Base Camp Lodge : Thierry Schoenauer parie sur l’hôtellerie lifestyle

par | 07 décembre 2023

À la tête de trois établissements en Savoie et en Isère, le groupe hôtelier savoyard Base Camp Lodge poursuit son expansion en rachetant Le Roma, à Albertville, et annonce l’ouverture d’un hôtel à La Féclaz.

Depuis qu’il a cédé ses hôtels de luxe de Val Thorens au groupe Les Étincelles, en 2022, Thierry Schoenauer n’a cessé d’investir. Dernièrement encore, avec le rachat de l’hôtel Le Roma, à Albertville. Le cofondateur et président du conseil de surveillance du groupe Base Camp Lodge qualifie l’emplacement de « stratégique », de par sa situation le long de la RN 90, aux portes de la Tarentaise, de la Maurienne et du Beaufortain.

Métamorphose totale

« En janvier 2023, nous nous sommes rapprochés du propriétaire, Denis Dumont, un homme d’affaires français [groupe Fondamental, et aussi fondateur de Prosol-Grand Frais, NDLR], et avons signé le 29 septembre », raconte le dirigeant, par ailleurs président du comité de ski de Savoie.

Implanté sur 7 000 m2, le bâtiment, qui date des années 1980, va être entièrement transformé en Base Camp Lodge, reprenant les codes du premier opus créé à Bourg-Saint-Maurice. Le concept : une hôtellerie 3-4 étoiles qui mêle hébergement (de la capsule une personne à la suite familiale, en passant par des dortoirs), restauration et lieux de vie. Quatre-vingt-dix chambres sont en cours d’aménagement, au lieu de 130 précédemment. Le restaurant sera, lui, agrandi pour accueillir 190 couverts, et la piscine démolie et reconstruite à l’autre extrémité de l’hôtel (à la place de l’ancienne pizzeria), où un espace bien-être avec salle de fitness verra le jour. Enfin, la façade, côté voie rapide, sera réhabilitée et habillée de métal.

La future façade de l’ancien hôtel Le Roma sera habillée de métal – perspective Studio Arch

14 millions d’euros d’investissement

Pour dynamiser l’offre à destination de toutes les clientèles, notamment les entreprises, le groupe a également prévu de créer deux grandes salles de séminaire et huit salles de réunion. Et l’ancienne salle de spectacle, longtemps laissée à l’abandon, deviendra un lieu dédié aux événements de type mariages, anniversaires…

L’ancien restaurant sera agrandi (190 couverts) et surmonté d’un rooftop. Perspective Studio Arch

« Nous souhaitons créer un camp de base où les habitants alentour, et bien sûr les touristes, pourront se retrouver pour boire un verre, se restaurer, passer du bon temps », souligne Thierry Schoenauer, qui prévoit une réouverture en septembre 2024. Le montant total de l’investissement, qui intègre d’importants travaux de rénovation, s’élève à 14 millions d’euros.

D’autres ouvertures se préparent, notamment dans les Bauges, où l’investisseur a fait l’acquisition d’un hôtel à La Féclaz. « Nous l’avons repris il y a quelque temps déjà, et venons de déposer le permis de construire pour le rénover et l’agrandir, en vue d’une ouverture en 2026 », explique-t-il, ajoutant que le lieu, au cœur d’une montagne quatre-saisons, offre un beau potentiel. À l’instar de tous ses établissements, dorénavant au nombre de cinq (trois déjà exploités), si l’on compte le restaurant d’altitude L’Arpette, à Arc 1800, qui vient compléter le Base Camp Lodge de Bourg-Saint-Maurice.

A Bourg-Saint-Maurice, le Base Camp Lodge est situé dans le quartier des Alpins – crédit Manu Reyboz

D’autres projets à venir

Implanté en Savoie et en Isère (Les Deux-Alpes), le groupe, né en 2019, entend rester dans les Alpes. « Nous n’envisageons pas de nous étendre au-delà, afin de rester proche de nos bases, dans la mesure où nous exploitons ces actifs à l’année », confirme Thierry Schoenauer, pragmatique.

L’Arpette, restaurant d’altitude très connu aux Arcs, est un des établissements du groupe Base Camp Lodge – DR

Le groupe Base Camp Lodge est détenu à 75 % par Tempobac Restoleil (Michel Porcel) et Chalet des Neiges Participations (Thierry Schoenauer), auxquels s’ajoutent les deux skieurs Jean-Frédéric Chappuis et Victor Muffat-Jeandet (9 % à eux deux) et une vingtaine de petits actionnaires privés (16 %). Il a procédé récemment à une augmentation de capital pour financer l’acquisition du Roma. En 2023, la société, basée à Tours-en-Savoie, enregistre un chiffre d’affaires de 9 millions d’euros, avec 85 salariés, et prévoit d’atteindre 14 M€ d’ici trois ans. Fort de son succès, il n’exclut pas d’autres rachats.


Patricia Rey
Photo Une : Thierry Schoenauer, cofondateur de Base Camp Lodge devant l’hôtel Le Roma à Albertville. Crédit P.Rey


A lire également :

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Découvrez également :

Alpina Savoie : 180 ans de grain à moudre

Depuis bientôt deux siècles, le meunier pastier Alpina Savoie alimente les rayons des magasins avec ses crozets, son couscous et ses pâtes au blé dur, ingrédient majeur de ses produits. Cette année, l’entreprise née Chiron célèbre ses 180 ans. Alpina Savoie est née...

LIRE LA SUITE

La Livettaz : Bassens prépare sa mue

Le rachat, par la municipalité de Bassens (73), du site de la Livettaz appartenant à l'hôpital spécialisé, initie un projet de refonte urbaine d'envergure, dont l'étude liminaire était présentée aux habitants, le 14 février. « Le point de départ, c’est la décision...

LIRE LA SUITE

Publicité