Travaux publics : « Franchement, respect ! »

Travaux publics : « Franchement, respect ! »

Le secteur des travaux publics cherche des réponses, notamment en termes de mobilité et d’infrastructures, à l’échelle régionale.

Pas question de se laisser embourber dans la problématique des difficultés de recrutements à l’heure où l’activité semble enfin sourire au secteur. La Fédération nationale des travaux publics a décidé d’être proactive et sa campagne “Franchement respect !”, assortie d’un tout nouveau clip, vise à inciter la jeunesse à s’orienter – par choix – dans ces métiers d’avenir. Et l’avenir s’est notamment dessiné jeudi 19 septembre, lors de la matinale des TP “Regards croisés sur nos infrastructures”, évènement délocalisé de la capitale de la région à celle de l’Ain, dans le cadre du salon professionnel Espace BTP.

Positive attitude

« Après presque une décennie conjoncturellement très difficile, nos entreprises du BTP retrouvent un niveau d’activité favorable, a commenté Patrice Fontenat, président de la Fédération locale des TP, de la Chambre de commerce et d’industrie de l’Ain, et dirigeant de l’entreprise éponyme. Notre économie sort de sa léthargie, nous pouvons noter un retour de la confiance avec des indicateurs généraux en hausse (activité, exportations, investissements, emplois, trésoreries). »

Selon ses données, au premier semestre 2019, six chefs d’entreprise sur dix témoignent d’une hausse ou, a minima, d’une stabilité de leur chiffre d’affaires par rapport à 2018. Trois sur quatre estiment que leur activité sera orientée à la hausse au second semestre de cette année. « Un chef d’entreprise sur deux souhaite renforcer ses équipes, mais tout en étant confronté à des difficultés de recrutement, a ajouté Patrice Fontenat. Il s’agit ici du réel frein à notre développement. L’Ain, compte le quatrième taux de chômage le plus bas au niveau national. Et bénéficie d’infrastructures performantes. » Qu’il est nécessaire d’entretenir. Par ailleurs, de nombreux sujets d’aménagement du territoire occuperont les nouveaux édiles fraîchement élus au printemps prochain : désenclavement du Pays de Gex, de Bugey Sud, amélioration de la desserte ferroviaire Bourg – Lyon ou Ambérieu – Lyon et projet de contournement ferroviaire de l’agglomération lyonnaise. Sans oublier des besoins accrus en logements, dans un département qui connaît une démographie particulièrement dynamique, et en infrastructures, sollicitées et au maillage dense.

Impôt ou contribution

C’est dans ce contexte qu’évoluent les entreprises de travaux publics. Une enquête, commanditée par la FRTP et analysée par Thomas Vitiello, chef de groupe chez Elabe, cabinet de conseil et d’études, tente justement de percer les enjeux prioritaires de la population d’Auvergne Rhône-Alpes en matière de mobilité, de transport, du rapport aux infrastructures. Cette enquête-baromètre régionale a notamment mis l’accent sur les modes de transport usités dans la région. Sans surprise, la voiture domine largement les autres “concurrents”, avec 80 % d’utilisateurs quotidiens au niveau de la région.

L’enquête interrogeait également sur un autre point intéressant : qui doit payer pour les infrastructures (de transport, de communication, etc.) ? Selon l’enquête, les impôts locaux devraient servir à la sécurité des biens et des personnes. Et cela semble être la toute première priorité citée par les habitants de la région. L’aménagement du territoire, les transports, l’entretien des grandes infrastructures sont considérés comme des sujets prioritaires pour les habitants d’AURA et selon eux, les impôts locaux doivent leur profiter, surtout si l’on considère ces grands sujets comme servant, de leur côté, l’activité économique.

« Cependant, lorsqu’il s‘agit de financer les infrastructures, comme les réseaux d’eau potable, par exemple, sans surprise, les habitants se montrent hostiles à des augmentations d’imposition ou de factures, a relevé Thomas Vitiello. Les collectivités locales devraient selon les répondants, couper dans leurs dépenses – notamment de fonctionnement – pour financer leur entretien. Une demande qui s’inscrit dans l’air du temps… On constate globalement une baisse du consentement à l’impôt, avec une impression de contribuer davantage que de bénéficier (pour deux tiers des répondants). »

Enjeux protéiformes

Pourquoi ne pas mettre à contribution les utilisateurs en fonction de leur usage des infrastructures ? « Quels types d’infrastructures les Français sont-ils prêts à payer ? Lesquelles doivent s’appuyer sur l’impôt ? Les gens par exemple acceptent de payer l’autoroute en fonction de leur usage », a ajouté Thomas Vitiello. Enfin, l’enquête a démontré combien l’enjeu environnemental s’impose pour les habitants de la région, comme quelque chose d’essentiel et qui doit être incorporé dans l’ensemble des grands projets structurant le territoire. Cette donnée environnementale est aujourd’hui devenue, un enjeu prioritaire.

