Livre : Si Bourg-en-Bresse m’était contée

par | 30 Avr 2020

Il aura fallu cinq ans de travail, vingt-cinq auteurs, 823 pages et plus d’un millier de photos… Mais « Bourg-en-Bresse, une épopée humaine et urbaine » aborde tout ce qui touche ou a touché la ville. Passionnant et élégant.

« Bourg-en-Bresse, une épopée humaine et urbaine » a représenté lors de sa sortie voilà tout juste un an, un véritable événement. A l’époque, le choix avait été fait de tirer l’ouvrage à 1500 exemplaires. « Tout est parti en quelques semaines », souligne aujourd’hui l’éditeur, Alain Gilbert. Du coup, le livre vient d’être réédité, cette fois-ci en 1000 exemplaires. Avec un changement notable puisqu’il se décline désormais en deux volumes. Et il a pris un peu plus d’épaisseur, passant de 754 à 823 pages. Un changement justifié principalement par le poids de la première édition, pas négligeable : il dépassait en effet les 2,8 kilos, ce qui n’en facilitait pas la lecture…

Le projet remonte en fait à voilà plus de cinq ans, lorsque Paul Cattin (l’ancien directeur des Archives départementales) et Jean-Marc Gerlier (un enfant des Vennes devenu directeur départemental du Travail et aujourd’hui adjoint au maire) l’ont lancé avec la complicité d’Alain Gilbert. Le but des trois hommes était de produire un ouvrage de référence, « qui restaure totalement l’histoire de Bourg-en-Bresse, au sens qu’on ne répète pas ce qu’on voit dans les différents ouvrages déjà disponibles », résume Alain Gilbert.

Au commencement, un territoire inhospitalier

Pari totalement réussi, grâce au travail des vingt-cinq auteurs qui ont participé à sa rédaction, historiens, journalistes, chercheurs, enseignants, juristes. C’est peu de dire que le livre est passionnant. Il renouvelle totalement l’image qu’on peut avoir de cette ville qui n’aurait jamais dû exister dans la mesure où elle s’est créée sur un territoire terriblement inhospitalier et ingrat. D’ailleurs, ses premiers habitants s’y sont fixés très tardivement, à l’âge du bronze comme en témoigne le site de Saint-Just, mis au jour en 2010 lors des travaux du contournement nord-est. Auparavant, les Néandertaliens et les premiers Homo sapiens s’étaient bien établis dans la partie montagne du département, mais en évitant soigneusement les marécages de la Bresse et de la Dombes.

Multipliant les analyses et les anecdotes, riche d’une iconographie exceptionnelle, le livre recouvre tout ce qui touche ou a touché à la ville et à ses habitants : la littérature et la religion, la démographie et une histoire passionnante dont témoigne Brou « monument préféré des Français », le social et la santé, le sport tout autant que la démographie ou l’économie, un domaine largement abordé au fil de ces pages.


 « Bourg-en-Bresse, une épopée humaine et urbaine ». Editions Cleyriane. 39 €


L’épopée des entreprises

De nombreux chapitres sont consacrés à l’histoire économique de la ville. Ainsi en est-il de l’arrivée de l’électricité dans les rues de Bourg-en-Bresse en 1893. L’épopée de la métallurgie au début du XXe siècle, autour des figures de Joseph Chapolard, fondateur de Radior, d’Ernest Chaudouet, l’un des fondateurs de la tréfilerie-câblerie, ou de Jean Morgon a droit elle aussi à un chapitre, tout comme l’apparition d’une classe ouvrière ou encore, les entreprises familiales à l’épreuve de la mondialisation (Le Tanneur, Maillard et Duclos), Berliet, Alimentec, Mecabourg.

Berliet Bourg cadres devant dumper 1966

Moins d’un an après la pose de la première pierre, l’usine Berliet est inaugurée le 24 septembre 1964. A l’origine, elle voit sortir de ses ateliers le Dumper 125, des véhicules sahariens et des camions de chantier, des tracteurs routiers…

manifesto radior rosso

D’abord revendeur de machines à coudre Singer, Joseph Chapolard se lance dans la fabrication de bicyclettes à partir de 1911, puis de motos extrêmement puissantes, les « Radiolettes ».

Câblerie Bourg-en-Bresse

La formidable épopée industrielle de la Tréfilerie-câblerie de Bourg-en-Bresse débute en 1906. D’une vingtaine de salariés au départ, l’effectif grimpera jusqu’à 1027 employés en 1945.


Patrice Gagnant

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Votre magazine ECO Savoie Mont Blanc du 30 juillet 2021

100% en ligne, feuilletez directement votre magazine ECO Savoie Mont Blanc n°30 du 30 juillet 2021 sur ordinateur, tablette ou smartphone. Réservé aux abonnés. Édition Savoie (73) : Édition Haute-Savoie (74) : Le saviez-vous ?Vous pouvez afficher la publication en...

LIRE LA SUITE

(Im)passe sanitaire ?

L’extension progressive du passe sanitaire, depuis le 21 juillet, inquiète les professionnels concernés, qui craignent une désertion de leur clientèle. Moins 70 % pour les cinémas, moins 50 % pour les parcs d’attraction, moins 40 % pour les théâtres… Une...

LIRE LA SUITE

Musée de la Résistance Nantua

Visite au cœur du Musée de la Résistance

Cette été, le site mémoriel s'ouvre aux familles et aux plus jeunes, avec un espace dédié, en plus de ses expositions temporaires et de ses collections habituelles. Depuis le 5 juillet, le Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Ain (MRDA) dédie un espace...

LIRE LA SUITE

Pompiers secours canyon

On n’escalade pas la montagne en tongs

Au début de l’été, l’équipe spécialisée de secours en milieu périlleux et montagne de l’Ain a réalisé une démonstration de sauvetage en canyon, à Cerveyrieu. Au sein du service départemental d’incendie et de secours (Sdis) de l’Ain, une unité est spécialisée pour...

LIRE LA SUITE

Publicité

Pin It on Pinterest