France-Suisse : un nombre de travailleurs frontaliers quasi stable

par | 4 Mar 2021

Avec la pandémie, les travailleurs frontaliers ne sont guère plus nombreux dans le canton de Genève qu’en 2019 (+0,5 %). Il s’agit de la hausse la plus faible enregistrée depuis 1998.

Selon les dernières données publiées le 26 février par l’Office fédéral de la statistique (OFS), le nombre de travailleurs frontaliers étrangers est resté quasi stable dans le canton de Genève à fin décembre 2020. Ils sont exactement 92 511 à passer la frontière suisse, soit 415 actifs de plus par rapport à un an plus tôt et une augmentation annuelle de 0,5 %.

Si c’est la hausse la plus faible observée depuis 1998, elle s’inscrit toutefois dans le contexte de pandémie que l’on connaît, qui a entraîné une baisse du PIB et de l’emploi en 2020. Dans le détail, et sans compter les effets saisonniers, leur nombre a diminué sur les deux premiers trimestres pour augmenter en seconde partie d’année.

Ces travailleurs frontaliers, en miroir, proviennent principalement des zones frontalières côté français : 75 % résident en Haute-Savoie, 19 % dans l’Ain et 6 % ailleurs (France, Allemagne, Italie). Soit, au total, 99,3 % de Français. L’herbe serait-elle plus verte en Suisse ? En tout cas, le chômage y est plus faible (5,4 % à fin décembre), l’emploi en croissance (+0,3 % mais +3,1 % en 2019) et les salaires plus élevés.

Confinement oblige, ce sont les secteurs les plus concernés par les mesures de restriction qui ont enregistré les plus fortes baisses. Sans surprise, arrivent en tête l’hébergement et la restauration (-633 personnes), suivis des commerces de gros et de détail (-248), des transports et de l’entreposage (-199). À l’inverse, certains secteurs ont connu une période de croissance, comme la construction, avec 555 personnes supplémentaires, ainsi que la santé, +508 personnes.

Au fil des dix dernières années, le poids des travailleurs frontaliers dans le canton de Genève a augmenté de 52 %. Celui-ci a capté à lui seul 31 493 personnes supplémentaires. Toutefois, et toujours d’après l’OFS, cette hausse est moins soutenue depuis cinq ans.

Plus de permis en 2020

Travailler en Suisse séduit toujours autant. Ainsi le nombre de permis frontaliers délivrés a grimpé. Ce sont 16 884 nouveaux permis G qui ont été enregistrés dans le canton de Genève en 2020… soit le deuxième effectif le plus élevé après celui de 2018 (17 775 nouveaux permis cette année-là). Parmi les nouveaux titulaires, il convient de préciser que 1 139 sont d’anciens résidents étrangers du canton.

C’est beaucoup plus que les années précédentes, puisqu’ils étaient en moyenne 870 par an entre 2015 et 2020. Ces personnes ont quitté Genève pour s’établir à l’étranger, essentiellement en France voisine. La raison invoquée par l’Office fédéral de la statistique est le regain des régularisations constaté à la suite de la fermeture partielle des frontières en mars 2020.


Par Patricia Rey


À lire également :

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Carisinfo et Lokalero font cause commune

En rachetant Lokalero et ses solutions connectées de collecte de dons, l’éditeur haut-savoyard Carisinfo complète la panoplie de ses offres et élargit son potentiel de clients. Sophie Boutrelle Avec GiveXpert, une...

Lire la suite

La Brasserie Malt Emoi se fait mousser

Nouveau lieu de production, nouveau lieu de vente directe et changement dans le pilotage, 2021 est une année de brassage, pour l’entreprise. C’est le moins que l’on puisse dire, cette année, « ça brasse » au sein de...

Lire la suite

Publicité

Pin It on Pinterest