Pleins feux vers l’économie circulaire

par | 14 Juin 2018

La Région lance un plan de 35 millions d’euros sur trois ans qui sera détaillé lors de la plénière de juin, pour une application au second semestre.

Économie et développement durable doivent faire bon ménage ! Dans ce contexte-là, désormais encadré par la loi, la région Auvergne-Rhône-Alpes a décidé de s’engager concrètement dans l’économie circulaire. C’est ce qu’elle a annoncé, le 4 juin dernier, par la voix d’Éric Fournier, vice-président délégué à l’environnement, au développement durable, à l’énergie et aux parcs naturels régionaux, à l’occasion des premières Rencontres régionales de l’économie circulaire organisées à l’hôtel de région le 4 juin dernier : « La question aujourd’hui est de marier croissance et écologie. Nous devons nous interroger sur la manière d’investir l’avenir en combinant les problématiques de production et de consommation finale. » Et celui-ci d’ajouter : « Face aux crises économiques et climatiques, il est indispensable de changer d’échelle et d’en finir avec une opposition stérile entre développement économique et protection de l’environnement. Au contraire, il faut faire des contraintes de nouvelles opportunités. »

« L’économie circulaire n’est plus un dogme mais une réalité »

Ces premières Rencontres de l’économie circulaire ont été organisées avec le soutien du Centre international de ressources et d’innovation pour le développement durable (Ciridd), dont le siège est à Saint-Étienne, et du réseau Eclaira, directement piloté par le Ciridd, qui regroupe des acteurs privés et publics autour des questions liées cette problématique. Son directeur, Denis Cocconcelli, est revenu quant à lui sur l’importance « d’œuvrer de façon collective. C’est la seule solution pour répondre aux enjeux environnementaux de demain. Il faut être conscient que l’économie circulaire n’est plus un dogme mais une réalité. Et qu’elle devient un levier de croissance pour l’activité, l’emploi et le social ». Pour preuve que le message commence à passer auprès des acteurs de l’économie régionale, ils sont aujourd’hui près de 700 à être adhérents d’Eclaira.

Un plan financier et pédagogique

Concrètement, Éric Fournier a annoncé la mise en place d’un plan de financement de 35 millions d’euros sur trois ans en faveur de l’économie circulaire. Ce dispositif devrait être détaillé et voté lors de la séance plénière de juin pour une mise en application au second semestre de cette année. L’objectif serait, dans les grandes lignes, de sensibiliser les collectivités locales par le biais d’appels à projets et par un volet dit plus pédagogique sur les enjeux liés à cette question.

Dans cette perspective, le traitement des déchets, dont la compétence revient aujourd’hui à la Région, fera l’objet de toutes les attentions. Et pour cause. La loi en la matière s’est considérablement durcie. L’objectif est de réduire de 10 % les quantités de déchets ménagers et assimilés, et de stabiliser les quantités de déchets d’activités économiques produits en 2020 par rapport à 2010. D’autre part, le taux de valorisation des déchets doit atteindre les 65 % en 2025 (pour les déchets non dangereux non inertes, NDLR). Sur ce volet, « la Région est encore plus ambitieuse, souligne le vice-président délégué à l’environnement, au développement durable, à l’énergie et aux parcs naturels régionaux. Nous souhaitons tutoyer les 70 % ». Troisièmement, la mise en décharge doit être réduite de moitié, toujours à horizon 2025, par rapport à 2010.

L’un des autres volets qui devrait compter est celui de l’écoconstruction. « Ce secteur illustre parfaitement les tenants et les aboutissants de l’économie circulaire, explique Denis Cocconcelli. On doit se pencher sur la conception, l’utilisation des matériaux nobles et encore sur les modes de chauffage… »

In fine, Éric Fournier, le vice-président délégué à l’environnement, lâche : « L’économie circulaire doit un être un levier de croissance et nous devons en faire l’économie de l’intelligence ».

économie circulaire

Les questions liées à l’écoconstruction feront partie du plan de financement lancé par la Région.


