Infographies : revenus et niveaux de vie en Savoie Mont Blanc et en région AURA

par | 27 Avr 2021

La Haute-Savoie, la Savoie et l’Ain font partie des départements qui se sont le plus enrichis depuis 1984 avec principalement l’essor du travail frontalier. La Haute-Savoie est par ailleurs le 4e département le plus riche de France où le revenu moyen a le plus progressé en 2018.

Surendettement : une forte baisse

Depuis sept ans, les cas de surendettement diminuent de près de 10% chaque année en France. En 2020, ils enregistrent une forte baisse laissant planer une inquiétude. Y aura-t-il un rattrapage en 2021 ? En 2020, avec 947 dossiers de surendettement déposés, la Haute-Savoie passe pour la première fois sous la barre des 1000. Si la tendance est à la baisse depuis plusieurs années en France, 2020 bat des records avec une chute de 24% du nombre de dossiers en Haute-Savoie et de 28% en Savoie.

Le premier confinement du printemps a fortement réduit les dépenses de consommation et les établissements de crédit ont fait preuve de souplesse. Les mesures prises par l’État comme le chômage partiel ont aussi contribué à réduire les difficultés que les ménages auraient pu rencontrer durant cette période et globalement, leur situation financière s’est améliorée en 2020. La Haute-Savoie a la particularité d’avoir le plus faible taux de France avec 141 dossiers de surendettement pour 100 000 habitants, notamment en raison du quasi plein emploi et de ses hauts revenus.

742 Savoyards et Haut- Savoyards étaient redevables à l’impôt sur la fortune immobilière (IFI) en 2019, soit 40 de plus qu’en 2018. Ce sont principalement des Annéciens (476), suivis des Chambériens (110), des Thononais (88) et des Aixois (68). C’est à Thonon-les-Bains que l’impôt moyen est le plus élevé (8487 euros), le plus bas étant observé à Aixles- Bains (7006 euros).

Source : DGFIP-communes de plus de 20 000 habitants ayant plus de 20 redevables à l’IFI

« Le surendettement est souvent lié à un accident de la vie, contrairement aux autres départements où un cas sur deux provient de ressources insuffisantes pour faire face aux charges courantes, précise Patrice Cartelier, adjoint au directeur départemental de la Banque de France 74. Nous avons des cas de perte d’emploi de travailleurs frontaliers qui percevaient des revenus élevés et se retrouvent dans l’incapacité de payer leurs emprunts. »

Depuis sept ans, les cas de surendettement diminuent de près de 10 % chaque année en France. En 2020, ils enregistrent une forte baisse laissant planer une inquiétude : y aura-t-il un rattrapage en 2021 ?

En Savoie, 528 nouveaux dossiers ont été examinés par la commission de surendettement (736 en 2019). 25% des personnes surendettées en Savoie sont au chômage et plus de 50% vivent en-dessous du seuil de pauvreté. « Le poids du prêt immobilier est plus important en Pays de Savoie qu’ailleurs, remarque Lise Gandrille-Talarico, directrice de la Banque de France 73. On retrouve des dettes immobilières dans 36% des dossiers en Savoie (34% en France) alors que les dettes de consommation ne représentent que 34% (37 % au niveau national). »

Elle s’attendait à un effet de rattrapage en 2021 qui ne semble pas se profiler pour le moment. Sur les deux premiers mois, la baisse s’est même poursuivie. Depuis décembre 2000, il est possible de déposer son dossier de surendettement en ligne (uniquement pour un seul déposant). Les personnes surendettées peuvent se faire accompagner par les Points Conseils budget qui, en Savoie, sont gérés par l’Union départementale des associations familiales (UDAF) à Chambéry et Albertville.


Par Sylvie Piaget


Cet article est issu de notre Hors-série « Savoie Mont Blanc en chiffres 2021 », à retrouver ici en ligne ou ici en papier.

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Les terrasses sans enthousiasme

Pour les professionnels de la restauration, l’échéance du 19 mai pose davantage de questions qu’elle n’apporte de solutions. Le calendrier de déconfinement présenté par Emmanuel Macron le 28 avril n’est pas le...

Lire la suite

Publicité

Pin It on Pinterest