que l’on peut se poser rituellement lorsque l’on découvre les chiffres du marché immobilier en Savoie Mont Blanc. 2019 ne devrait pas déroger à cette tradition avec les premières tendances dévoilées par les notaires fin septembre (période du 1er avril 2018 au 31 mars pour les ventes, et du 1er juillet 2018 au 30 juin 2019 pour les prix).

Premier constat, l’attractivité des deux départements ne se dément pas avec un marché immobilier, tous biens confondus, en hausse globale de 1 % pour les volumes de ventes. Mais cette croissance moyenne masque des disparités très importantes entre l’ancien et le neuf. On assiste en effet à un emballement du marché de l’ancien (25 800 ventes), que l’on retrouve d’ailleurs au niveau national où le nombre des transactions dans le secteur a pour la première fois franchi le cap du million en un an.

En Savoie Mont Blanc, le volume des ventes bondit ainsi de 7 % pour les appartements et de 4 % pour les maisons. A contrario, le neuf plonge avec une chute des transactions de 14 % pour les appartements et de 7 % pour les terrains à bâtir.

Neuf toujours plus cher

Un phénomène qui peut s’expliquer notamment par les tensions du marché neuf sur lequel l’offre peine à suivre la demande et qui reste par ailleurs beaucoup plus cher que l’ancien alors que les aides financières à l’accession ont déjà été plafonnées. Ainsi le prix au m2 médian des appartements anciens est 43 % moins élevé en Savoie que le neuf et 24 % en Haute-Savoie. Il n’a par ailleurs augmenté “que” de 0,6 % sur l’ensemble de Savoie Mont Blanc à 3 140 € le m2 médian contre une hausse de 1,7 % pour les appartements neufs à 4 180€ le m2 médian.

Des niveaux de prix qui restent très supérieurs aux moyennes nationales respectivement à 2 300€ pour l’ancien et 3 760 € pour le neuf. Les disparités sont encore plus marquées naturellement selon les départements et surtout les secteurs géographiques. Sans surprise, les grandes agglomérations continuent d’attirer y compris pour de l’investissement locatif dans une période où la pierre est plus rentable que les placements financiers.

Ainsi le prix au m2 médian s’envole de 6,4 % à Annecy à 3 900 € pour les appartements anciens. Il est aussi en forte croissance à Chambéry avec une hausse de 4,9 % à 2 170€ le m2. Parmi les zones prisées, on relève également la périphérie chambérienne pour les maisons avec une hausse de 1,2 %, à 308 000€ le prix de vente médian ou le Léman, avec une hausse de 1,1 % pour un prix médian de 364 000€.

Pour autant, certains bassins sont moins performants comme la vallée de l’Arve, où le prix médian des maisons anciennes recule de 1,9 % à 293 000€, tandis que celui des appartements anciens plafonne à +0,4 % et 2380 € le m2 médian, et surtout le territoire s’étendant entre Ugine Albertville et Grésy, où l’on assiste à une chute de 6,8 % des prix de vente médians des maisons anciennes à 201 400€.

Disparités Savoie / Haute-Savoie

Autre phénomène marqué sur la période considérée, le fléchissement des prix en montagne pour les appartements anciens, avec notamment un recul de 1,1 % dans la zone du Mont-Blanc à 5 000€ le m2 médian, une baisse de 2,7 % en Maurienne à 2 380€, et un décrochage de 3,4 % en Tarentaise à 3 700€.

Dans les deux départements, la rareté du foncier reste chronique, ce qui se répercute sur le prix des terrains à bâtir, avec une moyenne de 119 400€ pour l’ensemble de Savoie Mont Blanc à comparer aux petits 58 500€ de la moyenne nationale ! Avec là encore des différences, pouvant varier quasiment du simple au double. Ainsi le prix médian d’un terrain à bâtir atteint 140 000 € en Haute-Savoie contre “seulement” 77 500€ en Savoie.

Avec également des différences énormes selon les villes et les territoires : il en coûte en moyenne 143 000€ dans le Léman contre 130 000 dans la périphérie chambérienne, 124 000 dans la vallée de l’Arve et 65 300 dans le bassin de Yenne-St Genix-Pont-de-Beauvoisin. Décidément, Savoie et Haute-Savoie ne sont pas logées tout à fait à la même enseigne.


Par Sophie Guillaud

A propos de l'auteur

GROUPE ECOMEDIA

GROUPE ECOMEDIA, c'est le groupe de presse économique de Savoie Mont Blanc (74 et 73), de l'Ain (01), du Nord Isère (38) et de la région lémanique trans-frontalière avec Genève et les cantons romands.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ANNONCES LÉGALES : CONSULTEZ ET PUBLIEZ !

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

PUBLICITÉ

ARTICLES LES PLUS LUS

PUBLICITÉ