Explora Project : le tourisme durable en pleine ascension

par | 10 Juil 2020

La start-up annécienne, spécialiste des voyages d’expédition “à impact positif”, lève des fonds pour accélérer sur le volet durable.

Créée par Stanislas Gruau à Annecy, Explora Project voit loin. Depuis sa naissance en juin 2018, et la commercialisation des voyages un an plus tard, l’agence a déjà organisé une centaine d’expéditions dans douze pays, emmenant quelque 700 participants (des urbains entre 25 et 60 ans). Son “trip” ? Les voyages d’aventure éphémères à impact carbone limité, zéro trace, zéro déchet… « en reconnexion avec la nature et loin des sentiers battus », ajoute Stanislas Gruau, trentenaire transfuge de la finance (il était trader dans les matières premières agricoles) et ultra-sportif.

Dans une logique environnementale, les activités – pas moins de vingt, comme la rando, le vélo, le ski, la voile… – sont non motorisées, et les destinations, en France (notamment dans les Alpes) et en Europe, sont accessibles à 90 % en train. Pour ce faire, Explora Project a développé une plateforme technologique qui sert à la fois d’agence de voyages, de tour-opérateur et de réceptif local. « Nous voulons éviter les intermédiaires et travailler en direct avec les prestataires locaux », explique le dirigeant. À savoir un réseau de 80 guides dans 18 disciplines différentes.

« La révolution d’un tourisme durable est en marche »

Stanislas Gruau, directeur fondateur Explora Project
À une période où la crise sanitaire a provoqué une vraie “crise” de conscience quant à notre façon de consommer, voyager durable prend tout son sens.

La Covid-19, accélératrice de conscience

Et ça marche. À une période où la crise sanitaire a provoqué une vraie “crise” de conscience quant à notre façon de consommer, voyager durable prend tout son sens. Et ce n’est pas Stanislas Gruau qui dira le contraire. Depuis la fin du confinement, son activité enregistre des pics : « Ces quinze derniers jours, nous avons doublé nos ventes par rapport à janvier-février, période traditionnellement très porteuse. » Au point qu’il prévoit de multiplier par deux, voire par trois, le nombre de voyages chaque année sur cinq ans. Son chiffre d’affaires, d’environ 500 000 euros à 1 million en 2020, devrait lui aussi doubler l’année prochaine.

Et sa plateforme, qui a gagné 10 000 membres depuis le 16 mars (date du confinement), contre 1 800 un jour plus tôt, devrait atteindre les 120 000 fin 2020. S’y ajoute une communauté de 60 000 followers passionnés. Preuve, dit-il, que « la révolution d’un tourisme durable est en marche ». Pour accélérer sur le volet durable et à l’international, la start-up vient de finaliser une levée de fonds en amorçage de 1,7 million d’euros. « Grâce à cette opération, nous pourrons poursuivre l’automatisation de certaines opérations, comme les réservations et les commandes », explique Stanislas Gruau, qui s’est entre-temps associé à Alix Gauthier, cofondatrice de Copines de Voyage.

Devenir encore plus durable

Et le dirigeant, fort de ses convictions, affiche ses ambitions : construire un « tourisme positif ». « Nous avons un rôle de leader d’opinion. Et, en cela, nous devons communiquer de manière ouverte et pédagogique pour trouver ensemble des solutions. » Par ailleurs, Explora Project a recruté récemment un impact manager pour mesurer l’impact carbone, sociétal et sur la biodiversité de ses expéditions, et tendre vers une sobriété dans l’usage… Les résultats seront visibles sur le site de l’entreprise dans les semaines à venir. La start-up ne manque pas de projets et travaille au lancement de son propre réseau Explora Care, un véhicule militant pour développer, d’abord en interne, des actions de terrain précises et concrètes.


Par Patricia Rey

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Ouverture des stations : les clés du débat

« Il me semble impossible d’envisager une ouverture des stations pour les fêtes de fin d’année ». la phrase d’Emmanuel Macron n’en finit pas de faire couler de l’encre et d’agiter les réseaux. C’est dans ce contexte...

Lire la suite

Au Pipa, Patagonia et Pampa se côtoient

En attendant un tassement de la crise sanitaire, le Parc Industriel de la Plaine de l’Ain (Pipa) poursuit sa mission. Véritable poumon économique, il a inauguré “Patagonia”, un bâtiment locatif d’environ 1000 m2 de...

Lire la suite

Publicité

Pin It on Pinterest