L’immobilier dans l’Ain à la loupe

L’immobilier dans l’Ain à la loupe

Sur la base des actes enregistrés dans leurs études, les notaires de l’Ain ont livré, comme chaque année, leurs statistiques sur l’état du marché immobilier dans le département.

Si le prix des appartements aindinois anciens augmente de 2 % à 1 810 euros du mètre carré voire de 3,4 % à 1 540 euros si l’on exclut l’atypique Pays de Gex (lire dans notre édition du 10 octobre, l’article sur les statistiques de l’immobilier selon les notaires de l’Ain), ce sont les deux et trois pièces qui voient la plus forte augmentation. Les grands appartements, eux, tendent à baisser. « Au-delà de 130 000 euros, les acheteurs se font plus rares, ce qui conduit à un tassement des prix », expliquent les notaires.

Bourg-en-Bresse est bien placée, par rapport aux autres villes préfectures de la région, avec un mètre carré en hausse de 5,7 % à 1 400 euros. « Il s’opère un rattrapage par rapport aux baisses des années antérieures, la concurrence du secteur social se faisant moins sentir. »

Dans le Haut-Bugey, les T4 représentent plus de 30 % du marché, tandis que le volume des ventes des T3 baisse de 11 %. Dans le Pays de Gex, où l’activité est très soutenue, c’est à l’inverse le T3 qui se vend le plus, avec plus de 36 % des volumes. « Le marché se recentre sur l’achat de la résidence principale. À Ferney-Voltaire, la concurrence du neuf provoque une baisse de marché de 6,6 %, tandis qu’à Saint-Genis-Pouilly, le volume des ventes, en baisse l’année dernière, progresse de 15 % cette année. »

Sur le secteur de la Plaine de l’Ain et de la Côtière, le prix du mètre carré s’établit à 2 060 euros, en hausse de 9,3 %. « La particularité du secteur est qu’une petite maison de ville de deux ou trois pièces se vend au même prix qu’un appartement ancien de taille similaire. »

Disparités locales

Statistiques immobilier Ain 2019 maisons anciennes

Du côté des maisons anciennes, le prix médian augmente de 2 % à 200 000 euros. Mais, « la croissance des prix à l’échelle du département n’est pas homogène, relèvent les notaires. Si la grande Dombes (+ 2 %) est en phase avec l’évolution générale, d’autres secteurs connaissent une plus forte hausse, comme le Pays de Gex (+5,9 % à 553 000 euros) ou Bugey Sud (+13,4 % à 139 500 euros). D’autres s’inscrivent à la baisse, comme le pays bellegardien (-2,3 % à 210 000 euros) et le Haut-Bugey (-3,1 % à 158 000 euros) ».

Le prix des terrains baisse de 1,5 % pour s’établir à 78 000 euros, là encore avec de fortes disparités locales. Sur Plaine de l’Ain et Côtière, les terrains de moins de 600 mètres carrés représentent plus de 50 % des ventes, avec un prix en baisse de 5 %, tandis que la haute Bresse s’inscrit à rebours de cette tendance, avec un prix des petites parcelles en hausse de 7 %.


Par Sébastien Jacquart

Une Eco de l'AinCet article vient en complèment du papier paru dans le magazine ECO de l’Ain du 10 octobre 2019 sur les statistiques de l’immobilier selon les notaires de l’Ain. Pour retrouver l’intégralité des articles de notre hebdomadaire, mais aussi de nos suppléments et hors-séries, c’est ICI.

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ANNONCES LÉGALES : CONSULTEZ ET PUBLIEZ !

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

PUBLICITÉ

ARTICLES LES PLUS LUS

PUBLICITÉ