Élections fédérales : les Verts triomphent à Genève

Élections fédérales : les Verts  triomphent à Genève

Les élections fédérales ont eu lieu le 20 octobre dernier en Suisse afin de renouveler les sièges du parlement. Dans le canton de Genève, les écologistes l’ont emporté haut la main.

C’était une vague attendue, anticipée par de nombreux sondages. Dans un contexte de désamour des partis politiques traditionnels suite aux nombreuses procédures de corruption impliquant des élus, les Verts sont sortis vainqueurs des élections fédérales à Genève. Pour rappel, le parlement suisse, nommé Assemblée fédérale, est doté de deux chambres : le Conseil national et le Conseil des États, renouvelées tous les quatre ans par scrutin direct.

Le Conseil national est composé de 200 sièges pourvus dans chacun des 26 cantons suisses. À Genève, il s’agit d’un scrutin proportionnel et le nombre de sièges qui lui est attribué varie à chaque élection en fonction sa population. Cette année, il bénéficie de douze sièges, contre onze lors de la précédente mandature. Chose surprenante, les électeurs ont la possibilité de modifier les listes des partis en rayant ou ajoutant des noms ou même de composer eux-mêmes leurs listes sur un bulletin vierge.

Le Conseil des États est quant à lui composé de 46 sièges et l’élection, contrairement au Conseil national, se fait en deux tours si la majorité absolue n’est pas atteinte. Chaque canton y délègue deux conseillers aux États. Pour faire simple, le Conseil des États représente les cantons suisses alors que le Conseil national représente la population suisse. Le 20 octobre dernier, les Verts ont obtenu trois sièges au Conseil National, alors que le Parti libéral-radical (PLR, de droite) n’a remporté que deux sièges.

Premier parti du canton, il perd ainsi un siège au profit du parti Vert’libéraux, les électeurs lui faisant vraisemblablement payer l’affaire Pierre Maudet. L’Union démocratique du centre (UDC, parti d’extrême droite, comme son nom ne l’indique pas) a obtenu deux sièges, mais reste de loin le premier parti de suisse. Le Parti démocrate-chrétien (PDC) et Ensemble à Gauche ont obtenu un siège chacun alors que le MCG, parti populiste hostile aux frontaliers, perd son unique siège.

Faible participation

C’est donc un revers pour les partis traditionnels, en particulier la droite genevoise, qui perd sa majorité au Conseil national au profit de la gauche. Cette dernière obtient six des douze sièges auxquels le canton a droit. En ce qui concerne le Conseil des États, le ticket Lisa Mazzone (Les Verts) et Carlo Sommaruga (PS) est en tête du premier tour de l’élection. Ils devancent de loin le ticket PLR et PDC formé par Hugues Hiltpold et Béatrice Hirsch. Le second tour aura lieu le 10 novembre.

Le désamour de la politique traditionnelle qui caractérise cette élection se traduit également par un faible taux de participation : il est de 39,01 %, contre 43,59 % en 2017. Cette élection se distingue aussi par un électorat plus jeune, qui a soutenu les candidates féminines. Avec 84 élues au Conseil national, elles occupent désormais 42 % des sièges, soit 20 sièges de plus qu’en 2015.


Par Romain Fournier


Cet article est paru dans votre magazine ECO de l’Ain du 7 novembre 2019. Il vous est exceptionnellement proposé à titre gratuit. Pour retrouver l’intégralité de nos publications papiers et/ou numériques, vous pouvez vous abonner ici.

A propos de l'auteur

GROUPE ECOMEDIA

GROUPE ECOMEDIA, c'est le groupe de presse économique de Savoie Mont Blanc (74 et 73), de l'Ain (01), du Nord Isère (38) et de la région lémanique trans-frontalière avec Genève et les cantons romands.

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

ANNONCES LÉGALES : CONSULTEZ ET PUBLIEZ !

Devis immédiat 24h/24
Attestation parution par mail
Paiement CB sécurisé

PUBLICITÉ

ARTICLES LES PLUS LUS

PUBLICITÉ