Outdoor : Samaya s’équipe pour aller toujours plus loin

par | 20 Jan 2022

La PME Samaya relocalise la conception de ses tentes à Annecy, et se lance dans les sacs à dos très techniques.

Quelques mois après avoir bouclé sa levée de fonds, le fabricant de tentes haut de gamme Samaya a intégré son nouveau siège, sur 1 000 mètres carrés (en location ; 750 000 euros investis dans l’aménagement), à Annecy-le-Vieux, pour relocaliser la conception de ses produits, dont le design était local mais le prototypage sous-traité en Asie.

« Et dans les mois à venir, ce sera au tour d’une partie de la confection, même si notre partenaire en Asie continuera de produire certaines références et d’approvisionner les marchés japonais et coréen », souligne Ghislain Pipers, cofondateur associé aux côtés d’Arthur Jallas et de Victoire Poinsier.

Créativité et capacité à innover

Ghislain Pipers (à gauche) est le président de Samaya, Victoire Poinsier et Arthur Jallas, les directeurs généraux.

Les locaux abritent un centre de design, un atelier de confection, un laboratoire des matières et un banc d’essai avec une chambre froide, une soufflerie et un système de pluie artificielle, à l’extérieur, pour tester la résistance et l’étanchéité. De quoi maîtriser toutes les étapes, depuis le prototypage jusqu’à la fabrication. L’entreprise a également embauché des ingénieurs, une responsable d’atelier et des modélistes prototypistes.

Les clés du succès de Samaya ? sa créativité et sa capacité à innover. « Dès que l’on a une idée, on l’expérimente et on la teste sur le terrain », sourit son président, Ghislain Pipers, qui collectionne les Ispo Awards depuis la création de l’entreprise en 2018. Preuve aussi de sa réussite : le fabricant, qui compte trois gammes (7 modèles) à son catalogue, a vu ses ventes tripler en 2021, avec 1 500 tentes écoulées, contre 500 un an plus tôt, et il devrait passer la barre des 3 000 en 2022.

Un sac à dos ultra-étanche et léger

Depuis le début de l’année, Samaya conçoit aussi des sacs à dos très techniques. La stratégie est la même que pour les tentes, avec le lancement d’un premier modèle de 35 litres. D’autres suivront pour répondre à toutes les pratiques. Conçu en Dyneema (polyéthylène) biosourcé, son poids varie de 490 g à 840 g une fois les accessoires intégrés. « Il n’existe pas sur le marché de sac aussi étanche et léger pour l’alpinisme », assure Ghislain Pipers, qui entend développer une offre de bagagerie et d’accessoires écoconçus, « que l’on pourra transposer à la ville », complète Victoire Poinsier, la directrice générale. Le sac est fabriqué, pour commencer, à mille exemplaires.

Des tentes à la location

Parallèlement à la vente de matériel, le fabricant a créé, en juillet dernier, un service de location de tentes pour répondre aux attentes des consommateurs. Cinq modèles sont réservés à cet usage. « Cette formule permet d’essayer le matériel avant de l’acheter, d’autant que nos produits positionnés très haut de gamme sont un investissement qui mérite réflexion », explique le dirigeant. Un service dont bénéficie aussi son équipe d’athlètes, pour qu’ils puissent disposer, à tout moment, des tentes de leur choix en fonction de leurs besoins.

En pleine ascension, Samaya envisage, à l’avenir, de proposer son savoir-faire en marque blanche à des grandes marques de luxe. « Plusieurs nous ont déjà contactés », confie le dirigeant, peu disert. Pour l’heure, la société génère un chiffre d’affaires 2021 supérieur à un million d’euros sur le marché civil, avec vingt salariés. S’y ajoutent les ventes des tentes spécifiques pour l’armée française (bataillon montagne et forces spéciales), dont certaines sont développées en partenariat avec le CEA Grenoble.

Samaya en chiffres
60 % du chiffre d’affaires est réalisé à l’international (Allemagne, Autriche, Suisse, Benelux, Norvège, Corée, Japon), avec l’objectif de se développer aux États-Unis. Quelque 20 % des ventes sont effectuées en direct et 80 % via les magasins et distributeurs. La marque est présente dans 70 points de vente et places de marché digitales dans le monde, dont 30 en France.


Patricia Rey


A lire aussi

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Découvrez également :

Jeu Change mise sur le réemploi

Après avoir travaillé dans l’industrie du jouet, Juliette Maquaire lance Jeu Change, en avril dernier, une plateforme de jeux et jouets reconditionnés pour les particuliers. Son constat : 70 à 80 % des jeux et jouets, principalement fabriqués en Asie, ont une durée...

LIRE LA SUITE

Extension collège Péron © Département de l'Ain

Les collèges de l’Ain face au défi énergétique

Pour maîtriser la hausse des coûts de l’énergie, le Département affine sa stratégie dans la rénovation de ses établissements. « Nous travaillons sur le nouveau Plan collèges qui couvrira la période 2024-2030 : différents scenarii sont étudiés en associant les...

LIRE LA SUITE

20 ans Mécabourg

Le bel âge de Mécabourg

Le groupement des entreprises de la métallurgie fête ses 20 ans, mais préfère regarder devant. « Au départ, nous étions 13 entreprises, dont six au bureau. Les projets sont allés au-delà de ce que l’on pouvait espérer », a relevé Philippe Padet. « L’état...

LIRE LA SUITE

Publicité

Pin It on Pinterest