Classement TOP 500 des entreprises : derrière le mur Covid-19, le grand écart

par | 14 Déc 2021

La crise sanitaire est apparue comme un mur qui sort soudainement de terre. Et pourtant, les bilans montrent que beaucoup d’entreprises de Savoie et de Haute-Savoie ont su le franchir. Beaucoup, mais pas toutes : la crise n’a pas été la même pour tout le monde.

Dans notre Top 500 des entreprises de Savoie Mont Blanc édition 2020 (établi sur les bilans 2018), ma collègue Sophie Guillaud évoquait, en parlant des entreprises et de leurs dirigeants, « des champions de la course d’obstacles ». La vie d’une entreprise ne devait se comparer, expliquait-elle, ni à un sprint, même si les entreprises doivent être des fonceuses ; ni à un marathon, même si elles doivent aussi savoir gérer l’effort. Mais plutôt à « une course d’obstacles dont le nombre et la hauteur des haies à franchir varie sans cesse. »

La métaphore était belle, mais au moment de revoir l’année 2020 (dont les bilans ont servi de base à ce nouveau Top 500 2021), ne mérite-telle pas d’être complétée ? Ne faut-il pas évoquer maintenant une course d’obstacles durant laquelle, d’un coup, une haie peut se transformer en mur de brique de 5  mètres de haut ? Un mur derrière lequel les émérites coureurs-perchistes qui vont s’évertuer à le franchir ne savent pas du tout ce qu’ils vont trouver, ni à la réception de leur grand saut, ni plus loin ?

Car c’est un peu ce qu’il s’est passé en mars 2020 : un mur est apparu, d’un coup. Prenant de cours l’immense majorité des entreprises… et des simples citoyens ! Un mur au sens physique  : chacun découvrant alors le sens du mot « confinement », enfermé chez soi 23 heures sur 24 s’il ne se trouvait pas classé dans la catégorie des « essentiels ».

« DANS LA COURSE D’OBSTACLES DE L’ENTREPRISE, UNE HAIE S’EST TRANSFORMÉE D’UN COUP EN MUR DE 5 MÈTRES DE HAUT. »

Notre hors-série de 100 pages est également disponible au format papier >>

Un mur physique et psychologique

Un mur parfois invisible mais néanmoins infranchissable, aussi : fermetures des frontières, interdiction de déplacement… Un mur psychologique, surtout. Peur. Sidération. Incompréhension. Absence de repères permettant d’analyser. Absence de visibilité. Un choc inédit (hors conflits armés), par sa profondeur, son échelle, son caractère soudain. Et qui, pourtant, ne se retrouve pas de manière aussi spectaculaire dans les bilans, comme le note Jean-Luc Raunicher, président du Medef Auvergne Rhône Alpes (lire page 16) : les aides publiques ont été efficaces.

Surtout, tous les secteurs et encore plus toutes les entreprises n’ont pas été touchés de la même manière par ce choc inédit. Certains ont été mis à l’arrêt total pendant plusieurs mois. D’autres, à l’inverse, ont été sur-sollicités. D’autres encore ont pris de plein fouet cette crise conjoncturelle alors qu’ils étaient déjà face à une crise structurelle (lire page p52). Au final, encore plus qu’en année “normale” le classement s’en ressent, avec beaucoup de mouvements et de multiples changements dans les points de repères.

« CETTE ANNÉE, LE CHIFFRE D’AFFAIRES DU 1er AU CLASSEMENT EST PLUS DE 450 FOIS SUPÉRIEUR À CELUI DU 500e. »

Un classement chamboulé

Prenez les Top 10, les plus grosses entreprises de Savoie Mont Blanc. Il compte dans notre dernier classement une entreprise milliardaire de plus, en termes de chiffre d’affaires (CA), que dans l’édition précédente (NTN-SNR, qui effectue en fait un retour au-dessus de ce cap symbolique). Le nombre des milliardaires continue ainsi d’augmenter régulièrement  : 5 en 2015, 6 en 2017 et donc 7 en 2020.

