L’édito de Myriam Denis : « L’effet papillon »

par | 12 Mar 2020

« Le malheur des uns fait le bonheur des autres. » Le proverbe semble un peu cynique, et pourtant, il apparaît ô combien d’actualité.

Myriam DenisAlors que le coronavirus se lit sur toutes les lèvres, se promène dans tous les esprits et semble loin d’avoir atteint son apogée, le pays s’organise (comme il peut). De nombreuses entreprises s’inquiètent, à l’instar de la population. Et il est difficile de mesurer, pour l’heure, l’impact du virus en termes humains et de business. Pour autant, on peut déjà imaginer qu’il laissera des stigmates dans son sillage. Si l’on se réfère au prisme économique, on commence à entrapercevoir les conséquences en cascade induites par cet ennemi invisible. Le ministre des Finances, Bruno Le Maire, craint d’ores et déjà un « impact sévère » sur l’économie française. Évènementiel, hôtellerie et restauration se trouvent en première ligne, frappés durement par cette crise sanitaire. Et ils ne sont pas les seuls. Le ministre craint également pour l’automobile et l’aérien. Ce dernier secteur étant également rudoyé par un autre mal, sournois, insidieux et auquel il peut difficilement échapper : une législation ubuesque. On aurait pu penser avoir atteint la quintessence de l’idiotie, avec les chaînes d’infos en continu, distillant en boucle pléthore de nouvelles angoissantes sur un fond sonore généralement paniquant. Mais non. Les contraintes législatives européennes auxquelles le transport aérien est assujetti sont tout simplement ahurissantes. Pourquoi ? Afin de pouvoir conserver les créneaux horaires qui leur sont attribués, les compagnies aériennes se voient obligées de poursuivre leur trafic… à vide, ou presque. Cela vous paraît fou ? C’est pourtant vrai… Avec l’installation du coronavirus dans le monde, les taux de remplissage des avions ont mécaniquement chuté. Cependant, si les compagnies ne veulent pas perdre leur précieux sésame, soit leurs créneaux horaires de décollage ou d’atterrissage attribués dans les aéroports, elles doivent maintenir au moins 80 % de leurs vols prévus. Si elles s’y refusent, au motif, par exemple, qu’elles n’ont juste personne à transporter, elles peuvent perdre leurs créneaux au profit de la concurrence, lors de la saison suivante. Qui débute fin mars. L’instance chargée de coordonner les créneaux horaires de 46 aéroports à travers le monde a été saisie, mais pour l’heure, aucune réponse aux demandes d’assouplissement de cette loi n’a été formulée. Donc les avions volent, quasiment vides. Un désastre écologique et économique, une aberration permise par une législation lourde et incapable de réactivité.

L’aérien est également rudoyé par un autre mal, sournois, insidieux et auquel il peut difficilement échapper : une législation ubuesque. »

Or, avec cette crise sanitaire majeure, la réactivité semble être de mise. C’est peut-être même, l’une des solutions qui pourrait permettre d’éviter à notre économie de sombrer.

Certains tirent leur épingle du jeu de cette période délicate. La grande distribution, par exemple, retrouve des couleurs, notamment via les achats de précaution, que de nombreuses personnes ont pu faire, et encore plus par les drives. D’autres entreprises innovent et en profitent pour proposer des produits particulièrement bien adaptés à cette crise, comme des purificateurs d’air, promesse d’une destruction immédiate et massive de microbes et bactéries.

La réactivité et la créativité dont nos entreprises ont déjà fait preuve dans le passé seront-elles à la hauteur de cette période trouble ?

Myriam Denis
Rédactrice en chef
m.denis@eco-ain.fr

La psychose du coronavirus vue par Faro

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

conférence économique Grand Bourg © Carole Muet

Grand Bourg : Densifier et renaturer le foncier

Élus, chefs d’entreprise et partenaires de l'agglomération de Bourg-en-Bresse viennent de se réunir pour faire le point sur la notion de sobriété foncière. Grand Bourg Agglomération gère 27 zones d’activités pour une superficie cumulée de 40 000 m2. Si le...

LIRE LA SUITE

Annecy : François Astorg fait sa rentrée

L'écologiste François Astorg qui a remporté la mairie d'Annecy en juin 2020 face au sortant Jean-Luc Rigaut fait un tour d’horizon des dossiers sur lesquels sa majorité a planché depuis le début du mandat. Morceaux choisis. La commune nouvelle : « Lancée en 2017,...

LIRE LA SUITE

Publicité

PUBLIEZ VOTRE ANNONCE LÉGALE EN LIGNE

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

NOS ANNONCES LÉGALES WEB

Consultez les annonces légales publiées sur notre site et habilitées par la Préfecture >>

VENTES AUX ENCHÈRES

Consultez nos enchères immo >>

publicité

abonnement

TESTEZ LE PREMIUM

3.50€ pour 1 semaine
Paiement CB sécurisé
Déblocage immédiat
Tous les articles premium

publicité

ARTICLES LES + LUS

Pin It on Pinterest