Crise sanitaire : les partis suisses veulent des tests aux frontières, pas Genève

par | 28 Jan 2021

Alors que ses voisins renforcent leurs contrôles aux frontières, la Suisse, qui accueille chaque jour 300 000 travailleurs frontaliers, s’interroge sur la marche à suivre.

La Suisse doit-elle mettre en place un système de contrôle sanitaire à ses frontières ? La question agite tout ce que la Confédération compte de politiques, épidémiologistes, virologues et autres spécialistes patentés, depuis que les présidents de six partis nationaux – de l’Union démocratique du centre (UDC) aux Verts, en passant par le Centre, le Parti libéral-radical (PLR), les Vert’libéraux et le PS – ont fait plume commune pour adresser, le 24 janvier, une missive en ce sens au Conseil fédéral.

Rarissime, cette union sacrée d’un nouveau genre demande la mise en place de mesures plus strictes dans la lutte contre la pandémie et, en particulier, de renforcer les contrôles aux frontières en instaurant des tests PCR et des quarantaines systématiques pour toutes les personnes qui souhaiteraient entrer en Suisse. L’idée est que ces mesures « combattant l’importation de virus » permettraient de mieux maîtriser l’épidémie domestique et, ce faisant, d’éviter d’avoir à prendre de nouvelles mesures restrictives, voire même de pouvoir envisager un déconfinement progressif.

Concrètement, ceux qui veulent (r)entrer en Suisse par la voie des airs devraient présenter un test négatif récent à l’atterrissage, puis se mettre en quarantaine pendant cinq jours avant de subir un nouveau test rapide. Des tests antigènes pourraient aussi être proposés aux arrivants, à leur charge… Pour ceux qui opteraient pour la voie terrestre, une déclaration sur l’honneur pourrait suffire. Pour les frontaliers, les partis proposent un concept de dépistage dans les entreprises. Des tests salivaires pourraient également être envisagés à cette fin.

Dépendance aux frontaliers

Sur l’Arc Lémanique, cette proposition se heurte rapidement au principe de réalité. Les cantons de Vaud et de Genève sont trop dépendants des travailleurs frontaliers pour qu’il soit envisageable d’instaurer des tests Covid systématiques aux frontières. Les exécutifs cantonaux ont, du reste, déjà signifié leur opposition. « Le Conseil d’État genevois est favorable à toute mesure qui permette de limiter la propagation du virus. Il n’est toutefois pas convaincu que (le test aux frontières) soit adapté à la réalité de Genève et de sa région », a sobrement commenté Anne Émery-Torracinta, présidente de l’exécutif genevois, dans la Tribune de Genève. Et l’élue d’évoquer une « zone de confiance » où « passer la frontière est un acte du quotidien ».

Pour autant, exempter les frontaliers de ces tests réduirait à néant toute cette stratégie, alors même que tout le monde s’accorde sur la nécessité de prendre de nouvelles mesures pour limiter la propagation du virus et de ses variants, dans un contexte sanitaire où les contaminations stagnent à des valeurs jugées trop élevées. Sous pression, le Conseil confédéral, qui étudie toutes les options, devrait clarifier sa position dans les prochains jours.


Par Matthieu Challier


À lire également :

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Chablais : pose de la première pierre pour la ressourcerie R’mize

EN OCTOBRE, LA R’MIZE OUVRIRA SES PORTES A ANTHY-SUR-LEMAN. UNE RESSOURCERIE DOUBLEE D’UN TIERS LIEU UNIQUE DANS LA REGION. C’est un modèle inédit dans la région Auvergne Rhône-Alpes qu’ont construit les sept associations et les trois collectivités territoriales composant l’association Pôle ressourcerie du Chablais. La R’mize, dont la première pierre vient d’être posée à Anthy-sur-Léman, […]

LIRE LA SUITE

Accidents de la route © Benjamin Nolt

La formation pour prévenir les accidents routiers

C'est sur la route qu'ont lieu une grande partie des accidents du travail les plus graves. Former les salariés pourrait prévenir ce risque. En France, en 2020, 27 122 200  personnes actives étaient concernées par le risque routier professionnel et 39 % des...

LIRE LA SUITE

Changement de « carrière » pour la famille Ceccon

Après la cession de son activité BTP, la famille Ceccon achève son retrait avec la vente d’une dizaine de sociétés et participations dans le domaine des granulats au groupe familial Basaltes. Depuis la vente de sa filiale BTP – cédée en juin dernier à CVL, la...

LIRE LA SUITE

Publicité

PUBLIEZ VOTRE ANNONCE LÉGALE EN LIGNE

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

ANNONCES LÉGALES WEB

Consultez les annonces légales publiées sur notre site habilitées par la Préfecture >>

VENTES AUX ENCHÈRES

Consultez nos ventes aux enchères immobilières >>

publicité

abonnement

TESTEZ LE PREMIUM

3.50€ pour 1 semaine
Paiement CB sécurisé
Déblocage immédiat
Tous les articles premium

publicité

ARTICLES LES + LUS

Pin It on Pinterest