Un TOP 10 très performant

Alors que 60 % des entreprises du Top 500 ont enregistré une baisse de leur CA, au sein du Top 10, elles sont 7 sur 10  à l’avoir vu progresser. Et si l’on cumule le chiffre d’affaires 2020 de ces 10 plus grosses entreprises du territoire, le total s’élève à 13 825 M€ (13 milliards et 825  millions) contre 13 234 M€ en 2018, soit +4,5 %. Ce chiffre d’affaires cumulé de nos 10 champions fait ainsi un bond “net” de 591 M€, avec d’un côté 1 054 M€ de hausse (7 entreprises) contre 463 M€ de baisse (3 entreprises).

Deux entreprises contribuent à elles seules à plus de la moitié (57 %) de la hausse. D’abord Sopra-Steria, qui gagne 168 M€ de CA en deux exercices. C’est conséquent mais c’est finalement moins qu’on ne pouvait l’attendre : le spécialiste des services informatiques pèse 31 % du Top 10 (CA cumulés) et sa participation à cette hausse globale n’est “que” de 16 %.

La vraie performance se situe du côté du groupe Maurin (concessionnaire automobile) : 440 M€ de hausse de CA (+44 % en deux exercices), soit 40 % du total de la hausse du Top 10. De quoi accéder à la 2e place de notre Top 500. Une performance exceptionnelle pour celui qui a fait son entrée dans ce classement il y a 3 ans seulement (édition 2019  basée sur les bilans 2017), à la faveur d’un déplacement de son siège social à Annecy. Il affichait à l’époque “seulement” 840 M€ de CA et a atteint 1 440 M€ sur l’exercice 2020. Pour le clin d’oeil, ce sont les Eaux d’Evian que Maurin déloge de la deuxième place du Top 500. L’automobile qui supplante l’élément naturel à l’état pur : ce n’est pas tout à fait comme ça qu’était présenté “le monde d’après”

Téléchargez directement au format Excel (.xlsx) notre tableau TOP 500 2021 des entreprises de Savoie Mont Blanc >>

Le grand écart

Autre indicateur intéressant à observer dans ce Top 500 : l’écart entre le premier et de dernier du classement. D’un côté, Sopra-Steria, géant mondial et leader incontesté de notre classement Savoie Mont Blanc (il pèse trois fois plus que le second !), avec près de 4,3 milliards d’euros de CA. De l’autre, l’entreprise Softica (Méry ; Savoie), spécialiste des portes automatiques, qui accède pour la première fois au Top 500, avec un CA de 9,1 M€. Il s’agit du seuil d’entrée le plus bas observé depuis 5 ans. Dans nos deux dernières éditions, il fallait au moins 11,4 M€ pour figurer dans ce Top 500, soit près de 23 % de chiffre d’affaires en plus : cette année, plus de 70 entreprises, soit 15 % des classés (ceux à partir de la 429e place), n’atteignent pas ce niveau d’activité  : si, grâce aux mesures de soutien public, il n’y a pas eu d’hécatombe, la crise est quand même bien perceptible à travers les chiffres.

Jamais donc notre classement n’aura enregistré un tel écart entre ses deux extrêmes. Cette année, le CA du premier est plus de 450 fois supérieur à celui du 500e (468 exactement) contre 358 fois dans notre précédent classement. Autres chiffres qui permettent de visualiser l’effet de la crise sur l’économie locale, il y avait dans notre précédent classement 53  entreprises au-dessus des 100 millions de chiffre d’affaires : elles ne sont plus “que” 50.

Enfin, la médiane (c’est-à-dire la 250e place du classement) se situe à présent à 22 M€ d’euros de chiffre d’affaires : elle était de 23,4 M€ dans la précédente édition (-6 %). La crise a donc bien laissé des traces… mais pas les mêmes pour tout le monde. C’est ce que nous vous proposons notamment de découvrir au fil des pages de ce Top 500, avec une approche par filière (p52-53 puis les tableaux des pages 70 à 80) et des portraits d’entreprises qui ont su, malgré le contexte, continuer leur parcours de réussite (pages 54 à 63 et 82 à 90).