Table ronde FRTP

11,7 %

Le BTP dans l’Ain représente 11,7 % de l’activité économique, 8,3 % des salariés du département et 7 % des emplois du BTP dans la région Auvergne Rhône-Alpes.

100 %

D’ici 2021, 100 % des familles et des entreprises devraient être éligibles à la fibre optique.

Indispensables infrastructures…

L’aménagement du territoire concerne de près les professionnels des TP… Comme les élus locaux.

Les résultats de l’enquête sur les infrastructures vues par les citoyens en Auvergne- Rhône-Alpes, dévoilée lors de la matinée travaux publics, ont donné lieu à une table ronde riche sur les particularités de la région réunissant la FNTP, Antoine Quadrini, président du Ceser AURA, Jean-Yves Flochon, vice-président du Conseil départemental de l’Ain délégué à l’aménagement du territoire, et Denis Grimaldi, pompier lieutenant-colonel au SDIS de l’Ain. « Nous sommes ici dans une région privilégiée. On retrouve par contre, notamment, une fracture entre les métropoles et le reste des territoires, a expliqué Bruno Cavagné, président de la FNTP. Il me semble d’ailleurs qu’il s’agit du principal enjeu d’aujourd’hui et de demain. Plus on s’éloigne des métropoles, plus le manque de mobilité et le sentiment d’oubli sont prégnants. »

De cette enquête, il ressort que de nombreux aménagements sont absolument nécessaires dans la région. Dans l’Ain, notamment, où le désenclavement du Pays de Gex devient primordial. Le contournement ferroviaire de l’agglomération lyonnaise permettra également de désencombrer le noeud ferroviaire, mais aussi d’assouplir le trafic. Les chemins de fer lyonnais manquent en effet cruellement de créneaux de circulations pour les trains voyageurs. Cette problématique intéresse également les entreprises. Une fois les travaux achevés, les zones logistiques situées à l’est de la métropole lyonnaise bénéficieront d’une bonne desserte. Les entreprises, quant à elles, disposeront d’une alternative à la route, performante. Du côté de la Savoie, des accès supplémentaires devraient être ajoutés au tunnel Lyon/Turin pour faire face à l’augmentation du trafic. Il ne faut toutefois pas être pressé, puisque les travaux ne commenceront pas avant… 2038. En Haute-Savoie, le contournement d’Annecy, sur la section Gillon / Bredannes, est fortement envisagé. L’idée est de décongestionner la rive ouest du lac et le sud de l’agglomération d’Annecy. Il s’agit là de quelques exemples, les structures indispensables à la région sont au nombre de 24.

Espace BTP

Le salon Espace BTP s’est déroulé du 19 au 21 septembre, à Ainterexpo. Une cinquantaine d’exposants étaient présents. « Ce type de salon permet aux constructeurs et aux concessionnaires de matériel d’équipement et d’accessoires d’aller à la rencontre des clients au cœur des territoires, en connaissant les particularités spécifiques à chacun. Dans l’Ain, il y a beaucoup de travaux sur des axes routiers, donc nous présentons aussi le matériel adéquat, explique Christine Marques, directrice du salon et gérante de Christine Marques Événements, à Trévoux. Pour la première fois, la Fédération a rejoint le salon pour organiser sa matinée d’information autour de l’aménagement du territoire, en présence de Bruno Cavagné, le président de la fédération nationale des TP, et de Pierre Bergé, président de la FNTP. » La vente de machines se porte plutôt bien, ce qui traduit un certain dynamisme du secteur. En revanche, le secteur rencontre un problème récurrent au niveau du recrutement, problématique partagée avec le bâtiment.

Voiture uniquement

Voilà un sujet qui est, sans aucun doute, de plus en plus abordé. Les modes de transport au quotidien posent question. En région Rhône-Alpes, les personnes interrogées utilisent à 80 % la voiture, et seulement à 27 %, les transports en commun. Une part d’entre eux utilise les deux types de transports.


Par Myriam Denis, avec le concours de Joséphine Jossermoz

A propos de l'auteur

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ANNONCES LÉGALES : CONSULTEZ ET PUBLIEZ !

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

PUBLICITÉ

ARTICLES LES PLUS LUS

PUBLICITÉ