Guy Métral en appelle à la solidarité publique pour sauver les entreprises

par | 24 Avr 2020

Devant l’ampleur de la crise qui frappe le monde économique, le président de la chambre de commerce et d’industrie de Haute-Savoie appelle toutes les collectivités au secours.

«Asseyez-vous sur la loi NOTRe ! » Avec son franc-parler coutumier, Guy Métral n’y va pas de main morte pour demander au Département de Haute-Savoie – dans une lettre à son président Christian Monteil – de soutenir l’économie. Depuis le vote de cette loi « pour une nouvelle organisation territoriale de la République », adoptée en 2015, les conseils départementaux ne le peuvent plus. Cette compétence de l’action économique est dévolue aux Régions*.

Pour le président de la CCI 74, la crise du Covid-19 justifierait de s’affranchir de la loi. « Dans les entreprises, on a coutume de mettre de côté une réserve pour les jours difficiles. Nous avons beaucoup donné aux collectivités, à elles aujourd’hui de casser leur tirelire pour sauver l’économie », plaide-t-il.

« L’année 2020 est sacrifiée, 2021 va être terrible. »

Dire que les entreprises du département sont mises à mal, c’est un euphémisme si l’on en croit Guy Métral : « Notre enquête [ndlr : en date du 21 avril] auprès de plus de 400 entreprises montre qu’un tiers d’entre elles accusent une baisse de chiffre d’affaires de plus de 70 % depuis le début de l’année. La moitié des effectifs sont au chômage technique dans le privé, un quart sont en télétravail. » Très pessimiste, le président estime que « l’industrie est quasiment à l’arrêt », et il se montre inquiet sur la reprise : « L’année 2020 est sacrifiée, 2021 va être terrible. »

L’exemple des Alpes-Maritimes

Dans ce contexte, il considère que le monde économique a besoin du soutien public le plus large possible. Nous ne sommes pas encore parvenus à contacter Christian Monteil, mais il pourrait être sensible à l’urgence de la situation, lui qui a appliqué la loi NOTRe à regret et en le faisant savoir. Il n’a d’ailleurs pas attendu Guy Métral pour agir en soutien des acteurs économiques, comme nous le relations le 16 avril (les huit décisions à retenir de la première e-session du département de la Haute-Savoie.) Et puis, d’autres départements montrent déjà l’exemple. « Les Alpes-Maritime ont dégagé cent millions d’euros pour les entreprises », glisse Guy Métral.

Pour lui, faire appel au Département ne revient pas à renier l’action régionale. « Au contraire, la Région a été exemplaire, apprécie Guy Métral, avec une approche réellement entrepreneuriale : réflexion, action. »

Christian Monteil n’est pas le seul homme politique interpellé. Le président de la CCI saisit également les parlementaires : « La loi est faite pour être discutée et adaptée. Dans les circonstances exceptionnelles que nous traversons, il faut mettre au moins entre parenthèses l’application de la loi NOTRe. »

Annuler taxes et charges

Il a écrit à l’ensemble des maires et présidents de structures intercommunales, pour les remercier des actions déjà entreprises, mais, surtout, pour leur demander d’aller plus loin, dans des efforts coordonnés. Il préconise essentiellement l’annulation – et « pas le report », insiste-t-il – de « tout ou partie des charges, taxes nationales et locales ». Dans le viseur, il y a notamment la taxe de séjour, les taxes sur les terrasses, etc. Il souhaite également des campagnes de communication touristique pour relancer l’été – en particulier au profit des commerces –, ainsi que des accompagnements ciblés pour les entreprises les plus fragiles, c’est-à-dire les TPE et PME.

La supplique adressée aux collectivités est aussi un appel à la coordination des actions : « Nous devons travailler ensemble sur un projet d’accompagnement de la reprise et prioriser les efforts. » C’est aussi, pour le président de la chambre de commerce et d’industrie, un moyen de replacer son institution au centre du jeu. « L’État, qui venait de couper dans nos budgets une nouvelle fois, nous a appelés à l’aide, et nous sommes au rendez-vous », rappelle-t-il. « Pour la production de masques, de gel, pour l’aide aux entreprises, nous avons fait la preuve que notre réseau est un outil incomparable. »


Philippe Claret

* L’État surveille de près l’application de la loi NOTRe. En début d’année, un rapport de la Cour des comptes accusait par exemple le conseil Savoie-Mont-Blanc de la contourner en attribuant des subventions économiques sous couvert « d’aménagement du territoire ».

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Le tunnel sous le Semnoz aux oubliettes ?

Frédérique Lardet, la présidente de Grand Annecy, a cosigné avec François Astorg, Bruno Lyonnaz, Michel Béal et Marc Rollin, les maires d’Annecy, Sevrier, Saint-Jorioz et Duingt, une lettre adressée à Christian...

Lire la suite

Publicité

Pin It on Pinterest