Sopra, Groupe Maurin et Eaux d’Evian : les trois premiers du Top 500.

Méthodologie

Pour établir ces différents classements, nous avons travaillé sur les entreprises de droit privé ayant leur siège social en Savoie Mont Blanc et ayant déposé leurs comptes 2020. Nous avons vérifié ces chiffres en les recoupant avec les données financières déposées auprès des tribunaux de commerce, en contactant directement les entreprises pour confirmation ou, plus rarement, en nous basant sur un simple déclaratif de leur part (notamment pour les consolidations à l’échelle d’un groupe). Sans doute en lien avec la crise, certaines – mais finalement pas en trop grand nombre – ont refusé de publier et/ ou de nous communiquer les éléments nécessaires alors qu’elles le faisaient habituellement et ne figurent donc pas dans ce Top 500 édition 2022.


Par Eric Renevier

1 Commentaire

  1. Richard Prothet

    « La vie d’une entreprise ne devait se comparer ni à un sprint, même si les entreprises doivent être des fonceuses ; ni à un marathon, même si elles doivent aussi savoir gérer l’effort. Mais plutôt à « une course d’obstacles dont le nombre et la hauteur des haies à franchir varie sans cesse. »
    Un mythe est cultivé du miracle « start-up » : on pourrait dans un garage faire du Microsoft, Facebook. Sans compter sur la taille du groupe de clients/utilisateurs potentiels et sans considération de la concurrence réelle tapie sur toute la surface de la planète pour tous (je le disais déjà dans les années 1980 dans les séminaires/conventions à propos de la faible balance commerciale de la France).
    Il faut une puissance financière qui muscle les reins et une Formation qui ouvre les cerveaux (GEM, EM.L, Genève, Lausanne), la Savoie est très bien placée et équipée, quelques beaux parleurs doivent être retraités et les lits froids remplacés par des nids productifs. Dans un cadre Français, Européen, Mondial, il faut un Plan de Développement 2030 qui associe Epargne savoyarde et Entreprises régionales.
    Certaines entreprises savaient « faire semblant de limiter leur offre » ce qui gonflait opportunément la demande en début de campagne annuelle, Développer cela veut aussi dire placer les aspirateurs à toutes les pollutions, de la vallée de l’Arve aux cénacles politiques hâbleurs.
    Bravo aux entreprises qui ont réussi, j’ai acheté des actions, il faut une « Equipe de grandes entreprises pro Savoie » qui essaiment des activités du Futur sur les plateaux et vallées : les Alpes japonaises sont pleines d’usines propres – Seiko-Epson, Hitachi, YKK, Toray, Toyota, Uniqlo, Kirin, NEC, + …

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Démographie en région AURA : la Haute-Savoie en tête

Les dernières publications de l’Insee confirment le dynamisme du département, au sein d’une région disparate. Au 1er janvier 2019, la région Auvergne-Rhône-Alpes dépasse le seuil des 8 millions d’habitants (8 043 000). Elle reste la deuxième région la plus peuplée...

LIRE LA SUITE

Panne de carburation pour la filière automobile

Président régional des professionnels de l'automobile, Jean-Michel Perissoud résume d’une phrase la mauvaise passe que traverse la filière : « En 2020, nous avions les voitures mais pas les clients ; en 2021, nous avions les clients mais pas les voitures. Tout cela...

LIRE LA SUITE

Votre magazine ECO Savoie Mont Blanc du 28 janvier 2022

100% en ligne, feuilletez directement votre magazine ECO Savoie Mont Blanc n°4 du 28 janvier 2022 sur ordinateur, tablette ou smartphone. Réservé aux abonnés. Le saviez-vous ?Vous pouvez afficher la publication en plein écran, télécharger le document en .pdf,...

LIRE LA SUITE

Publicité

Pin It on Pinterest