Dans son édito, Myriam Denis revient sur la crise des vocations chez les élus locaux, nombreux à renoncer à briguer un nouveau mandat aux prochaines municipales.

Myriam DenisLes __ municipales __ généralement __ où __ électeurs __ déplacent le __ jusqu’aux __. Cet __ de __ ne __ pas __ convaincre __ maires __ en __ de __ présenter __ leurs __. Dans __ de __ mois, __ municipales __ lieu. Et __ l’instant, __ moins __ l’on __ dire, __ qu’elles __ remportent __ beaucoup __ suffrages… __ d’un __ en __ déclare __ – ou __ – ne __ représentera __. Les __ invoquées __ souvent __ mêmes, __ ne __ pas __ en __ ici __ litanie : __ responsabilité, __ __ décrets __ perpétuelle __, manque __ reconnaissance, __ __ respect __ la __, de __ part __ concitoyens __ même, __ l’État…

Les __ sont-ils __ toujours __ pour __ leur __ sereinement ? Peuvent-ils tenir __ promesses __, __ les __ se __ peau __ chagrin ? __, la __ ne __ plus __ faire __. Dans __, nous __ difficilement __ barre __ 14 % __ femmes __, 16 % __ la __ nationale. __ nature __ horreur __ vide : __ profiteront __ d’une __ désertion __ pour __ de __ un __ plus __ la __ publique. __ très __, j’en __. Pourtant, __ serait __ pays __ cet __ de __, irremplaçable, __ par __ édiles __ tous __, motivés __ le __ commun __ par __ de __ communes ?

« UN MAIRE SUR DEUX ANNONCE NE PAS SE PRÉSENTER AUX PROCHAINES MUNICIPALES. MAIS QUE SERAIT NOTRE PAYS SANS CET ÉCHELON DE PROXIMITÉ, IRREMPLAÇABLE, INCARNÉ PAR CES ÉDILES ? »

Les élections municipales sont généralement celles où les électeurs se déplacent le plus jusqu’aux urnes. Cet état de fait ne suffit pas à convaincre les maires actuellement en poste de se présenter devant leurs concitoyens. Dans moins de six mois, les municipales auront lieu. Et pour l’instant, le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elles ne remportent pas beaucoup de suffrages… Près d’un maire en place sur deux déclare qu’il – ou elle – ne se représentera pas. Les raisons invoquées sont souvent les mêmes, je ne vais pas vous en faire ici la litanie : énorme responsabilité, lois et décrets en perpétuelle mouvance, manque de reconnaissance, voire de respect pour la fonction, de la part des concitoyens et même, de l’État…

Les maires sont-ils (ou elles) toujours libres pour exercer leur mandat sereinement ? Peuvent-ils (ou elles, bis) (tenter de) tenir leurs promesses, quand les recettes se font peau de chagrin ? Bref, la fonction ne semble plus tellement faire rêver. Dans l’Ain, nous atteignons difficilement la barre des 14 % de femmes édiles, 16 % pour la moyenne nationale. La nature a horreur du vide : peut-être profiteront-elles d’une certaine désertion masculine pour tenter de s’imposer un peu plus sur la scène publique. Mais très franchement, j’en doute. Pourtant, que serait notre pays sans cet échelon de proximité, irremplaçable, incarné par ces édiles de tous bords, motivés par le bien commun et l’attractivité de leur commune ?

Myriam Denis
Rédactrice en chef
m.denis@eco-ain.fr

La privatisation de la Française des jeux vue par Faro