Avec le soutien du Ciridd et d’Eclaira

Les Rencontres régionales de l’économie circulaire ont été organisées par la Région avec le Ciridd et le réseau Eclaira. Elles ont réuni près de 200 participants.
Le Centre international de ressources et d’innovation pour le développement durable (CIRIDD), basé à Saint-Étienne, a pour finalité de contribuer à l’émergence de nouveaux modèles de société, plus respectueux des êtres vivants dans leur diversité, des générations futures et de la planète. Piloté par le Ciridd avec le soutien de la région Auvergne-Rhône-Alpes, Eclaira est ouvert aux acteurs publics et privés, selon une logique collaborative. Ses objectifs : identifier des initiatives, susciter des projets et ainsi favoriser la mise en œuvre de l’économie circulaire sur le territoire par l’ensemble des acteurs engagés. Eclaira compte aujourd’hui près de 700 acteurs.

35 M€

C’est le montant que la Région Auvergne-Rhône-Alpes va investir sur trois ans dans l’économie circulaire. Ce plan, détaillé et voté, en juin par l’assemblée régionale sera mis en application lors du second semestre. Son objectif sera d’épauler et de sensibiliser les collectivités à la cette problématique via des appels à projets en la matière. Un autre volet de ce dispositif devrait être plus pédagogique.

Une entreprise de l’Ain à l’honneur

La start-up Cycl-Add s’est vue récompensée pour ses solutions de recyclage des plastiques.

Lors des premières Rencontres de l’économie circulaire, organisées à l’Hôtel de Région le 4 juin dernier, deux entreprises de l’Ain ont pu présenter leur savoir-faire en la matière : Pic Bois et Cycl-add.

Cycl-add a vu l’un de ses projets, parmi 80 présentés, récompensé et distingué. Cette start-up, basée à Maillat, propose des solutions pour recycler des déchets plastiques actuellement non-recyclables grâce à des procédés très innovants qui permettent de réutiliser des déchets de poudres de peinture, en les additionnant à des matières plastiques. De son côté, Pic-Bois, implantée sur la ZI La Bruyère à Brégnier-Cordon, spécialisée dans le bois, a mis au point “Consyli”, une sorte de Lego® du meuble. Ce mobilier est montable et démontable à l’infini grâce à un système de connecteurs breveté, sans outil, sur-mesure et éco-responsable. Le bois et les éléments décoratifs proviennent majoritairement des recycleries et de chutes de production.

D’autre part, une seconde initiative a été mise à l’honneur lors de cette journée : “Be circle !”, portée par Engie Lab sur la plateforme Inspira à Roussillon, en Isère. Inspira s’attache à proposer aux industriels, notamment du secteur de la chimie, une implantation reposant sur les synergies industrielles possibles en termes de flux de matières et d’énergies ou de mutualisation d’équipements. L’objectif consiste à produire et mettre sur le marché un outil digital opérationnel, construit sur la base du démonstrateur déjà opérationnel à Roussillon.

Devant le succès de ces Rencontres de l’économie circulaire, la région Auvergne-Rhône-Alpes devrait reconduire l’opération l’année prochaine. Elle tablerait même sur une augmentation des participants et des visiteurs. Elle pourrait pour cela miser sur le lancement de son plan triennal pour fédérer les énergies.

Quelques stats

En moyenne depuis 2005, la consommation d’énergie finale représente 19 millions de tonnes équivalent pétrole (Mtep) en Auvergne-Rhône-Alpes. Les énergies fossiles représentent encore 65 % des énergies consommées.
Selon la dernière étude du Cress Rhône-Alpes, l’économie sociale et solidaire représente dans la région, 10 % des établissements employeurs.

Économie circulaire : enjeu national !

L’économie circulaire désigne un modèle économique dont l’objectif est de produire des biens et des services de manière durable, en limitant la consommation et les gaspillages de ressources.
Cette notion contient notamment l’idée que les nouveaux modèles de production et de consommation liés à l’économie circulaire peuvent être générateurs d’activités et de création d’emplois durables et non délocalisables. L’économie circulaire fait partie du champ de l’économie verte. Ainsi, les enjeux de l’économie circulaire sont à la fois environnementaux, économiques et sociaux.
Le concept d’économie circulaire a officiellement fait son entrée dans la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte du 18 août 2015. Elle a en effet reconnu la transition vers une économie circulaire comme un objectif national et comme l’un des piliers du développement durable.


Par Jean-François Pibre

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Low-tech : WeShift révolutionne la mobilité douce

Consortium regroupant quatre entreprises haut-savoyardes, WeShift lance un vélo électrique sans chaîne et une voiture électrique de moins de 300kg, disponibles à la vente dès 2023. Less is more et c'est better. La Bagnole a incontestablement été une des stars du...

LIRE LA SUITE

Publicité

Pin It on Pinterest