Avez-vous, comme huit Français sur dix, pris vos bonnes résolutions pour 2020 ? Apparemment, nos concitoyens se sentent pétris de bonnes intentions lorsque l’aube d’un nouveau jour paraît avec une année qui débute.

Myriam Denis Forts d’une volonté toute neuve, ils et elles font leur liste de souhaits avec détermination. Que trouve-t-on dans le top 5 des bonnes résolutions préférées des Français ? Perdre du poids et se mettre au sport, positiver, avoir une alimentation plus saine et réduire son stress. Que de louables intentions ! Cependant, si l’on accepte comme vrai l’adage “charité bien ordonnée commence par soi-même”, on pourrait pourtant imaginer que les bonnes résolutions puissent être davantage tournées vers autrui. Penser à soi est effectivement primordial… À l’heure actuelle, on pourrait même s’autoriser à penser que l’égocentrisme est érigé en valeur qui préside à nombre de décisions. Néanmoins, parmi les bonnes résolutions, ne pourrait-on pas tenter de sortir de sa zone de confort pour envisager d’autres horizons ? Après tout, la période des vœux coïncide avec celle où les plus démunis se retrouvent aux prises avec le froid hivernal…

À ce sujet, la préfecture de l’Ain a rouvert, mi-novembre, le centre d’hébergement hivernal, à Bourg. Ce dispositif de mise à l’abri des personnes les plus vulnérables, nous rappelle combien nous avons de la chance de loger au chaud, tandis que la misère est juste au coin de la rue. Ainsi, la direction départementale de la cohésion sociale, a mandaté l’association Tremplin pour gérer cet établissement, une ancienne friche remise en état grâce à la volonté et à la réactivité de l’association, de bénévoles, d’un architecte et d’entreprises locales. Ce n’est pas le grand luxe, ce n’est pas le “grand soir”, mais les 200 m2 répartis sur deux niveaux peuvent accueillir environ 80 personnes, isolées ou des familles, pour une mise à l’abri bienvenue. Ce seront 80 personnes, hommes, femmes et enfants, qui ne dormiront pas dehors et dans le froid. Évidemment, un tel équipement n’eut été possible sans l’implication des pouvoirs publics et des acteurs locaux – associatifs comme professionnels – et leur détermination à trouver une solution, certes temporaire, mais efficace, à la précarité de personnes fragilisées.

« PARMI LES BONNES RÉSOLUTIONS DE CETTE ANNÉE NOUVELLE, NE POURRAIT-ON PAS TENTER DE SORTIR DE SA ZONE DE CONFORT POUR ENVISAGER D’AUTRES HORIZONS ? »

Aujourd’hui, l’association Tremplin exprime elle aussi des besoins, pour aider au mieux ces personnes, notamment en termes de produits d’hygiène pour les adultes comme pour les enfants. Vous savez, ça paraît presque anodin, et dans nos modes de vie, nous n’y pensons pas vraiment : se brosser les dents ou les cheveux, prendre sa douche, tous ces petits gestes quotidiens font partie de notre vie d’une manière tellement naturelle, que l’on n’y prête même pas attention ! Cependant, lorsque vous n’avez ni brosse à dent, ni gel douche, la donne n’est plus la même. Personnellement, je n’oublierai jamais la toute petite fille qui devait avoir l’âge de la mienne, serrant contre elle son Tahiti douche rose, au centre, avec un merci dans les yeux. Ça n’a pas de prix ! Alors, pourquoi, cette année, ne pas tenir au moins une bonne résolution ?

Myriam Denis
Rédactrice en chef
m.denis@eco-ain.fr

Emmanuel Macorn ira-t-il à Davos, s'interroge Faro